Accueil » A la une » « Je suis un aventurier » d’Anthony Mann. Critique Blu-ray

« Je suis un aventurier » d’Anthony Mann. Critique Blu-ray

Ruth Roman, Steve Brodie et James Stewart
  • Meilleur DVD Février 2021 ( 2ème )
  • Dvd: 12 février 2021
  • Cinéma : 27 décembre 1954
  • Réalisateur : Anthony Mann
  • ActeursJames Stewart, Ruth Roman, John Mcintire, Walter Brennan, Corinne Calvet, 
  • LangueFrançais , Anglais 
  • Sous-titres : Français
  • Durée : 97 minutes
  • Studio  : Sidonis Calysta

L’histoire : En 1896, un aventurier taciturne, Jeff Webster, accepte la tâche périlleuse de guider, avec son partenaire Ben Tatum, un convoi à travers les Rocheuses, et jusqu’à Dawson. Mais la ville des chercheurs d’or est en proie à la violence..

  • Film et Bonus : 

Jeff Webster, le héros d’un classique du western des années 50 : têtu, solitaire, égoïste. Flanqué d’un acolyte pépère, le paisible Ben Tatum, pas toujours d’accord avec son meilleur ami, mais toujours prêt à le suivre et à lui rendre service.

Jeff veille sur le bonhomme comme sur la prunelle de ses yeux, surtout que le Ben ( Walter Brennan) est bavard comme une pie, contrariant bien souvent les projets de son mentor.

C’est l’esprit du film, des personnages bien typés, au bord de la caricature parfois mais si bien dessinés qu’ils peuvent nous conduire les yeux fermés, dans ces contrées montagneuses où l’or pousse autant que les 22 longs rifles.

Ce qui va contrarier l’avenir de notre duo et ce projet d’achat d’un ranch loin de toute agitation. En attendant, Jeff doit s’acquitter d’une dette indument fixée par un shérif corrompu jusqu’au sourire.

Il s’appelle Gannon (John McIntire) et poursuit Jeff et Ben hors de sa circonscription, pour leur pourrir la vie et celle des chercheurs d’or. Notre héros ne l’entend pas de ce calibre et sous les traits d’un James Stewart impérial riposte en toute indépendance.

Les deux compères rêvent de se retirer dans un petit ranch tranquille…

Même les femmes ne le font pas craquer, pris entre la belle et richissime propriétaire Ronda (Ruth Roman), et la jeune Rée (Corinne Calvet) qui se meurt d’amour pour les yeux bleus du grand monsieur.

Candide, naïve, insouciante, elle pose le genre du western dans un sillon bien sympathique avant que les hommes ne viennent y jeter leurs graines.

Anthony Mann met son cadre au service d’un décor naturel, majestueux, dans lequel les personnages s’impliquent tout aussi naturellement pour contrer la violence inhérente à leur état primaire, presque sauvage.

On ne sait pas trop au début qui de l’escroc ou du héros, la belle tenancière choisira…

On appuie parfois aussi fort sur la gâchette que sur l’interprétation, mais au final ce film demeure un excellent repère pour le western, l’aventure, l’amour et la morale. La mignonnette comme l’appelle Jeb lui inculque en effet quelques notions de savoir vivre, d’entraide et de respect. Et là il n’y a pas photo, ce n’est plus lui le héros. Bravo !

LES SUPPLEMENTS

Sous-titres peu lisibles parfois.

  • Plusieurs spécialistes dont Patrick Brion et  Bertrand Tavernier, mais aussi des critiques et techniciens américains se relaient pour évoquer l’aventure de ce film devenu mythique bien qu’il ait du mal à s’imposer à sa sortie.

Mann-Stewart, un duo au cinéma que l’on n’attendait pas forcément, et qui se renouvellera à huit reprises. On redécouvre de manière très vivante la carrière du comédien, et l’évolution de ses personnages au cinéma.

Avec le dernier chapitre «  L’Ouest de Mann », c’est le même procédé identitaire que développent les intervenants. Le réalisateur n’aimait pas trop les interviews et encore moins de se faire photographier. Mais son œuvre parle pour lui .

La Bible :

« Une histoire du western » de Louis-Stéphane Ulysse.

Quelques westerns plus ou moins conformes :

« Utu » de Geoff Murphy- « In a valley of violence » de Tim West – « Fureur Apache » de Robert Aldrich – « Il était une fois dans l’Ouest » de Sergio Leone (1968)- « True Grit » de Joel et Ethan Coen (2010)- « Soldat bleu » de Ralph Nelson (1970- « Little big man » d’Arthur Penn (1970)- « The last movie » de et avec Dennis Hopper- « L’état sauvage » de David Perrault – « Un homme nommé Cheval‘ de  Elliot Silverstein –  » Les frères Sisters » de Jacques Audiard- « Hostiles » de Scott Cooper- « Duel au soleil » de King Vidor

Meilleur DVD Février 2021 ( 2ème ) Dvd: 12 février 2021 Cinéma : 27 décembre 1954 Réalisateur : Anthony Mann Acteurs : James Stewart, Ruth Roman, John Mcintire, Walter Brennan, Corinne Calvet,  Langue : Français , Anglais  Sous-titres : Français Durée : 97 minutes Studio  : Sidonis Calysta L'histoire : En 1896, un aventurier taciturne, Jeff Webster, accepte la tâche périlleuse de guider, avec son partenaire Ben Tatum, un convoi à travers les Rocheuses, et jusqu'à Dawson. Mais la ville des chercheurs d'or est en proie à la violence.. Film et Bonus :  Jeff Webster, le héros d'un classique du western des années…
Le film
Les bonus

A la limite l’histoire du convoi que doit mener le héros importe peu. C’est son itinéraire balisé par des personnages bien typés qui révèle la valeur de ce classique du western des années 50. Au bord de la caricature parfois mais si bien dessinés qu’ils peuvent nous conduire n’importe où dans ces contrées montagneuses où l’or pousse autant que les 22 longs rifles. Nous sommes à la fin du XIX ème siècle et les filons se ramassent à la pelle où à coups de revolvers. Ce que dessine très bien la caméra d’Anthony Mann emportée par l’élan historique d’un récit peuplé d’individus plus ou moins recommandables. Même les femmes sont de cette aventure périlleuse entre la traditionnelle entrepreneuse des saloons ( elle rachète tout ce qu’elle peut ) et la jeune fille candide qui se meurt d’amour pour le héros. On appuie parfois aussi fort sur la gâchette que sur l’interprétation, mais au final ce film demeure un excellent repère pour le western, l’aventure, l’amour et … la morale.

AVIS BONUS A travers plusieurs interventions, la vie du réalisateur et de son comédien , en détail et filmographie illustrée. Passionnant .

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Basic Instinct » de Paul Verhoeven. Critique cinéma

On le revoit volontiers avec plaisir cette semaine au cinéma , interrogatoire policier frissonnant et frissons hitchcockiens en prime

Laisser un commentaire