Accueil » A la une » « L’Autrichienne » de Pierre Granier-Deferre. Critique dvd

« L’Autrichienne » de Pierre Granier-Deferre. Critique dvd

Un petit tôle pour Rufus en père confesseur
  • Meilleur dvd Mars 2019 ( 6ème )
  • Acteurs : Ute Lemper, Patrick Chesnais, Daniel Mesguich, Philippe Leroy, Rufus
  • Réalisateurs : Pierre Granier-Deferre
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Editions Montparnasse
  • Date de sortie du DVD : 6 mars 2019
  • Durée : 94 minutes
  • Film : 3.5/5
  • Pas de bonus

Ce n’est pas le plus épique des récits cinématographiques sur la Révolution. Ni le plus costumé. Des années après le film de Pierre Granier-Deferre, Sofia Coppola portraiture la même personne sous des atours bien différents. Nous sommes alors en 2006…

Ici l’Histoire écrit le scénario. Alain Decaux s’est grandement inspiré des minutes du procès de Marie-Antoinette pour en rapporter les moindres détails et faire de tous les témoignages une somme de vérités et de contre-vérités propre à tout compte rendu judiciaire.

Marie-Antoinette maintenant appelée « la veuve Capet » est accusée par Fouquier-Tinville de complot et de conspiration. On lui reproche aussi une vie pleine de perversité. Le 14 octobre 1793, commence son procès…

Cette femme a trente-sept ans, des cheveux blancs. Elle est malade. Un an auparavant, elle était encore reine de France. Nulle n’a été aussi adulée, encensée, adorée. Elle vit désormais un calvaire et on n’oublie pas Ute Lemper dans le rôle-titre.

Elle est à la hauteur du drame qui se joue pour elle, pour la France et l’Europe balbutiante. Dans le réduit du tribunal où le jour peine à percer et où la lumière tremblotante creuse un peu plus le visage fatigué de la dame, le peuple attend la mort.

Herman ( Patrick Chesnais), le président tient son rôle de médiateur mais le ton est sans appel. Accentué par le regard fiévreux de l’accusateur public que Daniel Mesguich compose froidement.

« L’Autrichienne » affronte leurs regards, et celui des témoins qui refont l’Histoire. La défense est plutôt sereine : ils affirment mais sans preuve, sans écrit, sans lettre compromettante.

Le départ pour Varennes, l’éducation perverse du petit Capet, l’état des armées communiqué à l’ennemi, les folies du petit Trianon, rien ne vient confirmer leurs allégations.

Granier-Deferre tient lui aussi le spectateur en respect. Sobre et minimaliste sa mise en scène ne repose que sur l’essentiel : les faits avérés, supposés et leurs conséquences. Cela peut paraître doctoral mais le cinéaste privilégie l’Histoire à ses afféteries. Un cours magistral, une œuvre indispensable.

  • 1789 dans ce blog :

« La révolution française » de Robert Enrico

« Les adieux à la reine » de Benoît Jacquot

« Un peuple et son roi » de Pierre Schoeller

Meilleur dvd Mars 2019 ( 6ème ) Acteurs : Ute Lemper, Patrick Chesnais, Daniel Mesguich, Philippe Leroy, Rufus Réalisateurs : Pierre Granier-Deferre Nombre de disques : 1 Studio : Editions Montparnasse Date de sortie du DVD : 6 mars 2019 Durée : 94 minutes Film : 3.5/5 Pas de bonus Ce n’est pas le plus épique des récits cinématographiques sur la Révolution. Ni le plus costumé. Des années après le film de Pierre Granier-Deferre, Sofia Coppola portraiture la même personne sous des atours bien différents. Nous sommes alors en 2006... Ici l’Histoire écrit le scénario. Alain Decaux s’est grandement inspiré des minutes du procès de Marie-Antoinette pour en rapporter les moindres détails et faire de tous les…
Le film

Dans l’histoire du septième art sur la Révolution Française, l’œuvre de Granier-Deferre apparait comme la moins cinématographique, théâtrale avant tout dans cette volonté de retenir les attendus du procès, ceux notifiés par le greffier. L’historien André Castelo s’appuie sur ces registres pour écrire un scénario implacable qui se caractérise par ses qualités historiques remarquables relayées par l’interprétation de Ute Lemper dont la sobriété n’a d’égale que la valeur du comportement d’une femme digne jusqu’à l’échafaud . Un portait qui ne laisse pas insensible.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Nevada » de Laure De Clermont-Tonnerre. Critique cinéma

L’histoire est joliment écrite, assez prévisible mais terriblement forte dans l’évocation de cette attirance de …

Laisser un commentaire