Accueil » A la une » « Tom Foot » de Bo Widerberg. Critique cinéma

« Tom Foot » de Bo Widerberg. Critique cinéma

Synopsis: Johan a 6 ans. Une sacrée frappe et un redoutable sens du dribble. Repéré par Mackan, buteur star de l'équipe suédoise, propulsé chez les pros, il mène l'équipe nationale suédoise de victoire en victoire sur la route de la qualification vers la Coupe du Monde. Avant même de savoir lire, écrire et faire ses lacets, il parcourt le monde .

La fiche du film

Le film : "Tom Foot"
De : Bo Widerberg
Avec : Johan Bergman, Magnus Härenstam
Sortie le : 09/06/2021
Distribution :
Durée : 84 Minutes
Genre : Comédie, Sport event, Famille
Type : Long-métrage
Le film

Bizarre ce film de la part d’un réalisateur «  nouvelle vague » suédoise .Peut-être en mal d’inspiration, Bo Wideberg flatte l’orgueil national sur un conte imaginé au pays des contes.

Ou l’avènement d’un gamin qui avant de lire et écrire, dribble son petit monde à la manière des grandes stars. Qu’il devient très rapidement au sein de l’équipe locale, puis nationale où ses exploits déjouent tous les pronostics.

Son rapport avec le monde est assez particulier quand un mètre plus haut, on ne saisit pas toujours ce qu’il vient faire chez les grands. Il ne sait même pas lacer ses chaussures.

Dans les vestiaires ça va, mais sur le terrain deux joueurs en moins le temps de fixer les crampons et c’est un but supplémentaire

Ce film  balance ainsi de l’enfance à l’adulte, via la pratique footballistique, largement exploitée dans des séquences composites.

Certains plans révèlent des extraits filmés sur de vrais matchs face à un montage hasardeux de prises fictives.

Beaucoup sont sur le même schéma , le même suspense et les mêmes exploits du gamin qui sauve chaque fois son équipe. La redondance rythme malheureusement son quotidien, de plus en plus contrarié par ses difficultés à assumer l’école et le football.

Il a quitté les jeux de son âge, perdu son innocence. Peut-être la leçon à retenir de ce joli conte sur l’enfance que Johan se décide à récupérer coûte que coûte, au prix du sacrifice sportif, mais du bonheur de pouvoir enfin apprendre à lire et à écrire. Cette jeunesse est formidable.

Bizarre ce film de la part d’un réalisateur «  nouvelle vague » suédoise .Peut-être en mal d’inspiration, Bo Wideberg flatte l’orgueil national sur un conte imaginé au pays des contes. Ou l’avènement d’un gamin qui avant de lire et écrire, dribble son petit monde à la manière des grandes stars. Qu’il devient très rapidement au sein de l’équipe locale, puis nationale où ses exploits déjouent tous les pronostics. Son rapport avec le monde est assez particulier quand un mètre plus haut, on ne saisit pas toujours ce qu'il vient faire chez les grands. Il ne sait même pas lacer ses chaussures.…
Le film

Comme une sorte de transfert à la Didier mais là pas de chien, on passe d’un adulte à un gamin, qui du jour au lendemain devient une star du ballon rond alors qu’il ne sait encore ni lire, ni écrire.   Ce film  balance ainsi de l’enfance à l’adulte, via la pratique footballistique, largement exploitée dans des séquences composites. Certains plans révèlent des extraits filmés sur de vrais matchs face à un montage hasardeux de prises fictives. La redondance rythme malheureusement son quotidien, de plus en plus contrarié par ses difficultés à assumer l’école et le football. Il a quitté les jeux de son âge, perdu son innocence. Peut-être la leçon à retenir de ce joli conte sur l’enfance que Johan se décidera à récupérer coûte que coûte, au prix du sacrifice sportif, mais du bonheur de pouvoir enfin apprendre à lire et à écrire. Cette jeunesse est formidable.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« A l’abordage » de Guillaume Brac. Critique cinéma

Dans la filmographie de Guillaume Brac, c’est un devoir de vacances .Relaxes. Le sujet s’y …

Laisser un commentaire