Accueil » A la une » « Une seconde mère » de Anna Muylaert . Critique cinéma

« Une seconde mère » de Anna Muylaert . Critique cinéma

Synopsis: Depuis plusieurs années, Val travaille avec dévouement pour une famille aisée de Sao Paulo, devenant une seconde mère pour le fils. L’irruption de Jessica, sa fille qu’elle n’a pas pu élever, va bouleverser le quotidien tranquille de la maisonnée…

La fiche du film

Le film : "Une seconde mère"
De : Anna Muylaert
Avec : Regina Casé, Michel Joelsas
Sortie le : 24/06/2015
Durée : 112 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film

«  C’est bien la preuve que le pays est train de changer » soupire la patronne à son employée de maison qui lui apprend que sa fille va tenter l’école d’architecture de Sao Paulo. Une scène  aussi édifiante que de nombreuses séquences de ce film qui raconte avec aisance et légèreté les déboires de Val au cœur de la bourgeoisie brésilienne.

Monsieur est peintre et retiré des aléas du quotidien. Madame doit écrire, et ne se préoccupe donc pas plus de la maisonnée. Alors Val s’affaire un peu partout, bonne à tout faire et le sourire en prime. Elle porte une attention particulière au jeune garçon qu’elle chouchoute comme son fils. Histoire de compenser, peut-être, l’absence d’une fille qu’elle n’a pas vue depuis des lustres. Mais quand Jessica, débarque sans prévenir, les choses vont peut-être changer. Elles vont changer.

On le pressent : la caméra suggestive devient insistante. Sans trop en faire, mais rien qu’une attitude, un regard, un brin d’humour et c’est la folle insouciance de la jeunesse qui chamboule l’ordonnancement social si chèrement établi. Anna Muylaert a un doigté particulier pour pointer là où ça fait mal. Parfois elle appuie un peu trop fort, prévisible et c’est dommageable à une mise en scène jusque là parfaitement élaborée.

Une-Seconde-mere-Que-Horas-Ela-Volta-2015-3

Mais les choses sont bien en train de changer. La soumission naturelle de sa mère à l’égard des patrons enrage Jessica que Camila Márdila porte avec audace et décontraction. Elle se révolte, en douceur, pernicieuse. Val n’en croit pas ses yeux, ni ses oreilles quand la belle débroussaille un chemin sur lequel elle ne s’était jamais aventurée. «  On ne s’assoit pas à la table des patrons » dit-elle horrifiée, encore sous le coup de l’exaspération. Ce qui nous fait rire et sourire dans ce film tout velours, comme la révolte que mène la jeune fille en marche pour un pays nouveau. Un pays qui est train de changer avait bien vu la patronne écrivaine désormais en guerre larvée avec l’intruse.

Le Brésil a donc encore plein d’espérances dans sa besace et des instants de transgression joyeuse  que la bonne Val met à profit dans un final heureux et bienheureux. Le drame a été évité, et c’est la bonne nouvelle de ce film très attachant. Avec Regina Casé dans le rôle-titre, magnifique !

«  C’est bien la preuve que le pays est train de changer » soupire la patronne à son employée de maison qui lui apprend que sa fille va tenter l’école d’architecture de Sao Paulo. Une scène  aussi édifiante que de nombreuses séquences de ce film qui raconte avec aisance et légèreté les déboires de Val au cœur de la bourgeoisie brésilienne. Monsieur est peintre et retiré des aléas du quotidien. Madame doit écrire, et ne se préoccupe donc pas plus de la maisonnée. Alors Val s’affaire un peu partout, bonne à tout faire et le sourire en prime. Elle porte une attention…

Review Overview

Le film

En filigrane l’histoire contemporaine du Brésil, à travers l’existence d’une employée de maison au service d’une famille bourgeoise, et compatissante jusqu’à un certain point. La bonne à tout faire porte son affection sur le gamin de la maisonnée quand sa fifille dont elle est séparée depuis des lustres décide de revenir vivre auprès d’elle. Les rapports sociaux clairement établis vont sérieusement prendre un coup derrière la nuque face à la suffisance et à l’insouciance d’une jeune femme qui entend rétablir  sinon l’autorité, du moins  l’honneur de sa mère. Anna Muylaert a un doigté particulier pour pointer là où ça fait mal, sans en faire des tonnes. C’est à la fois drôle et léger, tout en touchant le fond de la question .L’interprétation dans le rôle-titre de Regina Casé est magnifique !

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Sing street » de John Carney. Critique cinéma-bluray

Deauville n'en voulait pas, Dinard lui a tout accordé

Laisser un commentaire