Accueil » A la une » « Comme une actrice » de Sébastien Bailly. Critique cinéma-dvd

« Comme une actrice » de Sébastien Bailly. Critique cinéma-dvd

  • DVD : 20 août 2023
  • 8 mars 2023 en salle.-
  • 1h 33min . –
  • Avec Julie Gayet, Benjamin Biolay, Agathe Bonitzer . –

L’histoire : Anna, actrice proche de la cinquantaine, est quittée par son mari, Antoine, metteur en scène de théâtre. Prête à tout pour ne pas le perdre, elle va jusqu’à̀ prendre l’apparence de la jeune femme avec laquelle il entretient une liaison. Mais ce double jeu pourrait se retourner contre elle…

  • Le Film : 
  • Les bonus :

L’argumentaire à l’origine ne force pas le destin . Un homme délaisse sa femme pour une plus jeune compagne. Le milieu choisi fixe un peu mieux le projet initial . Il est metteur en scène, et rencontre le succès. Elle est comédienne.

Cet environnement professionnel, Anna le met à profit pour reconquérir son mari. Elle est actrice, elle incarne, elle se transforme , elle va maintenant devenir la réplique de la maîtresse honnie …

On pense alors maquillage, apparence, parfum et vêtements … On imagine la silhouette, l’approche, le regard de l’autre sur une femme qu’il n’a pas connue. Mais qui lui ressemble.

 

Une belle idée de scénario, que le scénario néglige pour une version plus « fantastique ». Trois gouttes d’un élixir chinois, une réaction assez violente, et vous voici la version parfaite de celle que vous souhaitiez.

Anna devenue Delphine, jeune première embauchée par le mari pour sa prochaine pièce . Il n’y voit que du feu.

C’est pathétique, ça fait un peu frémir mais la litanie des pleurs et des leurres ne nourrit pas une réalisation peu inspirée. Il est vrai que le scénario ne doit pas dépasser la dizaine de pages.

Difficile de se convaincre alors du bien-fondé d’une telle histoire, de sa crédibilité quand la partie adverse demeure quasiment absente de toute réaction émotionnelle. Aucun alerte de part et d’autre, aucun soupçon … Agathe Bonitzer plutôt discrète

Tout se joue entre l’homme et la femme, au milieu de leur fille qui file le parfait amour ( Louisiane Gouverneur). A peine si l’événement perturbe le désordre ambiant au milieu duquel Antoine parait assez distant. Benjamin Biolay ne croit pas vraiment à son personnage, quand Julie Gayet rame un maximum pour lui donner corps et chair. Une bonne actrice, effectivement.

LES SUPPLEMENTS

  • Entretiens avec Sébastien Bailly et Julie Gayet – L’origine du projet :  « On demande toujours au femme de rester jeune, pour une actrice c’est multiplié par cent« 

Le choix de Julie Gayet : elle a joué peu de personnages très sombre, et assumait la cinquantaine , pas de maquillage «  bien sûr , pas de problème »  m’a-t-elle dit

Julie Gayet. Ses raisons de faire le film .- La métaphore sur le métier d’actrice , plonger dans la vie des autres, vivre mille vies-Une mise en abyme pour cette femme ( la rupture )

Une femme de la cinquantaine, période fragile, peu montrée.

  • «  Où je mets ma pudeur » de Sébastien Bailly . Avec Hafsia Herzi, Marie Rivière, Bastien Bouillon  ( 19 mn ) – Hafsia, étudiante en histoire de l’art,  constamment voilée en public, doit commenter  à l’oral « La Grande Odalisque » d’Ingres. Et elle doit le faire sans son hijab.

Ce sujet délicat, très actuel, le cinéaste le contourne en projetant  la personnalité de la femme représentée au regard de l’étudiante. Et le procédé de détournement rend l’analyse encore plus évidente.

Une question d’intimité, plus que de religion rapporte Hafsia et conforme à la vie qu’elle mène chaque jour. Ce que filme Sébastien Bailly avec beaucoup d’élégance et de retenue, à l’image du port du voile très seyant sur l’ovale de la jeune femme.

Hafsia Herzi est remarquable .

DVD : 20 août 2023 8 mars 2023 en salle.- 1h 33min . - Avec Julie Gayet, Benjamin Biolay, Agathe Bonitzer . - L'histoire : Anna, actrice proche de la cinquantaine, est quittée par son mari, Antoine, metteur en scène de théâtre. Prête à tout pour ne pas le perdre, elle va jusqu’à̀ prendre l’apparence de la jeune femme avec laquelle il entretient une liaison. Mais ce double jeu pourrait se retourner contre elle... Le Film :  Les bonus : L’argumentaire à l’origine ne force pas le destin . Un homme délaisse sa femme pour une plus jeune compagne. Le…
Le film
Les bonus

Pour récupérer son mari infidèle , Anna comédienne, va jouer de ses qualités d’interprète pour devenir au plus près la maîtresse du moment. Mais c’est par un procédé chimique qu’elle assume sa transformation, dans une vision fantastique qui à mon avis contredit la raison d’être de la comédienne. On pensait maquillage, apparence, parfum et vêtements … On imaginait la silhouette, l’approche, le regard de l’autre sur une femme qu’il n’a pas connue. Mais qui lui ressemble. Une belle idée de scénario, que le scénario, très mince par ailleurs néglige au profit d’un jeu flouté entre la femme et son ex. Benjamin Biolay ne me parait pas trop croire à son personnage, quand Julie Gayet rame un maximum pour lui donner corps et chair. Comme une actrice, effectivement.

User Rating: 1.18 ( 1 votes)

Voir aussi

« L’homme d’argile » d’Anaïs Tellenne . Critique cinéma-dvd

Cet argile si fragile qui façonne les cœurs. Et un cinéma d'exception

Laisser un commentaire