Accueil » Policier » « Le Cousin » de Alain Corneau. Critique cinéma

« Le Cousin » de Alain Corneau. Critique cinéma

Synopsis: Un flic ne peut être bon s'il n'a pas un cousin. Partant de ce postulat, Delvaux cherche, même en s'arrangeant avec la loi, à garder Nounours, son indic, avec lequel il a fini par entretenir de bons rapports...

La fiche du film

Le film : "Le Cousin"
De : Alain Corneau
Avec : Alain Chabat, Patrick Timsit
Sortie le : 10/12/1997
Distribution : Bac Films
Durée : 112 Minutes
Genre : Policier
Type : Long-métrage
Le film

Ça balance pas mal à Paris ! Et dans tous les commissariats de France. Parole d’ancien flic ! Après « L 627 » de Bertrand Tavernier, Michel Alexandre signe cette fois le scénario du dernier film d’Alain Corneau « Le Cousin ». Alexandre connaît la chanson.

Le cousin c’est l’indic, le donneur, l’informateur. Une balance sur laquelle le cinéma s’est souvent penché ; mais cette fois l’œil de Corneau vise bien au-delà des clichés. Plus vrai tu meurs et c’est sidérant !

La rencontre avec Michel Alexandre suffira. Il lui raconte la vie en gris et noir de ses anciens collègues parisiens « qui se mettent à dealer pour récupérer de l’argent que leur propre administration ne peut pas leur fournir ou alors six mois après. Et c’est avec cet argent qu’ils piègent les vrais trafiquants. » « Le cousin » prend forme, la réalité dépasse la fiction.

 

Alain Chabat, excellent dans son uniforme de policier des stups ne sait d’ailleurs plus qui est qui et qui fait quoi. Confusion mentale soigneusement entretenue par son « cousin » : Patrick Timsit remarquable, lui aussi dans son rôle de papa poule aux apparences si tranquilles.

Corneau ne brouille pas les cartes, il dégaine. « Il y a longtemps que j’attendais une histoire comme celle-là, mais peut-être pas avec un tel réalisme » confesse-t-il aujourd’hui presque surpris de sa propre audace. Bingo sur toute la ligne.

Marie Trintignant , Patrick Timsit, Alain Chabat

Sans lésiner sur l’action (rythme, suspense et retournements de situations), Alain Corneau scrute au plus près le quotidien des policiers. Dans l’ombre et le mépris du tout-terrain où fleurissent les raclures du bitume. C’est cynique et désespérant, tendre et violent, et c’est parfois très drôle.

L’humour est noir mais le film est en couleur. Dommage. En noir et blanc, tout simplement, et c’était un chef d’œuvre. Mais avec un Timsit de cet acabit, les cousins on les aime bien.

Ça balance pas mal à Paris ! Et dans tous les commissariats de France. Parole d’ancien flic ! Après « L 627 » de Bertrand Tavernier, Michel Alexandre signe cette fois le scénario du dernier film d’Alain Corneau « Le Cousin ». Alexandre connaît la chanson. Le cousin c’est l’indic, le donneur, l’informateur. Une balance sur laquelle le cinéma s’est souvent penché ; mais cette fois l’œil de Corneau vise bien au-delà des clichés. Plus vrai tu meurs et c’est sidérant ! La rencontre avec Michel Alexandre suffira. Il lui raconte la vie en gris et noir de ses anciens collègues parisiens…
Le film

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Lucky Strike » de Yong-hoom Kim. Critique cinéma

Le festival de Beaune n'aura pas lieu cette année. Peut-être une chance pour ce film alors sélectionné ...

Laisser un commentaire