Accueil » Les critiques » Critiques DVD » [Critique DVD] Gonzo
[Critique DVD] Gonzo

[Critique DVD] Gonzo

Synopsis: Un formidable portrait de Hunter S. Thompson conteur de la folie ordinaire américaine ! Ecrivain et journaliste génial fauteur de troubles, amoureux désespéré d'une Amérique qui n'a cessé de le tromper, il appartient à cette race de phénomènes typiquement «sixties» dont on ne retient généralement que les frasques.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Gonzo"
De : Alex Gibney
Avec : Hunter S. Thompson, Johnny Depp
Sortie le : 30 novemb 2010
Distribution : Wild Side Video
Durée : 114 minutes
Film classé : 12 ans et plus
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Hunter Thompson, c’est l’Amérique des années 1960 et 1970, celle de la contre-culture et de la libération des mœurs, de la provocation et de la contestation politique. Ca ne vous situe pas forcément le personnage, auteur de « Las Vegas Parano », quand même, récit rageur et délirant d’un homme parti à la recherche du rêve américain.
Au cinéma Terry Gilliam l’a adapté en 1994 avec Johnny Depp dans le rôle de l’écrivain. Depp, que l’on retrouve justement dans cet excellent documentaire sur ce trublion génial, formé dès sa jeunesse à la révolte quotidienne. Ses copains sont tous riches et lui demeure de l’autre côté de la barrière. Marqué pour la vie, il sera provocateur !
Chacune de ses investigations, véritables immersions  au cœur de ses sujets, donnent naissance à des enquêtes bourrées d’anecdotes, et d’expériences souvent à la limite de la légalité.

Des images d’époque, des archives filmées et des témoignages tous azimuts, de Jimmy Carter à Tom Wolfe, en passant par ses deux épouses, nous dévoilent ainsi la personnalité de ce trublion génial, amateur d’armes et d’alcool, qui se suicida en 2005 d’une balle dans la tête.
La manière dont Alex Gibney , conduit son récit est assez particulière, rejetant la linéarité d’une existence pour mieux en extraire ses pièces maîtresses et les conséquences souvent néfastes dans lesquelles elles l’entraînaient.
Il y a d’abord cette intrusion chez les Hell’s Angels qui le fascinent et lui procurent  ses premiers reportages underground. Mais tout ce qui est violence le répugne (il assistera à un viol collectif), au même titre que la répression qui s’abat sur les défenseurs des droits civiques aux USA.

A travers l’histoire d’un homme, c’est bien celle de l’Amérique que Gibney nous dévoile de manière aussi limpide et documentée, alternant le témoignage à la reconstitution, via des passages inouïs comme cette candidature au poste de shérif à Aspen dans le Colorado.
« Gonzo » est du même acabit que cet autre excellent documentaire sur Harvey Milk ( dans ce blog ). C’est tout dire.

Mais encore
Le journalisme gonzo est une méthode d’investigation journalistique axée sur l’ultra-subjectivité. Son approche « hard » du reportage par son irrespect des convenances, son horreur de la langue de bois et le regard dur et déçu qu’il porte sur son pays, sur ses villes en perdition sont sa marque de fabrique. Cet homme, au look et à l’attitude du rockeur idéal, incorruptible rebelle réfractaire à l’autorité en éternelle quête de sensations et de vérité, aura à peu près tout essayé de ce qui ne s’apprend pas dans les classes de journalisme.


Compléments

  • Séquences additionnelles (34 mn)

Où l’on apprend notamment  l’origine du mot « gonzo »  que l’on doit au chanteur James Booker.Deux de ses titres apparaissent dans le film. Ses premiers dessins , une lettre de refus-type pour des poèmes impubliables que Thompson soumet en personne à son éditeur , ou l’anecdote de Jimmy Carter alors en campagne pour les primaires sur un hôtel en feu , là encore on ne s’ennuie pas avec ces scènes additionnelles .

  • 5 scènes coupées (19 mn)

Une partie de foot sur la neige, une séance de dédicaces sans grand intérêt , sinon pour constater la popularité de l’auteur ou bien encore une publicité pour un journal dans lequel l’auteur va bientôt collaborer….

Galerie de dessins de Ralph Steadman

Il faut absolument les voir , c’est ahurissant et plein de créativité. Watkins a su aussi croquer l’individu . C’est notre photo ci contre

« La plume enragée de Hunter S. Thompson : »
livret de 48 pages, compilant lettres extraites du recueil Gonzo Highway, illustrées de photos rares

Hunter Thompson, c’est l’Amérique des années 1960 et 1970, celle de la contre-culture et de la libération des mœurs, de la provocation et de la contestation politique. Ca ne vous situe pas forcément le personnage, auteur de « Las Vegas Parano », quand même, récit rageur et délirant d’un homme parti à la recherche du rêve américain. Au cinéma Terry Gilliam l’a adapté en 1994 avec Johnny Depp dans le rôle de l’écrivain. Depp, que l’on retrouve justement dans cet excellent documentaire sur ce trublion génial, formé dès sa jeunesse à la révolte quotidienne. Ses copains sont tous riches et lui…

Vue d'ensemble des tests

Le film
Les bonus

Résumé : Un documentaire parfaitement documenté, c'est la moindre des choses. Mais la mise en images et l'habileté du montage nous présentent ce docu comme un véritable film, riche d'enseignement sur l'histoire des USA

Avis Bonus : Scènes coupées ou additionnelles , on poursuit l'étude de caractère avec autant de plaisir , avant de tomber sur les dessins de Steadman qui représentent Thompson de manière très personnelle. D'autres planches servaient à accompagner les textes de l'auteur .

67

Gonzo (DVD) de Alex Gibney

Date de sortie du DVD : 1 January 2012

Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL

Studio : Wild Side Video

Duree : 114 minutes

PRIX : EUR 13,00 (Prix de depart : EUR 10,02)

Laisser un commentaire