Accueil » Les critiques » Critiques DVD » Survivre.DVD. Critique
Survivre.DVD. Critique

Survivre.DVD. Critique

Synopsis: Hiver 1984, un chalutier sombre au large de l'Islande. Tous les membres de l’équipage périssent , sauf un. Dans l'eau glaciale, il parvient, au terme d'une nage héroïque de plus de 6 heures, à regagner la terre. Face à l’incrédulité générale devant son impensable exploit, la vie de cet homme d'apparence ordinaire est alors bouleversée…

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "The Deep - Survivre"
De : Baltasar Kormákur
Avec : Ólafur Darri Ólafsson, Jóhann G. Jóhannsson
Sortie le : 30 septem 2013
Distribution : BAC Films
Durée : 93 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Je me souviens vaguement du livre de Pierre Loti « Pêcheur d’Islande » , de marins bretons s’engageant pour de longues campagnes dans les mers froides et inhospitalières de ce bout de terre perdu au milieu de nulle part.Ce que je retrouve, à nouveau, dans « Survivre », le genre de film que l’on ne fait plus guère aujourd’hui. De manière très naturaliste, il nous parle  simplement, sans trémolo de caméra, du courage d’un homme, devenu héros malgré lui.

Il est le seul rescapé d’un naufrage . Personne ne comprend comment il a pu échapper à une telle catastrophe, en nageant six heures dans une eau à 5 degrés. Il va alors être l’objet de toutes les curiosités, dont celle d’un scientifique qui veut comprendre le phénomène physique qu’il peut représenter.

Ce n’est qu’un des aspects, et peut-être le moins intéressant, d’un film qui s’ouvre d’abord sur ce petit village de bord de mer, où chaque maison abrite au moins un pêcheur.

survivre

Baltasar Kormàkur nous les présente dans leur quotidien glacé où l’alcool et les cigarettes les accompagnent. Ils nous deviennent familiers, et bien couverts on pourrait vivre avec eux.La neige tombe, dans la boîte les esprits s’échauffent, mais il faut rentrer coûte que coûte : tout à l’heure, à la première heure tout ce petit monde embarque sur des carcasses de navire qui parfois font peur à voir.

La mer est noire, le ciel bas, mais ici on s’accommode de ce quotidien brossé comme une poésie de l’instant. Gulli, accroché au bastingage, la savoure toujours autant. Une clope au bec, la première, la meilleure, il contemple ces côtes qui défilent  dans l’écume d’une mer normalement agitée. «  Les restes de la tempête d’hier » dit un vieux loup de mer qui n’imagine pas un instant passer par-dessus bord, pour un filet mal venu dans quelques rochers.

La tragédie est déjà ancrée dans le destin de ces marins qui ne reviennent pas toujours au port. Un hélico au-dessus du village, des voitures de la police maritime dans les rues, la nouvelle n’a pas besoin de faire la une. Ce à quoi pense peut-être Gulli, maintenant seul au milieu de l’Atlantique, presque calme, car il sait que le bateau qui ne l’a pas entendu, regagne le port. C’est la direction à suivre, en compagnie des mouettes auxquelles il parle .

survivre

La caméra de Kormàkur  étrangement calme (Hollywood qu’il connaît bien ne doit pas en revenir) cerne le héros, le plus naturellement du monde, dans tout ce qu’il a de commun. D’une histoire qu’il se repasse à la va-vite, mais pas sans émotions pour un volcan destructeur. Une éruption dramatiquement filmée comme le sont les promesses que le naufragé s’engage à honorer, au cas ou le dieu des océans lui prêterait vie…

Olafur Darri Olafsson campe ce personnage bien ordinaire lui aussi, hommage vivant à  tous ces pêcheurs hors du commun, sans le savoir. Avec le cinéaste, il leur rend justice dans une interprétation qui épouse parfaitement  la mise en scène : pas d’excès, ni fioriture, rien que les faits et l’écume qui s’écrase sur les rochers. A la pleine lune c’est encore plus beau.

Je me souviens vaguement du livre de Pierre Loti « Pêcheur d’Islande » , de marins bretons s’engageant pour de longues campagnes dans les mers froides et inhospitalières de ce bout de terre perdu au milieu de nulle part.Ce que je retrouve, à nouveau, dans « Survivre », le genre de film que l’on ne fait plus guère aujourd’hui. De manière très naturaliste, il nous parle  simplement, sans trémolo de caméra, du courage d’un homme, devenu héros malgré lui. Il est le seul rescapé d’un naufrage . Personne ne comprend comment il a pu échapper à une telle catastrophe, en nageant six heures dans…

Vue d'ensemble des tests

Le film
Les bonus

Résumé : Une histoire vraie , racontée de façon naturelle, à travers le portrait d'un homme tout aussi simple dans ses apparences, et pourtant si complexe . Le genre de film d'aventure que l'on ne voit plus guère...

Avis Bonus : Il n'y en a pas ,et c'est bien dommage vu l'histoire du film qui s'inspire de faits réels.

38

The Deep - Survivre (DVD) de Baltasar Kormákur

Date de sortie du DVD : 30 September 2013

Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL

Studio : BAC Films

Duree : 93 minutes

PRIX : EUR 14,99 (Prix de depart : ---)

Laisser un commentaire