Accueil » A la une » « Peggy Sue s’est mariée » de Francis Ford Coppola. Critique Blu-ray

« Peggy Sue s’est mariée » de Francis Ford Coppola. Critique Blu-ray

  • Dvd : 17 février 2021
  • Cinéma : 07 Janvier 1987
  • RéalisateurFrancis Ford Coppola
  • ActeursKathleen Turner, Nicolas Cage, John Carradine, Barry Miller, Catherine Hicks
  • Durée103 minutes
  • LangueAnglais
  • Sous-titres : Français
  • Studio  : Carlotta Films

L’histoire : 1985, les anciens du lycée Buchanan, classe 1960, se retrouvent chaque année. Cette fois, ils sont en habit d’époque, jupes gonflantes, robes sixties, brosse et nœuds  pap’. Peggy, très populaire à l’époque, se retrouve reine de la soirée avec pour partenaire son mari, Charlie, le rocker. Mais ce tandem si brillant jadis est sur le point de se séparer…

  • Film  ET Bonus :   

Les apparences sont trompeuses, la nostalgie sans effet. De revoir son ex à la fête du lycée la ramène aux années sixties, folle amoureuse alors de Charlie qui la charmait de sa voix enjôleuse et de sa technique capillaire. Peggy retourne dans sa jeunesse, vingt-cinq ans plus tôt, sans trop savoir ni pourquoi, ni comment.

Peggy s’enfonce dans son rêve et «  Camille redouble ».

Entre les films de Francis Ford Coppola et Noémie Lvovsky, vingt-cinq ans d’écart et un ton résolument différent. Quand Camille refuse de revivre ce qu’elle a connu jeune fille, Peggy recolle innocemment les pièces de son propre puzzle.

Elle vit un conte de fée, elle tient à sa baguette magique. Elle ne corrigera rien de son passé.

Les années lycées, ses copines, les sympas, les pimbêches et Dolores, la peste ( Lisa Jane Persky)  qui n’arrête pas de la harceler. Pour des histoires de flirt, bien évidemment.

Au lycée, Peggy est la seule à ne pas se moquer de Richard ( Barry Miller ) un binoclard triple foyer et intello fou. Il lui en sera toujours reconnaissant…

Ses parents (Barbara Harris et Don Murray ) ne saisissent pas très bien les changements opérés par leur fille qu’ils ont connue tout autre. Elle leur parle des traites de la maison à régler et de son mari dont elle vient de divorcer. Au lycée elle rabroue son prof de math, sachant pertinemment que l’algèbre ne lui servira à rien. Elle est restée ce qu’elle était, elle revit son adolescence à l’âge de la quarantaine.

Décalage temporel amusant, Coppola joue sur ces anachronismes, mais ne les assume pas pleinement. Il sont très courts, sans véritable effet scénaristique.

Le réalisateur papillonne dans l’illusion de son héroïne, bercée par des musiques ad-hoc et des souvenirs pastels. Un parti pris qu’il mène de main de maître, le cadre est agréable, le récit bien troussé.

Kevin J. O’CONNOR, Wil SHRINER, Jim CARREY, Nicholas CAGE

Nicolas Cage enjôleur de première est marrant. Kathleen Turner tout à fait dans la peau de son personnage. Il est sympathique de relever les premiers pas ou presque de Jim Carrey et découvrir Sofia Coppola en petite peste tout aussi marrante.

On passe ainsi un moment agréable, sans exagérer les contours d’une comédie devenue très classique.

LE SUPPLEMENT

  • « Réparer le présent » (  23 mn ) . Analyse de Jean -Baptiste Thoret . Toujours cette logorrhée pour dire tout le bien qu’il pense d’un film situé dans une période délicate pour Coppola. Après « Coup de cœur » ( 1982 )  il n’a plus beaucoup de ressources, artistiques et financières .

Le réalisateur accepte donc les commandes, dont «  Peggy Sue s’est mariée » «  qu’il s’approprie à travers un scénario dans lequel il ajoute des souvenirs personnels ».  

L’historien revient alors sur les thèmes fondamentaux du réalisateur , qui à travers «Peggy Sue s’est marié » reprend particulièrement celui du passé et des regrets qu’il implique.

Dvd : 17 février 2021 Cinéma : 07 Janvier 1987 Réalisateur : Francis Ford Coppola Acteurs : Kathleen Turner, Nicolas Cage, John Carradine, Barry Miller, Catherine Hicks Durée : 103 minutes Langue : Anglais Sous-titres : Français Studio  : Carlotta Films L'histoire : 1985, les anciens du lycée Buchanan, classe 1960, se retrouvent chaque année. Cette fois, ils sont en habit d'époque, jupes gonflantes, robes sixties, brosse et nœuds  pap'. Peggy, très populaire à l'époque, se retrouve reine de la soirée avec pour partenaire son mari, Charlie, le rocker. Mais ce tandem si brillant jadis est sur le point de se séparer... Film  ET Bonus…
Le film
Le bonus

Vingt-cinq ans avant l’excellent « Camille redouble » de Noémie Lvovsky, Coppola imagine sur un scénario de Jerry Leichtling et Arlene Sarner un retour dans les années lycée. Chaque cinéaste adopte un ton résolument différent. Quand Camille refuse délibérément de revivre ce qu’elle a connu en jeune fille, Peggy recolle innocemment les pièces de son propre puzzle. Elle vit un conte de fée, elle tient à sa baguette magique. Ce qui procure une comédie sentimentalo-romantique, à peine nostalgique. Nicolas Cage enjôleur de première est marrant. Kathleen Turner tout à fait dans la peau de son personnage. Il est sympathique de relever les premiers pas ou presque de Jim Carrey et découvrir Sofia Coppola en petite peste tout aussi agréable. On passe un moment agréable, en ne regrettant rien de ces années sixties.

AVIS BONUS Jean-Baptiste Thoret est aux commandes , analyse et commentaires

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Expérience » d’Abbas Kiarostami. Critique Blu-ray

Les premiers films d'Abbas Kiarostami. Déjà du grain à moudre !

Laisser un commentaire