Accueil » A la une » « Asako I et II » de Ryusuke Hamaguchi .Critique cinéma

« Asako I et II » de Ryusuke Hamaguchi .Critique cinéma

Synopsis: Lorsque son premier grand amour disparaît du jour au lendemain, Asako est abasourdie et quitte Osaka pour changer de vie. Deux ans plus tard à Tokyo, elle tombe de nouveau amoureuse et s’apprête à se marier... à un homme qui ressemble trait pour trait à son premier amant évanoui…

La fiche du film

Le film : "ASAKO I&II"
De : Ryusuke Hamaguchi
Avec : Masahiro Higashide, Erika Karata
Sortie le : 02/01/2019
Distribution : Art House
Durée : 119 Minutes
Genre : Romance, Drame
Type : Long-métrage
Le film
  • D’après l’oeuvre de Tomoka Shibasaki . – 

J’avais bien lu le résumé, mais de là à découvrir une sorte de bibliothèque rose à la sauce nippone, loin de moi. C’est pourtant à quoi j’aboutis une fois la sentence prononcée. Je t’aime moi non plus, on se retrouve, mais c’est trop tard…

Dans ce point de vue très réducteur de ma part, je le reconnais, il faut préciser que l’objet du délit, Baku, a disparu depuis deux ans quand Asako (Erika Karata) pense le retrouver dans ce beau garçon qui lui fait face.

Il s’appelle Ryohei ( Masahiro Higashide)et ressemble effectivement trait pour trait à son premier amour. Mais le Ryohei en question ne comprend rien aux agissements de cette jeune fille qui visiblement s’intéresse à sa personne.

Asako se retient effectivement quelque peu, le fuit, l’oublie avant d’engager une relation passionnelle. Sans rien révéler de la raison de ses premiers émois. Ce qui se passe ensuite est plutôt platonique. Et dramatique : un tremblement de terre, un séisme, mais rien qui puisse engager véritablement le scénario.

Et le couple envisage maintenant de se marier. C’est sans compter sur l’avis de Cupidon aux ailes en carton et au carquois pourri. Baku réapparait bien un jour, très incidemment devant Asako troublée, décontenancée, et toujours enamourée.

La bluette va-t-elle reprendre ? Les amants se déchirer ? Se réconcilier ?  J’attends … Asako III !

D'après l'oeuvre de Tomoka Shibasaki . -  J’avais bien lu le résumé, mais de là à découvrir une sorte de bibliothèque rose à la sauce nippone, loin de moi. C’est pourtant à quoi j’aboutis une fois la sentence prononcée. Je t’aime moi non plus, on se retrouve, mais c’est trop tard… Dans ce point de vue très réducteur de ma part, je le reconnais, il faut préciser que l’objet du délit, Baku, a disparu depuis deux ans quand Asako (Erika Karata) pense le retrouver dans ce beau garçon qui lui fait face. Il s’appelle Ryohei ( Masahiro Higashide)et ressemble effectivement trait pour…
Le film

Une histoire d’amourettes, gentillettes, et sympathiques, joliment filmée, agréablement jouée, mais qui tourne très rapidement à la bluette. J’imaginais un jeu sur les apparences, les effets de miroir dans ce double réapparu après deux années d’absence. Un amour inconsolable pour Asako qui pense le retrouver dans ce jeune homme qu’elle côtoie près du lieu où elle travaille. Il n’en est donc rien et va pourtant s’accrocher à cet espoir vain et puéril. Mais ainsi va l’amour nous dit le réalisateur qui ne gâche pas sa mise en scène, mais peut-être l’œuvre de Tomoka Shibasaki. Il s'en inspire, je ne l’ai pas lue.

User Rating: 1.45 ( 3 votes)

Voir aussi

« Jeanne » de Bruno Dumont. Critique cinéma

Mon dieu ! aurait dit Jeanne d’Arc avant de brûler ! Mais à quelle intention et vers …

Laisser un commentaire