Accueil » A la une » « Freda » de Gessica Geneus. Critique cinéma

« Freda » de Gessica Geneus. Critique cinéma

Synopsis: Freda habite avec sa famille dans un quartier populaire de Port-au-Prince. Ils survivent grâce à leur petite boutique de rue. Face à la précarité et la montée de la violence en Haïti, chacun se demande s’il faut partir ou rester. Freda veut croire en l’avenir de son pays

La fiche du film

Le film : "Freda"
De : Gessica Geneus
Avec : Néhémie Bastien, Fabiola Remy
Sortie le : 13/10/2021
Distribution : Nour Films
Durée : 89 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le Film

Un Certain regard -Cannes 2021

Etalon d’argent et Prix du meilleur son au festival panafricain Fespaco 2021!

Il me manque des repères, des codes sur la situation à Haïti pour bien saisir l’enjeu de ce film aux nombreuses équations sur l’avenir du pays . Situation politique tendue, instable, posée sur la braise d’une révolution endémique.

La réalisatrice l’exprime au sein de cette famille sans grande ressource ( une épicerie de rue … ) qui affronte les contraintes quotidiennes à l’aune des préoccupations bien différentes des enfants ou de la mère.

Moïse, (Cantave Kerven ) un brave garçon, qui ne se pose pas trop de questions, et évite ainsi bien des problèmes, jouit d’un patriarcat local et familial de bon aloi.

Ses deux sœurs, s’entendent sur le cœur, pas sur l’avenir.

Esther (, Djanaïna François) mise sur ses charmes qui lui fait rencontrer des gens fortunés. Freda vise cette jeune génération prête à en découdre, sans violence, face à la corruption du pouvoir. Elle est la courroie de transmission familiale que sa mère ( Fabiola Remy) n’a peut-être pas su saisir quand il était encore temps.

La dame se laisse porter par les événements, pour un mari absent, inexistant.

Un état d’abandon singulier dans cet univers d’amour et de violence pour un homme qui meurt devant votre boutique, un amant attaqué pendant son sommeil. Yeshua est artiste ( Jean Jean) et lui propose d’aller vivre avec lui à Saint-Domingue où il exerce.

Comme une bouée de sauvetage que la jeune fille refuse. C’est au pays dit-elle qu’elle veut vivre et faire vivre. Elle n’accompagnera donc pas sa sœur au concert de Charles Aznavour. «  Il chante la misère moins pénible au soleil et après tu reviens dans ton ghetto pour en avoir confirmation ».

 Un propos radical, un premier film éminemment engagé, sinon politique qui sort quelques mois après l’assassinat du président Jovenel Moïse. Une résonnance particulière marquée par les manifestations de rue assez fréquentes, et les envolées joyeuses d’une danse  incantatoire.

Gessica Geneus multiplie les points de vue et s’égare dans le dédale de ses nombreuses thématiques. Dont celle du désarroi de la jeunesse, voire de son abandon par les classes dirigeantes. Pour dire l’espoir en ce pays, et le courage des femmes.

Reste Freda , impétueuse et volontaire, Néhémie Bastien, belle actrice à l’interprétation déterminante.

Un Certain regard -Cannes 2021 Etalon d'argent et Prix du meilleur son au festival panafricain Fespaco 2021! Il me manque des repères, des codes sur la situation à Haïti pour bien saisir l’enjeu de ce film aux nombreuses équations sur l’avenir du pays . Situation politique tendue, instable, posée sur la braise d’une révolution endémique. La réalisatrice l’exprime au sein de cette famille sans grande ressource ( une épicerie de rue … ) qui affronte les contraintes quotidiennes à l’aune des préoccupations bien différentes des enfants ou de la mère. Moïse, (Cantave Kerven ) un brave garçon, qui ne se…
Le Film

Il me manque des repères, des codes sur Haïti pour bien saisir l’enjeu de ce film qui pose les différentes équations d’une situation politique tendue, instable et sur la braise d’une révolution endémique. On y évoque l’aide internationale après un tremblement de terre, de l’argent que les Haïtiens n’ont jamais vu. La crispation s’exprime au sein de cette famille sans grande ressource ( une épicerie de rue … ) qui affronte les contraintes quotidiennes à l’aune des préoccupations bien différentes des enfants ou de la mère. Celle-ci incarne parfaitement l’état actuel du pays. Elle ne sait plus comment sauver sa petite famille, la protéger, mais a-t-elle pu les élever normalement ? Et a-t-elle encore les ressources nécessaires pour faire face aux événements. Sur cette trame familiale Gessica Geneus signe un premier film éminemment engagé, sinon politique d’autant qu’il sort quelques mois après l'assassinat du président Jovenel Moïse. Une résonnance particulière marquée par les manifestations de rue assez fréquentes, et les envolées joyeuses d’une danse parfois incantatoire. La réalisatrice multiplie les points de vue et malheureusement s’égare dans le dédale de ses nombreuses thématiques. Dont celle du désarroi de la jeunesse, voire de son abandon par les classes dirigeantes. Reste Freda , impétueuse et volontaire, Néhémie Bastien, belle actrice à l’interprétation déterminante.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« La Famille Asada » de Ryôta Nakano. Critique cinéma

Un hommage à la famille, la consécration de l’art photographique, l’un et l’autre réunis dans un très beau film.,

Laisser un commentaire