Accueil » Comédies dramatique » « L’exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller . Critique DVD

« L’exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller . Critique DVD

Synopsis: Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix... Ainsi commence l'odyssée d'un homme d'État dans un monde toujours plus complexe et hostile.

La fiche du Disque

Le film : "L'Exercice de l'État'"
De : Pierre Schoeller
Avec : Olivier Gourmet, Michel Blanc
Sortie le : 01 mars 2012
Distribution : Diaphana
Durée : 107 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

Mars 2012 : le meilleur dvd

Tout va mal. La crise. On en discute peut-être derrière ces grandes fenêtres, éclairées tard dans la nuit, et d’où pourtant rien ne parait. C’est là que nous conduit Pierre Schoeller, au cœur du ministère des transports. On ne sait pas trop de quel gouvernement il s’agit, gauche, droite, peu importe pour un réalisateur qui s’intéresse plus aux hommes qu’à leurs actions . D’emblée, il  braque sa caméra sur son sujet et ne le lâche plus un instant. La tension ne fait que monter..

Comme prise de mimétisme face à ce quotidien ministériel, toujours sur la brèche, elle nous raconte au plus près, l’histoire d’un homme qui croit aux hommes. Ce n’est donc pas un bon politicien, et son entourage tente de le ramener dans le droit chemin.

Un bon discours, une cravate adéquate, et des idées piochées ici et là. Elles ne lui conviennent pas forcément, mais il faut faire avec, sous peine de perdre la face au sein de son propre camp. Débusquer les alliés, contrer les ennemis…

Toute une équipe au service d’un homme qui n’arrête jamais

C’est un thriller qui se noue et le réalisateur le filme ainsi. Pour démonter un complot  autour du projet de nationalisation des gares, par exemple ; d’un ministère à l’autre on se renvoie le dossier, coupable de diviser la majorité.Mais à  la justice, il faut toujours un coupable, et notre ministre va en faire les frais. Qui d’autre que Olivier Gourmet pouvait incarner un tel personnage, bringuebalé de la raison d’état à la simple raison d’être. Tous les ministres, loin de là, ne sont pas de cette trempe, mais Gourmet est à l’unisson de la démarche de Schoeller qui vise le  cœur.

C’est haletant comme mise en scène,à l’image du quotidien d’un ministre, assez inattendue aussi quand sous le boutoir de la caméra,des scènes deviennent  imprévisibles . Drôles (le discours de Malraux marmonnée par un formidable Michel Blanc en chef de cabinet,) ou dramatiques (l’accident sur l’autoroute) ; elles sont toujours bien vues.

Autour d’un montage, assez abrupt, et d’un scénario joliment boutiqué, qui combinent leurs énergies contraires. Schoeller assène  de gentils uppercuts. Ca fait du bien là où ça fait mal !

LES SUPPLEMENTS

  • L’accident, construction d’une scène (4 mn) Effectivement, mais encore
  • L’image sonore, entretien avec Philippe Schoeller, compositeur  12 mn). Les compositeurs de musique de film parlent très bien de leur activité. Mieux, ils savent aussi parler avec précision des films sur lesquels, ils ont travaillé. Philippe Schoeller appartient à cette race de passionné, à la fois technicien et créateur . « Après avoir lu le scénario, j’imagine  des thèmes, qui sont autant de points de repères . Je vais aussi sur le tournage pour m’imprégner de la poétique du film, de ses ambiances.Je fais alors  mes premières maquettes sur lesquelles Pierre peut travailler en parallèle dans son studio de montage.Le montage est essentiel dans la frustration, que donne ce type de composition, parce que c’est le réalisateur qui contrôle l’émotion résultante« .
  •  Entretien avec Pierre Schoeller, par Michel Ciment (50 mn). Un procédé facile : la reprise d’une émission radiophonique, sur fond d’images du film. Ceci dit, le discours du critique et du réalisateur, est passionnant.

 

Mars 2012 : le meilleur dvd Tout va mal. La crise. On en discute peut-être derrière ces grandes fenêtres, éclairées tard dans la nuit, et d’où pourtant rien ne parait. C’est là que nous conduit Pierre Schoeller, au cœur du ministère des transports. On ne sait pas trop de quel gouvernement il s’agit, gauche, droite, peu importe pour un réalisateur qui s’intéresse plus aux hommes qu’à leurs actions . D'emblée, il  braque sa caméra sur son sujet et ne le lâche plus un instant. La tension ne fait que monter.. Comme prise de mimétisme face à ce quotidien ministériel, toujours…

Review Overview

Le film
Les bonus

Je suis sorti de ce film assez bouleversé par l’intelligence de la mise en scène, toujours imprévisible et le propos du réalisateur qui parle effectivement du pouvoir et de ses travers,de la politique et du politique, mais là encore de manière très originale. Olivier Gourmet et Michel Blanc assurent comme des grands !

User Rating: Be the first one !
L'exercice de l'Etat (DVD) de Pierre Schoeller
Date de sortie du DVD : 14 March 2014
Format : Couleur, PAL
Studio : Diaphana
Duree : 107 minutes

PRIX : EUR 14,95 (Prix de depart : EUR 14,95)

Voir aussi

« The Wall » de Doug Liman. Critique cinéma-Bluray

Un huis clos au grand air où l’air vient à manquer, haletant !

13 Commentaires

  1. Bouleversé ? Oh que non. Un (tout) petit film, au scénario aussi creux qu’un discours présidentiel, à peine révélateur de quelques comportements éventés habituels dans les coulisses du pouvoir. Tout cela sent la facilité. On enfonce des portes ouvertes, on en rajoute sur le rapport du ministre et de son chauffeur, on appuie sur quelques images sanguinolentes inutiles pour faire croire que le message est fort, et après ?
    La lecture du « Canard Enchaîné » est mille fois plus percutante !
    Je venais de regarder, à l’époque de la sortie, la série américaine « Maison Blanche », sur la vie politique US. Rien de transcendant, d’ailleurs, sinon une sorte de long reportage. Mais un sens de la réalité surprenant puisque, depuis, chaque information venant d’outre-Atlantique me semble extraite du feuilleton !
    Rien de tel ici. A regarder par le petit bout de la lorgnette, on manque sérieusement de perspective !

Laisser un commentaire