Accueil » Aventure » « La planète des singes : les origines » de Rupert Wyatt. Critique DVD

« La planète des singes : les origines » de Rupert Wyatt. Critique DVD

Synopsis: Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets.

La fiche du Disque

Le film : "La Planète Des Singes : Les Origines"
De : Rupert Wyatt
Avec : James Franco, Freida Pinto,Tom Felton
Sortie le : 10 décembre
Distribution : Fox Pathé Europa
Durée : 100 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Disque : 1
Le film
Les bonus

Les meilleurs dvd Décembre 2011 ( 7 ème )

Une évidence : les singes ne manquent pas.Beaucoup de singes, bien imités, dont Andy Serkis, dans le pelage du héros.Sans quoi, ce serait morne plaine avec tous ces humains échappés  d’un zoo de platitudes (on y prépare des dialogues du même tonneau) au milieu d’une jungle tout aussi rabougrie : il n’y a pas de place pour la mise en scène. Et la photo d’Andrew Lesnie n’y change rien.

Par bonheur, nos primates ont couché sur un scénario peau de chagrin , une histoire à remonter le temps, peut-être celle par laquelle  il aurait fallu commencer.Le singe vit dans la forêt et si des scientifiques s’avisent de l’en déloger, ce sera avec pertes et fracas.Dans son arbre, tôt ou tard , il retournera.C’est inscrit dans ses gênes et dans le regard du pauvre César, qui après avoir senti, un court instant le parfum du séquoia et fait les frais de quelques malheureuses expériences chimiques, décide d’envoyer tout promener.

Franco et Pinto, ils sont mignons, mais c’est tout

C’est cet aspect là, et seulement celui-là qui m’a intéressé, sans vraiment me passionner.D’ailleurs il me semble que le réalisateur Rupert Wyatt  , prend réellement les commandes de son film, à cet instant : les scènes de confinement des sagouins portent une véritable charge émotionnelle, il est vrai relayée par le responsable de l’ hébergement, un sacré lascar.Le rôle tenu par Tom Felton , est un rien prévisible et le comédien en fait  des tonnes pour nous faire comprendre que c’est lui le méchant, très méchant et qu’il faudra bien payer un jour.Mais son entourage est tellement composé de personnages fadasses ( plus niais que le couple James Franco –Freida Pinto, tu meurs ) que je ne l’ai pas lâché d’une semelle.

Celle dont il use pour mâter ses pensionnaires , qui ne perdent rien pour attendre.Et le spectateur non plus, car le final tant annoncé dégringole en un déluge de catastrophes,plus fortes les unes que les autres.On les a déjà vues cent mille fois au cinéma.Mais, imaginez des singes grenouillant sur le pont de San Francisco avec des policiers armés jusqu’aux dents…Après une heure trente de tergiversations calamiteuses sur les bienfaits du « A112 » ,censé guérir la maladie d’Alzheimer,enfin du spectacle.Ce n’est pas forcément celui qui au cinéma me fait rêver, mais réduit à la portion congrue, on se contente de quelques miettes.

LES BONUS

 

  • Scènes inédites. Il y en a deux, dont celle où César s’apprête à faire basculer l’hélicoptère. Une partie de cette scène est en animation studio.
  •  La mythologie de la saga. A partir de quelques courts extraits sur les autres films de la saga, on en vient bien sûr aux origines, «qui montrent vraiment comment les germes des mondes à venir ont été plantés ». Sur le travail de recherches, on découvre que de nombreux primates sont élevés chez des particuliers, et que les singes se révoltent souvent …

Le thème de l’arrogance humaine est ici explicité à travers quelques scènes de tournage et du personnage de César, complétées par les allusions aux autres films .« Mais attention si on les exagère, ça devient ridicule »

 A la fois scénariste et productrice Amanda Silver, parle de la présence de Andy Serkis, dans le rôle de César. C’est effectivement la bonne nouvelle de ce film, que confirme le producteur Dylan Clark. On assiste alors à plusieurs scènes de tournage avec le comédien dans son habit électronique. Il explique sa manière d’interpréter le rôle. Instructif.

Les meilleurs dvd Décembre 2011 ( 7 ème ) Une évidence : les singes ne manquent pas.Beaucoup de singes, bien imités, dont Andy Serkis, dans le pelage du héros.Sans quoi, ce serait morne plaine avec tous ces humains échappés  d’un zoo de platitudes (on y prépare des dialogues du même tonneau) au milieu d’une jungle tout aussi rabougrie : il n’y a pas de place pour la mise en scène. Et la photo d'Andrew Lesnie n'y change rien. Par bonheur, nos primates ont couché sur un scénario peau de chagrin , une histoire à remonter le temps, peut-être celle par laquelle  il aurait…

Review Overview

Le film
Les bonus

Un scénario calamiteux, une mise en scène inexistante, des personnages taillés dans la guimauve : une fois encore les singes ont pris le dessus ....

Avis Bonus : Bizarre comme ces bonus sentent la promo, notamment le chapitre sur la saga. Mais bon, on apprend quand même certaines choses et l’intervention de Andy Serkis autour de la performance capture est intéressante.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Tel Aviv on Fire » de Sameh Zoabi. Critique cinéma-dvd

A quelques jours d’intervalle, un DVD (« Samouni road » de Stefano Savona) et un film « Tel …

5 Commentaires

  1. plutot d’accord avec la critique même si je vous trouve assez sévère. La scène du pont de san francisco :whistle: est excellente

  2. effectivement ,la scène du pont est plutôt réussie, surtout au regard du reste…

  3. 🙁 Je me réjouissais à l’idée de voir ce film et quelle déception ! Le scénario est si pauvre ! Au secours.

Laisser un commentaire