Accueil » A la une » « Ironwed, la force d’un destin » de Hector Babenco. Critique Blu-ray

« Ironwed, la force d’un destin » de Hector Babenco. Critique Blu-ray

  • Durée ‏ : ‎ 2 heures et 23 minutes.-
  • Date de sortie ‏ : ‎ 17 janvier 2023
  • Acteurs ‏ : ‎ Jack Nicholson, Meryl Streep, Carroll Baker, Michael O’Keefe, Tom Waits. –
  • Sous-titres : : ‎ Français . –
  • Langue ‏ : ‎ Anglais , Français 
  • Studio  ‏ : ‎ Carlotta Films

L’histoire : En 1938, Francis Phelan revient dans son Albany natale après de longues années à errer dans une vie de mendiant. En effet, après le décès accidentel de son fils dont il se sent coupable et le souvenir de deux hommes morts de ses mains, Phelan a tout quitté y compris sa famille et sa carrière de joueur de base-ball pour sombrer dans la misère. Autour de la soupe populaire, il retrouve Helen, qui fut jadis, sa compagne d’infortune.

  • Le Film :

D’après  « L’Herbe de fer » de William Kennedy ( Pulitzer de la fiction en 1984). Scénariste

Avec une telle affiche au compteur, logiquement, vous ne prenez guère de risque. Babenco sort d’un succès mondial et s’apprête à franchir cet océan qui le conduit aux Etats-Unis. En poche le Pulitzer du moment , William Kennedy et deux stars « régionales » : Meryl Streep et Jack Nicholson. 

Très jeune, Francis s’opposera à la police lors d’une grève des trams. Les conséquences ne cesseront de le poursuivre

Moteur s’il vous plait, ça va tourner. Autour de deux clodos, autrefois célèbres, l’un pour sa qualité de lanceur au base-ball, l’autre pour sa voix qui a fait le tour de l’Amérique.

Aujourd’hui Francis et Helen vivent à la cloche à Albany où l’homme est revenu après des années de galère. Pour oublier justement cette ville et son passé chargé de disparitions qui le hantent chaque nuit.

Moins torturée, Helen demeure cependant dans les vapes et le vin rouge (photo) à longueur de journée, courant après sa gloire. Babenco s’apitoie presque sur son sort et s’attarde  auprès de la jeune femme vieillie par les épreuves et le ton que lui donne une comédienne peu inspirée.

Meryl Streep anone son texte de la même manière que Nicholson le murmure, lentement, peu pressé semble-t-il d’en découdre avec ses fantômes .

William Kennedy a lui-même écrit le scénario sur l’adaptation de son propre roman auquel il parait ne pas avoir fait de retouche. Ce qui peut expliquer la langueur monotone de cette mise en scène dans laquelle Nicholson se reprend sur un talent aux réserves insoupçonnées.

A la hauteur de ce personnage à la dérive et à la bibine, porte-parole des laissés-pour-compte de l’Amérique que le cinéaste portraiture plans serrés et lumière obscure en opposition totale avec la famille qu’il appelle de ses vœux comme ultime recours à la grâce.

C’est bien là tout le problème de ce pauvre Francis. A l’image du film il en mettra bien du temps pour l’admettre. L’affiche était prometteuse, je vous le rappelle !

Durée ‏ : ‎ 2 heures et 23 minutes.- Date de sortie ‏ : ‎ 17 janvier 2023 Acteurs ‏ : ‎ Jack Nicholson, Meryl Streep, Carroll Baker, Michael O'Keefe, Tom Waits. - Sous-titres : : ‎ Français . - Langue ‏ : ‎ Anglais , Français  Studio  ‏ : ‎ Carlotta Films L'histoire : En 1938, Francis Phelan revient dans son Albany natale après de longues années à errer dans une vie de mendiant. En effet, après le décès accidentel de son fils dont il se sent coupable et le souvenir de deux hommes morts de ses mains, Phelan a tout quitté y compris…
Le Film

On ne comprend pas toujours quelque chose à cette mise en scène lugubre et spasmodique qui surligne misère et abandon d’une part de la population américaine à la veille de la seconde guerre mondiale. Deux clodos , autrefois bien intégrés dans la société florissante d’alors, s’aiment de manière tout aussi compulsive, l’un pleurant son passé de lanceur génial au base-ball, l’autre regrettant sa voix qui a fait le tour de l’Amérique. William Kennedy a lui-même écrit le scénario sur l’adaptation de son propre roman auquel il parait ne pas avoir fait de retouche. Ce qui peut expliquer la langueur monotone de cette mise en scène dans laquelle Nicholson se reprend en puisant dans son talent aux réserves insoupçonnées.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Interdit aux chiens et aux Italiens » de Alain Ughetto. Critique cinéma

Comment dire à sa famille, je vous aime ! Grandissimo !

Laisser un commentaire