Accueil » A la une » « Pitchipoï » de Charles Najman. Critique dvd

« Pitchipoï » de Charles Najman. Critique dvd

  • Dvd : 15 juin 2021
  • Cinéma : 04 février 2015
  • Réalisateur : Charles Najman
  • Acteurs : Gallais Xavier, Lacotte Laurent, Seyvecou Sabrina, Moretti Michele, Berroyer Jackie
  • Langue : Français
  • Sous-titres :  Anglais
  • Durée : 100 minutes
  • Studio  : Epicentre Films

 

L’histoire : Julien Schulmann est humoriste. Il vient de perdre son père, un juif polonais, survivant des camps d’extermination. Dans son « testament »  il demande à son autre fils, Pierre, pourtant disparu depuis deux ans, de disperser ses cendres sur sa terre d’origine. Cette préférence familiale sera un choc cruel pour Julien qui va ouvrir en lui un abîme, mettant peu à peu au jour un secret indicible…

  • Film :

On ne sait pas trop sur quel pied danser, où ce labyrinthe cinématographique nous conduit. Il est question de l’identité juive remise en question, bien involontairement, par un artiste qui pensant rendre hommage à son père défunt, lit sur scène ses dernières volontés.

Celles-ci s’apparentent au retour des juifs sur leurs terres d’élection, et plus précisément la Pologne. Un choc pour sa femme et sa fille, et puis pour toute la communauté israélienne à Paris qui ne comprend pas la démarche de cet ancien déporté des camps de la mort .

L’amalgame entre les propos de l’artiste et les intentions de son père le place dans une situation inconfortable et provoque des réactions en chaîne .On annule son spectacle, on le traite d’antisioniste. Son entourage l’évite soigneusement et sa sœur, militante très engagée dans la cause israélienne le somme de se rétracter et de la rejoindre.

L’humoriste a perdu le sourire, convaincu de l’intervention extérieure de personnes malfaisantes, dont son frère pourtant disparu mystérieusement depuis deux ans. Ce frère chargé par le père de porter ses cendres en Pologne…

La boucle ne serait-elle pas bouclée ? Si elle ne continuait à proliférer…

L’humoriste vient d’être agressé. Sa mère  (Michèle Moretti ) et sa soeur (Sarah Grappin ) à son chevet l’exhortent à revenir à de meilleurs sentiments.

La persécution mentale devient obsessionnelle et seul un voyage dans ce qui n’a plus rien d’une terre promise parait pouvoir endiguer le phénomène qui du médiatique est devenu politique.

Julien Schulmann l’effectue non sans avoir marqué son territoire autour de ces individus si proches, et si bizarres qui le poursuivent. Une femme d’origine allemande (Sabrina Seyvecou )dont il est peut-être amoureux et qui semble courir après tous les hommes juifs. Et puis cet ami purement goy (Laurent Lacotte)qui espère ne pas le rester pour engager son Aliah, ce fameux retour vers Israël.

Allez expliquer à un goy que l’on ne devient pas juif sur un coup de chance …

L’humoriste a du mal à comprendre tout ce petit monde et celui qui l’attend à Varsovie entre le doute et la suspicion. Le spectateur se perd tout autant dans ces variations baroques et indigestes, fourretout sur l’identité héréditaire d’une Histoire qui n’en finit pas d’alimenter les conflits.

Dans un personnage assez inconfortable Xavier Gallais fait ce qu’il peut et le fait plutôt bien , en compagnie de belles pointures mais ici sans véritable envergure : Jackie Berroyer, Denis Lavant, …

Dvd : 15 juin 2021 Cinéma : 04 février 2015 Réalisateur : Charles Najman Acteurs : Gallais Xavier, Lacotte Laurent, Seyvecou Sabrina, Moretti Michele, Berroyer Jackie Langue : Français Sous-titres :  Anglais Durée : 100 minutes Studio  : Epicentre Films   L'histoire : Julien Schulmann est humoriste. Il vient de perdre son père, un juif polonais, survivant des camps d’extermination. Dans son "testament"  il demande à son autre fils, Pierre, pourtant disparu depuis deux ans, de disperser ses cendres sur sa terre d’origine. Cette préférence familiale sera un choc cruel pour Julien qui va ouvrir en lui un abîme, mettant peu à peu au jour un secret…
Le film

Une autre façon, très particulière, d’évoquer le problèmes israélien à travers la reconnaissance ou non d’une identité juive. Charles Najman le fait à partir du testament iconoclaste d’un ancien déporté des camps de la mort qui demande à ce que ses cendres retournent en … Pologne. Ce que répète publiquement son fils sur scène au cours de son spectacle d’humour. Mais le message est très mal interprété et dès lors l’artiste taxé d’antisionisme se voit poursuivi par les fidèles de la Terre Promise dont sa propre sœur , militante exaltée. Une famille qui se déchire d’autant plus que rôde le fantôme du frère disparu mystérieusement depuis deux ans. L’humoriste en est persuadé, c’est lui qui orchestre toute cette manipulation. Pour s’en convaincre, il fera le voyage à Varsovie , où le doute et la suspicion de ses interlocuteurs le persécutent encore davantage sans vraiment éclaircir sa lanterne. Le spectateur est tout autant perdu dans ces variations baroques et indigestes, fourretout sur l’identité héréditaire d’une Histoire qui n’en finit pas d’alimenter les conflits.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« A l’abordage » de Guillaume Brac. Critique cinéma

Dans la filmographie de Guillaume Brac, c’est un devoir de vacances .Relaxes. Le sujet s’y …

Laisser un commentaire