Accueil » A la une » « Le Seigneur de la guerre » de Franklin J. Schaffner. Critique Blu-ray

« Le Seigneur de la guerre » de Franklin J. Schaffner. Critique Blu-ray

  • Durée ‏ : ‎ 2 heures
  • Date de sortie ‏ : ‎ 15 juin 2023
  • Acteurs ‏ : ‎ Charlton Heston, Richard Boone, Rosemary Forsyth, Maurice Evans, Guy Stockwell
  • Sous-titres : ‎ Français
  • Langue ‏ : ‎ Anglais , Français 
  • Studio  ‏ : ‎ Sidonis Calysta

L’histoire : Au onzième siècle, sur la côte normande. Le Duc de Normandie offre à Chrysagon, l’un de ses meilleurs chevaliers, un vaste domaine constitué de terres pour la plupart insalubres, d’un village, et d’un château. Il y tombe amoureux d’une jeune paysanne, sur laquelle il fait valoir le droit de cuissage le soir de ses noces. Tandis que gronde la colère des villageois conduits par le fiancé, les Frisons, un peuple germano-nordique engagent une contre-attaque.

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

Le film : 

Les bonus : 

D’après l’œuvre de Leslie Stevens

En parlant de sa carrière ( voir l’excellent documentaire en bonus ) Charlton Heston évoque tous les personnages historiques qui l’ont jalonnée, dans « des films que l’on ne fait plus aujourd’hui ».

« Le seigneur de la guerre » de Franklin J. Schaffner s’inscrit dans cette réflexion dont l’à-propos rejoint la qualité d’une œuvre qui marque profondément l’histoire du cinéma.

Au-delà de la formulation classique du film féodal, ce récit d’aventures, épique et historique, relate les manœuvres du  Duc de Normandie pour répondre au plus près des intérêts de son roi.

Dans cette perspective, il offre à l’un de ses fidèles, Chrysagon, un peu de terre de Normandie, pas très loin de la côte, mais si près des marais que l’air malsain le contrarie fortement.

Les gens alentours paraissent contaminés par le décor qu’ils ornent d’amulettes, de poupées, de signes cabalistiques.  Au cœur de cet antre démoniaque, la belle Bronwyn  fait l’effet d’une sorcière.

Les premières rencontres entre le seigneur et la paysanne sont plutôt distantes

« Elle t’a ensorcelée » le prévient son frère Draco (Guy Stockwell), une fois son droit de cuissage exercé, comme l’autorise la coutume, le soir même des noces. Mais contrairement à ses prédécesseurs, Chrysagon retient la jeune épouse auprès de sa couche. Il en est profondément amoureux …

Une union contre nature que ses proches tentent de briser, un défi à la loi païenne des villageois qui se révoltent, la fragilité d’un pouvoir qu’il va falloir tenter de préserver .

Le seigneur se sait condamné. Son autorité chavire et Franklin J. Schaffner n’est pas dupe. A ce jour il nous racontait l’histoire basique, presque tranquille de la féodalité. Le voici à son tour pris dans un tourbillon scénique , qui nous ramène sur d’autres rives où les pillards nordiques débarquent , où le petit peuple prend les armes.

Le petit frère tente de raisonner le Seigneur, il faut rendre Bronwyn à son époux …

Des fourches, des gourdins, au service d’une mise en scène vibrante portée par des comédiens tout aussi bien armés. L’assaut répété mille fois contre la tour est une séquence très forte dans la réalisation classique d’un mélodrame féodal si prévisible que le cinéaste contourne chaque difficulté pour remettre la tension dans le sens de l’Histoire  .  C’est très fort.

LES SUPPLEMENTS

  • Présentation par François Guérif   ( 19 mn )
  •  Charlton Heston, l’acteur aux talents multiples ( 49 mn )-Un très beau et très complet documentaire sur un comédien devenu mythique.

« Ma carrière s’est déroulée dans tous les siècles, sauf le XX ème , je préférais les figures historiques à mes contemporains »

L.J.West professeur de médecine à l’Université de Californie ( l’un de ses rares amis )  « ce n’est pas un dinosaure, ni un homme du passé , mais un homme très indépendant ».

Jean Simmons, Stewart Granger et Charlton Heston dans  » Les Grands espaces »

Très vite il s’intéresse à la représentation et à la comédie. L’extrait de « Peer Gynt » un film d’étudiants 1942 est éloquent. L’avènement de la TV est une aubaine pour lui , quand le théâtre rejette l’idée du petit écran et que les studios interdisent à leurs pensionnaires d’y paraître, Charlton Heston sans emploi a un boulevard devant lui et un public déjà prêt.

Lydia son épouse, comédienne est très appréciée à Broadway . Mais le cinéma lui tend les bras, notamment Cecil B.DeMille qui le remarque dès son premier film.

Après Marlon Brando, il est le second acteur a signer un contrat de non-exclusivité, il est libre et joue alors au théâtre et à la TV, ou pour d’autres studios

« Sous le plus grand chapiteau du monde », «  Ben Hur » , «  Les dix Commandements », «  Le Cid » , «  Les 55 jours de Pékin »,  » La chute de l’empire romain »  …Toute sa carrière défile ainsi , commentaires, témoignages, extraits TV et vidéos , c’est super intéressant et ses interviews d’époque ont parfois encore aujourd’hui un écho très contemporain

Durée ‏ : ‎ 2 heures Date de sortie ‏ : ‎ 15 juin 2023 Acteurs ‏ : ‎ Charlton Heston, Richard Boone, Rosemary Forsyth, Maurice Evans, Guy Stockwell Sous-titres : ‎ Français Langue ‏ : ‎ Anglais , Français  Studio  ‏ : ‎ Sidonis Calysta L'histoire : Au onzième siècle, sur la côte normande. Le Duc de Normandie offre à Chrysagon, l'un de ses meilleurs chevaliers, un vaste domaine constitué de terres pour la plupart insalubres, d'un village, et d'un château. Il y tombe amoureux d'une jeune paysanne, sur laquelle il fait valoir le droit de cuissage le soir de ses noces. Tandis…
Le Film
Les bonus

Dans la lignée des nombreux films féodaux réalisés à l’époque ( les années soixante ) « Le Seigneur de la guerre » apparait assez original dans la conception d’une mise en scène qui heurte bien volontairement tous les attendus d’un récit classique. Au-delà du romantisme affiché autour de l’union contre nature du seigneur et d’une paysanne , le réalisateur déjoue tous les pièges tendus par cette histoire amoureuse pour en rapporter une œuvre tourbillonnante et puissante qui nous ramène sur d’autres rives où les pillards nordiques débarquent , où le petit peuple prend les armes. Ce qui nous procure un long final grandiose dans sa réalisation et son interprétation que Charlton Heston accompagne de manière aujourd’hui devenue symbolique. Le regard de sa compagne de cinéma Rosemary Forsyth est tout aussi éloquent .

AVIS BONUS Un très beau et très complet documentaire sur un comédien devenu mythique.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Alberto Express » d’Arthur Joffé. Critique Blu-ray

Pour relancer à sa façon la comédie italienne, Arthur Joffé fait circuler un train entre Paris et Rome. Il ne déraille jamais

Laisser un commentaire