Accueil » A la une » « The Florida Project » de Sean Baker. Critique dvd

« The Florida Project » de Sean Baker. Critique dvd

Synopsis: Moonee a 6 ans et un sacré caractère. Lâchée en toute liberté dans un motel de la banlieue de Disney world, elle y fait les 400 coups avec sa petite bande de gamins insolents. Ses incartades ne semblent  pas trop inquiéter Halley, sa très jeune mère.  En situation précaire comme tous les habitants du motel, celle-ci est en effet trop concentrée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien…

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "The Florida Project "
De : Sean Baker
Avec : Brooklynn Prince, Bria Vinaite, Willem Dafoe, Caleb Landry Jones, Karren Karagulian
Sortie le : 09 mai 2018
Distribution : Le Pacte
Durée : 111 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
le film
Les bonus

Ce film m’agace, il est réussi. Pour son histoire, ses personnages, tellement vrais et désespérants. Au début, on s’amuse des incartades de ces gamins pas très polis qui vous balancent des insanités tout en crachant sur le capot de vos voitures. Une reprise en main parentale et on oublie.

Mais l’autorité maternelle est inconséquente. Où sont les hommes ? Halley, la jeune maman est tout aussi joueuse et immature que Moonee sa fille de six ans . Elle lui  passe tout . Brooklyn Prince en profite, elle est magnifique et insupportable. Elle fait les 400 coups avec  son meilleur petit copain ,et puis une tout nouvelle venue, bien timide, mais plus pour longtemps.

Le motel est en ébullition. Là où elles vivent tant bien que mal en assurant les fins de mois à la sauvette. Ce n’est pas toujours de façon très honnête, mais avec la bénédiction dubitative d’un gardien qui ne sait jamais trop comment agir ou réagir.

Willem Dafoe est assez inattendu dans ce personnage de père fouettard bienveillant. Que ne comprend pas la maman effrontée quand un touriste refuse de lui acheter des produits dont on ne cherchera pas à connaître l’origine.

Une vie de débrouille et de laisser-aller dans ce monde où pourtant tout est rose et joyeux. Mais devant Disney et Mickey,  les enfants ne font que passer.Inaccessible, ils ont mieux à faire. Les bêtises s’enchaînent, Halley ferme les yeux , Ashley abandonne. Le fils de sa meilleure amie ne pourra plus les fréquenter…

Une autre guerre en vue entre les deux copines d’autrefois et la rage du mal être criée comme de la haine. Halley est insupportable, elle a tous les droits ,aveugle et sourde à tout raisonnement. Sean Baker le réalisateur voit juste. Il ne lui donne pas forcément  raison, mais de manière très réaliste pose les codes d’un système dévoyé.

La fracture sociale d’une Amérique où le monde de Disney n’est plus qu’un havre de solitude et de perdition. Bria Vinaite joue là son premier rôle au cinéma. Brooklyn Price également. Ça promet !

LES SUPPLEMENTS

  • Making of (22.17 mn ). Un vrai de vrai au cours duquel on découvre comment certaines scènes un peu particulières ont pu être réalisées, le coup de la serviette hygiénique que le réalisateur a réellement vécu ou la manière dont la petite Brooklyn Price se force à pleurer, c’est touchant…

On fêtera pendant le tournage l’anniversaire de Willem Dafoe qui a l’air réellement surpris tandis que Sean Baker s’excuse pour toutes les pages du scénario qu’il a réécrites pendant le tournage. «  Mais un moment je me suis aperçu que je faisais fausse route en faisant de la mère une défoncée totale ».

  • Bêtisier (2’50 »). Oui c’est marrant ..

Rencontre avec

  • – Sean Baker (12′). C’est à Cannes que la rencontre a lieu où le film est projeté pour la première fois. On parle d’hyperréalisme «  afin que le public se perde dans mes films ( …) avec l’envie de remettre en question certaines choses. Pourquoi et comment peut-on vivre sans le sou ? Qu’est ce que je peux faire ? Je voudrais que le public adopte mes deux personnages… ».
  • – Bria Vinaite (10′). C’est en postant une vidéo sur Instagram que la jeune femme se fait remarquer et décroche ce rôle qui la conduit dans un rêve : celui de Cannes. Sur le tournage qui a eu lieu quasiment dans le véritable motel elle parle d’une expérience unique. «  On voyait les gens que l’on interprétait, on voyait ce qui se passait réellement ».

 

Ce film m'agace, il est réussi. Pour son histoire, ses personnages, tellement vrais et désespérants. Au début, on s’amuse des incartades de ces gamins pas très polis qui vous balancent des insanités tout en crachant sur le capot de vos voitures. Une reprise en main parentale et on oublie. Mais l’autorité maternelle est inconséquente. Où sont les hommes ? Halley, la jeune maman est tout aussi joueuse et immature que Moonee sa fille de six ans . Elle lui  passe tout . Brooklyn Prince en profite, elle est magnifique et insupportable. Elle fait les 400 coups avec  son meilleur petit copain…
le film
Les bonus

En situant son propos sur la fracture sociale à Disney World, Sean Baker met carrément les pieds dans le plat dans lequel ses protagonistes usent et abusent de tous les ingrédients. Son film est réussi, il est agaçant. Par son histoire, ses personnages, tellement vrais et désespérants. Une mère célibataire, peu mâture et dilettante  laisse la bride sur le cou de sa petite fille qui en profite pour faire les 400 coups dans le motel miteux où elles résident avec beaucoup de difficulté. Les fins de mois sont galères et le reste aussi. Le réalisateur pose de manière très réaliste les codes d’un système totalement dévoyé. Celui de l’Amérique très certainement, mais aussi plus généralement d’un univers de plus en plus sclérosé où le monde de Disney n’est plus qu’un havre de solitude et de perdition.  Bria Vinaite joue là son premier rôle au cinéma. Brooklyn Price ,la gamine de six ans, également. Ça promet ! AVIS BONUS Un excellent making of

User Rating: Be the first one !
The Florida Project [Blu-ray] (Blu-ray) de Sean Baker
Date de sortie du Blu-ray : 9 May 2018
Format :
Studio : Le Pacte
Duree : 111 minutes

PRIX : EUR 19,99 (Prix de depart : EUR 20,06)

Voir aussi

« Girl » de Lukas Dhont. Critique cinéma

 Festival de Cannes 2018. Un certain regard : Caméra d’or et prix d’interprétation Victor Polster …

Laisser un commentaire