Accueil » A la une » « Bacurau » de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles. Critique cinéma

« Bacurau » de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles. Critique cinéma

Synopsis: Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement . - Dans un futur proche…  Le village de Bacurau dans le sertão brésilien fait le deuil de sa matriarche Carmelita qui s’est éteinte à 94 ans. Quelques jours plus tard, les habitants remarquent que Bacurau a disparu de la carte. 

La fiche du film

Le film : "Bacurau"
De : Kleber Mendonça Filho, Juliano Dornelles
Avec : Sônia Braga, Udo Kier
Sortie le : 25/09/2019
Distribution : SBS Distribution
Durée : 130 Minutes
Genre : Drame, Thriller, Western
Type : Long-métrage
Le film

Prix du jury au Festival de Cannes 2019 .-

Ce film !  Ce qu’il faut y entendre, en retenir. Il est d’une densité totale, sur le plan des images, et de la mise en scène. Le récit laisse très longtemps les zones d’ombre et les doutes s’approprier des signes que l’on ne comprend pas forcément, immédiatement.

Une belle mise en perspective d’un cinéma presque nouveau, dans lequel on s’installe avec plaisir, observateur et attentiste.

Teresa ( Barbara Colen ) revient de la ville pour l’enterrement de sa grand-mère que tout le village pleure. Chemin faisant elle constate la désagrégation sociale et économique de sa belle région , un coin du sertao brésilien que, pour des raisons assez obscures, le député Tony Jr. (Thardelly Lima) laisse à l’écart.

Il le prive surtout d’eau en asséchant un barrage gardé par des miliciens…

Bacurau doit être alors ravitaillé par une citerne dont la cuve un jour est mitraillée. Cette nuit-là des chevaux déboulent par dizaines dans la rue unique et principale. Au petit matin, le professeur (Wilspn Rabelo) constate que Bacurau a disparu de toutes cartes géographiques…

On ramènera le troupeau à son propriétaire dans le haras voisin, mais l’inquiétude s’installe. Le réseau téléphonique ne fonctionne plus, deux motards assez particuliers sont passés dans l’après-midi.

La visite inattendue du préfet, candidat à sa propre réélection pourrit définitivement l’ambiance. C’est dans un village déserté qu’il déverse promesses et médicaments périmés que Domingas  (Sonia Braga) jettera un peu plus tard à la poubelle.

Une doctoresse un peu bizarre elle aussi «  un ange, quand elle n’a pas bu » confie Teresa à son amoureux Acacio ( Thomas Aquino) . Ou Pacote. Son nom est fonction de son histoire, de son passé qui le rattrape à mesure que les cadavres s’entassent dans les fermes et sur la route de Bacurau.

Là où l’on croise des hommes, des femmes, fusils à la main, on va même les rencontrer dans leur tanière, perdue quelque part dans la campagne brésilienne. Des chasseurs d’un genre nouveau ?  Un camp-safari inédit ? Des fanatiques nostalgiques, prêts à tuer la bête humaine  ?

Entre fascination nazie et rêve morbide, Michael ( Udo Kier ) est à la tête de ce petit groupe que l’on peut croiser, disséminé dans la campagne brésilienne

Kleber Mendonça Filho, et Juliano Dornelles ne font pas durer le suspense, ils l’entretiennent dans la marge d’une fable politique et d’un western contemporain, presque fantastique. Le Brésil va donc si mal qu’il lui faut extirper à nouveau la bête immonde à coups d’images merveilleuses et violentes, de plans magnifiques et destructeurs.

Ajouter à cela une musique parfois en total décalage , belle et sublime, elle aussi qui se conclue par  le «Requiem pour Matraga » tout aussi significatif, à l’émotion intacte.(*)

(*)

« Je suis venu ici juste pour dire que
personne ne me ferait taire
S’il devait mourir,
que ce soit pour aller mieux »

 Il est rare qu’une musique dans le film retienne autant mon attention . Ecrite par Mateus et Tomaz Alves Souza, elle chante la douleur sur une valse, sur des refrains populaires et joue des musiques instrumentales qui interviennent chaque fois à des moments significatifs de l’histoire.

Prix du jury au Festival de Cannes 2019 .- Ce film !  Ce qu’il faut y entendre, en retenir. Il est d’une densité totale, sur le plan des images, et de la mise en scène. Le récit laisse très longtemps les zones d’ombre et les doutes s’approprier des signes que l’on ne comprend pas forcément, immédiatement. Une belle mise en perspective d’un cinéma presque nouveau, dans lequel on s’installe avec plaisir, observateur et attentiste. Teresa ( Barbara Colen ) revient de la ville pour l’enterrement de sa grand-mère que tout le village pleure. Chemin faisant elle constate la désagrégation sociale et…
Le film

Un village brésilien est peu à peu isolé de tout le reste du pays. On ne sait trop comment, pourquoi, par qui ... Comment voir ce film, ce qu’il faut y entendre, en retenir. Il est d’une densité total, sur le plan des images, et de la mise en scène. Le récit laisse très longtemps les zones d’ombre et les doutes s’approprier des signes que l’on ne comprend pas forcément, immédiatement. Et ce n’est quasiment qu’à la dernière séquence que tout s’éclaire… Une belle mise en perspective d’un cinéma presque nouveau, dans lequel on s’installe alors avec plaisir, observateur et attentiste. Entre la fable politique et le western contemporain, presque fantastique Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles filment le Brésil dont il faut extirper à nouveau la bête immonde, à coups d’images sublimes et violentes, de plans magnifiques et destructeurs. Ajouter à cela une musique parfois en total décalage , tout aussi belle et significative du moment, de l'époque...

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Les chemins de la Haute-Ville » de Jack Clayton . Critique cinéma

Les prix qui ont déferlé en 1959-1960 sur ce film révèlent l’état d’esprit d’un cinéma d’époque. Mercredi sur nos écrans

Laisser un commentaire