Accueil » A la une » « Gorky Park » de Michael Apted. Critique blu-ray

« Gorky Park » de Michael Apted. Critique blu-ray

Synopsis: L’inspecteur Arkady Renko est chargé d’enquêter sur un triple assassinat survenu dans le parc Gorki à Moscou. En tentant de lever le voile sur cette affaire sensible, il s’oppose au KGB, découvre l’implication d’un richissime homme d’affaires américain avant de réaliser que cette histoire a également des répercussions personnelles qu’il n’avait pas anticipées...

La fiche du film

Le film : "Gorky Park"
De : Michael Apted
Avec : William Hurt, Lee Marvin
Sortie le : 16/07/1984
Distribution :
Durée : 126 Minutes
Genre : Policier, Drame, Thriller
Type : Long-métrage
Le Film
Les bonus
  • DVD ‏ : ‎3 janvier 2023
  • Acteurs ‏ : ‎William Hurt, Lee Marvin, Ian McDiarmid, Brian Dennehy, Ian Bannen
  • Sous-titres : ‏ : ‎Français
  • Langue ‏ : ‎Anglais , Français
  • Studio  ‏ : ‎L’Atelier d’Images

Une adaptation du roman éponyme de Martin Cruz Smith

Arkadi Renko n’a pas fait une grande carrière de flic dans l’histoire de la littérature ( malgré une dizaine de romans à sa gloire ) et encore moins au cinéma . En 1984  Michael Apted s’y atèle pourtant, autour du premier roman que Martin Cruz Smith lui consacre «  Gorky Park » .

Imperturbable, incorruptible, pondéré, voici notre inspecteur de police, pour la première fois sur grand écran, aux prises avec le KGB.

Renko soupçonne Pribluda (Rikki Fulton) et ses hommes d’être les auteurs d’un massacre perpétré dans le parc Gorki de Moscou, de nuit, et en plein hiver. Le procureur le laisse s’embarquer sur cette piste ( «  c’est le meilleur de la police moscovite » ) s’assurant en retour du soutien qu’il pourrait lui apporter auprès des plus hautes instances.

 

Une compromission sans conséquence pour le jeune policier qui s’apprête à affronter les services obscurs des renseignements soviétiques, la pègre et des acteurs de la guerre froide dont il ignore encore tout. A travers la reconstitution des identités des victimes ( joli travail scientifique ) le voici cependant plus à même de suivre quelques suspects possibles, dont un riche négociant américain, spécialiste dans la vente de peau de zibelines.

Une jeune femme à ses côtés , mais toujours distante, le KGB en filature ( mais qui espionne qui ? ) des hommes en posture, un peu partout et celui qui vous suit et vous met des batons dans les roues. Renko à fort à faire et William Hurt s’en sort avec les honneurs, malgré les rebondissements et autres subterfuges qui n’en finissent pas.

 

Irina ne veut pas croire à la mort de ses amis  » ils ont quitté le pays, ils sont libres ».

Michael Apted tient bien son sujet en respect, mais tire à l’image et à l’intrigue, à en devenir longuet. La verve de ses réparties, l’insolence de sa mise en scène, le ton moqueur de quelques apartés , l’ensemble s’étale avec complaisance, voire suffisance.

Ce qui n’est pas pour déplaire à Lee Marvin dans une posture aussi élégante qu’intrigante, face à Brian Dennehy en invité surprise, rageur, vengeur. La distribution est excellente, vous l’aurez compris.

Au milieu de tous ces hommes, Joanna Pacula , la seule femme, en quête de liberté. Elle détient l’une des clés du mystère mais ignore laquelle. Renko devra être persuasif.

LES SUPPLEMENTS

  • « Retour à Gorky Park » par Philippe Guedj, journaliste cinéma Le Point Pop (25 mn )- Il raconte brièvement la carrière de Michael Apted et aborde le film en dévoilant les tenants et les aboutissants ( attention à le voir avant ) .«  Gorky Park » ne mérite pas l’oubli dans lequel il est tombé ».

Le critique resitue le film  dans l’époque des relations très tendues entre les USA et l’Union Soviétique. Chacun pointe ses missiles vers l’autre . Le sentiment anti-soviétique redouble lorsqu’un avion russe abat un avion de ligne commerciale américain faisant près  de 300 morts.

Le film sort dans ce contexte de très grande défiance vis-à-vis de l’URSS.

Il est intéressant de suivre aussi les relations presque fraternelles entre Lee Marvin et William Hurt, le premier prenant sous son aile le jeune comédien. Et la façon rocambolesque dont Joanna Pacula débarque sur le film.

  • Rencontre avec Michael Apted (  15 mn )- « Il y en avait de trop dans le roman, on a du en couper. Mais le vrai défi était de rendre crédible cette URSS et où tourner ». Sur place, on hoche la tête et on vire l’équipe «  le crime n’existe pas en Union Soviétique » . Ce sera la Finlande beaucoup plus accueillante.

Il parle des comédiens , de Lee Marvin en particulier «  qui était comme on pouvait l’imaginer, avec toute cette filmographie qu’il avait. Mais il agissait comme si c’était la première fois, remarquable … »

DVD ‏ : ‎3 janvier 2023 Acteurs ‏ : ‎William Hurt, Lee Marvin, Ian McDiarmid, Brian Dennehy, Ian Bannen Sous-titres : ‏ : ‎Français Langue ‏ : ‎Anglais , Français Studio  ‏ : ‎L'Atelier d'Images Une adaptation du roman éponyme de Martin Cruz Smith Arkadi Renko n’a pas fait une grande carrière de flic dans l’histoire de la littérature ( malgré une dizaine de romans à sa gloire ) et encore moins au cinéma . En 1984  Michael Apted s’y atèle pourtant, autour du premier roman que Martin Cruz Smith lui consacre «  Gorky Park » . Imperturbable, incorruptible, pondéré, voici…
Le Film
Les bonus

C’est un film d’espionnage, un vrai, un pur, estampillé guerre froide, même si celle-ci ne fait que tramer un récit de trafic de peaux de bêtes et de crimes organisés. Le policier intègre Arkadi Renko, issu de la série littéraire imaginée par Martin Cruz Smith, va devoir affronter le KGB dont il n’a pas pu avoir la peau précédemment , ainsi qu’un mystérieux négociant américain, proche des autorités soviétiques. C’est Lee Marvin à la fois élégant et intrigant devant les accusations de plus en plus prononcées de William Hurt à son encontre. Il s’apprête à jouer «  l’homme araignée » avec Hector Babenco. Michael Apted tient bien son sujet en respect, mais tire à l’image et à l’intrigue à en devenir longuet. La verve de ses réparties, l’insolence de sa mise en scène, le ton moqueur de quelques apartés , l’ensemble s’étale avec complaisance, voire suffisance. Dommage de gâcher un brin, un tel  film d’espionnage validé par l’Histoire et les redites du septième art.

AVIS BONUS Le point de vue d’un critique et les commentaires du réalisateur : parfaits !

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Interdit aux chiens et aux Italiens » de Alain Ughetto. Critique cinéma

Comment dire à sa famille, je vous aime ! Grandissimo !

Laisser un commentaire