Accueil » Les sorties DVD / BR » « Savages » d’Oliver Stones. Sortie Cinéma

« Savages » d’Oliver Stones. Sortie Cinéma

Synopsis: Ben, docteur en botanique et marketing, Chon, mercenaire féru d’armes, et Ophelia, une bimbo à l’intelligence brillante, qui produisent de l’hydro, un cannabis cultivé hors-sol, sans matière organique. Ils vivent de leur petit commerce jusqu’au jour où la reine du Cartel de Baja veut racheter leur business…

La fiche du film

Le film : "Savages"
De : Oliver Stone
Avec : Blake Lively, Taylor Kitsch
Sortie le : 26/09/2012
Distribution : Path? Distribution
Durée : 130 Minutes
Genre : Drame, Thriller
Type : Long-métrage

La critique du film est ici

Laguna Beach, Californie : Ben, botaniste bohème, Chon, ancien Navy Seal, et la belle O partagent tout. Ben et Chon sont à la tête d’un business florissant. Les graines ramenées par Chon de ses missions et le génie de Ben ont donné naissance au meilleur cannabis qui soit. Même s’il est officiellement produit pour des raisons thérapeutiques, ils en dealent partout avec la complicité de Dennis, un agent des stups.

Leur affaire marche tellement bien qu’elle attire l’attention du cartel mexicain de Baja, dirigé d’une main de fer par Elena. Face à leur proposition d’«association », Chon est partisan de résister par la force, mais Ben préfère tout abandonner. Pour les contraindre à coopérer, le cartel kidnappe O. Elena a eu raison d’utiliser les liens très forts du trio, mais elle a aussi sous-estimé leur capacité à réagir…

C’est le début d’une guerre entre l’organisation du crime dont le bras armé, Lado, ne fait aucun cadeau et le trio.Qu’il s’agisse de pouvoir, d’innocence, ou de la vie de ceux qu’ils aiment, tout le monde a quelque chose à perdre.

Cette histoire est l’adaptation du best-seller homonyme de Don Winslow, un spécialiste du polar made in USA. Winslow qui a participé à l’élaboration du scénario avoue avoir écrit une bonne partie du roman sous la forme d’un scénario. « Je pensais alors que ce serait plus intéressant à vivre sous la forme d’un film que sous celle d’un livre« . Par la suite, le livre a directement été vendu à Oliver Stone en personne.
Dans l’histoire, le personnage d’Elena, une femme forte et charismatique ne passe pas inaperçu. Elle impose son autorité au sein du cartel. La chose est plutôt rare reconnaît son interprète Salma Hayek . « Ce sont habituellement des hommes qui occupent ce poste » s’étonne la comédienne qui a accepté le rôle en partie pour cette raison, mais pas seulement. Elle s’est tout de suite sentie concernée par la problématique politique du film.  » Je suis mexicaine. J’ai vécu différents aspects de l’histoire d’Elena. Cela fait partie de la vie de mon pays, mais ce n’est pas uniquement un problème mexicain. C’est un problème que nous partageons : l’Amérique et le Mexique sont partenaires dans ce trafic. L’un des pays vend, l’autre achète, et cela échappe aux deux gouvernements », observe-t-elle.


Elle, comme tous ses collègues acteurs ont dû composer avec Oliver Stone, dont le style de direction est souvent qualifié de « difficile mais juste ». Kitsch confirme que les exigences du réalisateur sont élevées : »Oliver remarque toutes vos nuances de jeu. Il vous demandera de les justifier. Lorsque vous vous trompez, il ne se gêne pas pour vous le faire savoir. Avec lui, on est toujours sur le qui-vive et l’interprétation n’en est que meilleure », déclare-t-il.
Un professionnalisme jusqu’au bout du moindre détail. Il engage ainsi et depuis toujours des conseillers techniques sur ses films afin d’en garantir l’authenticité. Cette fois il a fait appel à de vrais militaires pour entraîner ses acteurs le mieux possible, et s’est entouré de plusieurs spécialistes, dont un expert du piratage informatique, un spécialiste du cannabis, ainsi qu’un agent de la DEA récemment retraité.

L’équipe devait réaliser des effets pyrotechniques pendant la saison où le risque d’incendies est le plus élevé, ce qui a obligé Oliver Stone à se battre pour obtenir l’autorisation de poser ses caméras là où il le voulait ! Le producteur Eric Kopeloff se souvient du chemin de croix que cela a représenté : « Nous avons donc demandé à rencontrer plusieurs agences gouvernementales pour soutenir notre projet.. »
Uma Thurman, qui devait jouer la mère de Blake Lively, a été coupée au montage « car le film était trop long » selon la version officielle.. Les séquences avec Benicio Del Toro en famille l’ont également été.

Voir aussi

« Good Time » de Ben et Joshua Safdie. Critique cinéma

Deauville en aurait parait-il fait un festival !

Laisser un commentaire