Accueil » A la une » « China Gate » de Samuel Fuller . Critique Blu-ray

« China Gate » de Samuel Fuller . Critique Blu-ray

  • Date de sortie du DVD : 12 juin 2019 . – 
  • Acteurs : Gene Barry, Angie Dickinson, James Hong, Nat ‘King’ Cole, Paul Dubov . –
  • Réalisateurs : Samuel Fuller
  • Format : Noir et blanc, Cinémascope
  • Audio : Anglais
  • Sous-titres : Français
  • Studio : Carlotta Films
  • Durée : 95 minutes
  • Film :3/5
  • Bonus: 3/5

On dit que c’est l’un des tout premiers films sur la guerre d’Indochine. Fuller prend très vite le parti des français, même si son héroïne remarque que parmi les gars de la Légion , peu sont de l’hexagone.

Elle  n’a pas la langue dans sa poche mais tout le monde  respecte Lucky Leg (Angie Dickinson, très bien ). Quel que soit le camp ou la nationalité. Eurasienne, prostituée, elle passe de l’un à l’autre sans problème majeur, ce qui me surprend, mais facilite bien la vie.

Ainsi quand l’Etat-Major décide d’attaquer par la terre ferme les tunnels des montagnes que l’aviation n’a pu atteindre, Lucky Legs mène le commando. Une troupe de légionnaires, avec ses fortes têtes, dont le sergent Brock, dynamiteur en chef et ancien compagnon de la belle (Gene Barry).

Ce qui ne va pas faciliter l’expédition mais permet au scénariste Fuller d’animer sa réalisation. On sent les contours du studio et sans l’apport de vidéos de l’époque, l’affaire serait peu crédible. Il faut au cinéaste de l’action et des intrusions dans la jungle pour donner un peu de la palpitation habituelle à ce genre d’exercice.

C’est donc sur la psychologie des personnages que l’on se rabat, chaque membre de l’équipée racontant tour à tour les raisons de son engagement dans le camp français.

Le racisme, le communisme, le souvenir d’une église dévastée, ou l’armée telle une vocation les sujets ne manquent pas aux hommes qui avancent précautionneusement en direction des lignes ennemies. A chaque poste de surveillance Lucky Legs se charge de le neutraliser ( le cognac est un bon viatique ) , tout en tentant de régler ses problèmes amoureux.

Paul Dubov joue le captaine Caumont chargé de recruter l’espionne

Mais notre dynamiteur n’en démord pas. Il ne veut pas reconnaître le fils qu’ils ont eu il y a cinq ans en raison de son caractère asiatique très prononcé.  Une attitude xénophobe réprouvée par le reste de la troupe qui le tient alors à l’écart et le fait réfléchir un brin.

Comme une réflexion sur les hommes que Fuller a connu au temps de sa propre guerre. Il était de la Big Red One là où le chanteur noir américain Nat King Cole sera affecté, avant de figurer dans son film.

Avec son aversion pour le communisme, le cinéaste prône alors franchise, respect et fidélité autour du devoir patriotique. On le confond déjà avec le colonialisme.

Les ex tentent de se réconcilier avant de partir au feu

Le supplément

  • « Peace of mind » : un regard personnel sur « China gate » de Samuel Fuller par Samantha Fuller et Christa Lang Fuller (40 mn) . Samantha Fuller, fille du réalisateur, et sa mère Christa Lang Fuller livrent une vision personnelle du film. Elles évoquent la façon qu’avait Samuel Fuller d’incorporer dans la fiction des faits réels, et révèlent des détails autobiographiques présents dans l’action et les personnages du film.

«  Ce sont avant tout des films contre la guerre, les personnages sont perdus, ils souffrent, (… ) mon père raconte sa propre histoire, il cicatrise , tout en essayant de comprendre ».

Le commandant ennemi ( Lee van Cleef) est aussi amoureux de

Son film « The big red one » (« Au-delà de la gloire » 1980 ) retrace tout à fait l’expérience de Fuller au sein de la Cie « Big red one » pendant la seconde guerre mondiale

« China gate » est tourné en 1957, la même année que « Quarante tueurs ». « Il lisait entre les lignes journaux et laissait son imagination voguer. (… ) Je cherche des traces de lui dans tous mes personnages, j’en parle de façon très personnelle c’est mon père »…

Date de sortie du DVD : 12 juin 2019 . -  Acteurs : Gene Barry, Angie Dickinson, James Hong, Nat 'King' Cole, Paul Dubov . - Réalisateurs : Samuel Fuller Format : Noir et blanc, Cinémascope Audio : Anglais Sous-titres : Français Studio : Carlotta Films Durée : 95 minutes Film :3/5 Bonus: 3/5 On dit que c’est l’un des tout premiers films sur la guerre d’Indochine. Fuller prend très vite le parti des français, même si son héroïne remarque que parmi les gars de la Légion , peu sont de l’hexagone. Elle  n’a pas la langue dans sa poche mais tout le monde  respecte Lucky Leg (Angie Dickinson, très bien ). Quel que soit le camp ou…
Le film
Le bonus

Je ne pense que pas ce film soit prédominant dans la carrière de Samuel Fuller. Il salue l’initiative française de repousser le communisme des terres indochinoises à travers une troupe de légionnaires chargés de faire sauter les tunnels des montagnes que l’aviation n’a pu atteindre. Une femme eurasienne, qui passe d’un camp à l’autre sans difficulté est chargée de conduire le commando à bon port. Ces hommes pas toujours rassurés par l’esprit de l’aventure trouvent dans le scénario de quoi raconter sur leur personnage. Ca ne va pas tellement plus loin ( je vous laisse découvrir le romantisme de l’affaire ) : on sent les contours du studio et sans l’apport de vidéos de l’époque, l’affaire serait peu crédible. Il faut au cinéaste de l’action et des intrusions dans la jungle pour donner un peu de la palpitation habituelle à ce genre d’exercice.

AVIS BONUS La famille Fuller évoque la manière dont le papa et le mari travaillait autour de ses films de guerre

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Papicha » de Mounia Meddour. Critique cinéma

Prétendant à l’Oscar du film étranger pour ... L'Algérie , il est à mes yeux, l'un des plus sérieux

Laisser un commentaire