Accueil » Les critiques » Denis Hopper

Denis Hopper


Dennis Hopper, icône de la contre-culture américaine, décédé, le 29 mai 2010 à l’âge de 74 ans.

Comédien, réalisateur, photographe, peintre et grand collectionneur d’art contemporain, Dennis Hopper était un artiste complet qui trouva sa vocation grâce à deux illustres mentors. Le premier, Vincent Price, célèbre acteur de films d’horreur des années 50 et grand collectionneur, l’initia à l’art moderne. Le second, James Dean, rencontré sur les tournages de
La Fureur de Vivre et Géant, lui prodigua ce conseil: « Fais les choses, ne les montre pas. ».

Sulfureux, rebelle, charismatique, intrigant, Dennis Hopper s’est construit au cinéma une carrière à la marge, s’illustrant dans près de 150 rôles dont certains comme La Fureur de Vivre (1955), Géant (1956), Blue Velvet (1986) et Apocalypse Now (1979), sont devenus cultes.
Mais c’est sans doute la réalisation du mythique Easy Rider, dans lequel il présente un portrait d’une autre jeunesse américaine, éprise de liberté, qui lui valut la consécration et lui permit d’incarner le passage du cinéma classique américain au Nouvel Hollywood.

Au terme d’une carrière exceptionnelle, Dennis Hopper a su faire de son existence une œuvre d’art au risque de se brûler les ailes. 

Voir aussi

« Sans pitié » de Sung-hyun Byun. Critique dvd

Au départ l'histoire est bête comme chou. Et puis un flic décide de ne pas jouer la partition habituelle

Laisser un commentaire