Accueil » A la une » « Pédale douce » de Gabriel Aghion . Critique cinéma

« Pédale douce » de Gabriel Aghion . Critique cinéma

Synopsis: Célibataire, Adrien Aymar est un respectable homme d'affaire... Mais le soir, il troque son costume pour une tenue de drag-queen, et se rend chez son amie Eva, gérante d'une boîte de nuit gay. Lorsque son patron, Alexandre Agut, l'invite lui et sa femme à dîner chez lui, Adrien ne trouve d'autre solution que de demander à Eva d'endosser ce rôle. Alexandre est immédiatement subjugué par " Mme Aymar ", bien qu'il soit marié avec Marie. En suivant Eva jusqu'à son restaurant, il découvre qu'Adrien et André, un autre de ses collaborateurs, sont homosexuels...

La fiche du film

Le film : "Pédale douce"
De : Gabriel Aghion
Avec : Patrick Timsit, Fanny Ardant
Sortie le : 27/03/1996
Durée : 100 Minutes
Genre : Comédie
Type : Long-métrage
Le film

« Pédale douce », trop douce…

Quand Timsit et Claude Aghion imaginent en 92 l’histoire de « Pédale douce » les intentions sont claires : ils parleront du monde de la nuit, du droit à la différence et de la tolérance. Le film confirme les intentions premières. C’est peut-être là sa seule performance.

Malgré Fanny Ardant personnage hors du commun. Secrète et divine elle dirige avec maestria un lieu de rencontres homosexuelles. Adrien en fait partie, et lui est très attaché. Aussi lorsque Richard Berry ( l’époux de  Michèle Laroque) courtise assidûment la tenancière il fait tout pour briser l’idylle.

« Pédale douce » « joue sur la modernité du propos » (dixit Aghion). Disons plutôt que le discours fouraille avec entêtement dans le n’importe quoi.

Sous le vernis de l’humour (une première demi-heure, drôle en diable) le tragique est partout. De la mise en scène brinquebalante jusqu’au dénouement sans fin. Aghion qui flirte avec tous les sujets et clichés inhérents au genre, n’en traite aucun.

A force de conjuguer humour et morale, il saute du coq à l’âne, du trop-plein au vide absolu que les comédiens colmatent tant bien que mal. Ils en font parfois beaucoup trop. Seule Fanny Ardant dans son rôle à contre-emploi demeure sublime.

« Pédale douce », trop douce… Quand Timsit et Claude Aghion imaginent en 92 l’histoire de « Pédale douce » les intentions sont claires : ils parleront du monde de la nuit, du droit à la différence et de la tolérance. Le film confirme les intentions premières. C’est peut-être là sa seule performance. Malgré Fanny Ardant personnage hors du commun. Secrète et divine elle dirige avec maestria un lieu de rencontres homosexuelles. Adrien en fait partie, et lui est très attaché. Aussi lorsque Richard Berry ( l'époux de  Michèle Laroque) courtise assidûment la tenancière il fait tout pour briser l’idylle.…
Le film

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Ariane » de Billy Wilder. Critique Blu-ray

Si le film ne retient pas vraiment mon intention, les suppléments, aie, aie, aie, que du bonheur !

Laisser un commentaire