Accueil » Documentaires » « Même la pluie » d’Icíar Bollaín. Critique cinéma

« Même la pluie » d’Icíar Bollaín. Critique cinéma

Synopsis: Sebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d'un film. Les budgets de production sont serrés...

La fiche du film

Le film : "Même la pluie"
De : Icíar Bollaín
Avec : Gael García Bernal, Luis Tosar
Sortie le : 05/01/2011
Distribution : Haut et Court
Durée : 103 Minutes
Genre : Drame, Historique
Type : Long-métrage
Le film

Un grand film qui mêle le plaisir à la réflexion. Là où le  grand public adhére à des thèmes a priori ardus. Ils sont nombreux , mais le scénario les concentre intelligemment  autour du projet initial ( le film dans le film ) en les imbriquant les uns dans les autres par une alchimie , qui m’échappe, le talent d’ Icíar Bollaín mis à part  .

Toutes les histoires de la réalisatrice ne font qu’un seul et même récit qui débute avec l’arrivée de Christophe Colomb sur les terres du Nouveau Monde pour s’achever sur la situation politique et sociale de la Bolivie.

Le film dans le film, donc. Mais où est le vrai film, où est la fiction, et la réalité ? Une équipe débarque dans une région montagneuse de Bolivie pour réaliser un long-métrage sur les premiers pas des conquistadors espagnols. Alors que le tournage débute, la population commence à se rebeller contre ses dirigeants qui souhaitent privatiser l’accès à l’eau courante. L’un des meneurs de la révolte, un figurant très important du film,  joue le rôle de l’indien rebelle à l’envahisseur.

photo même la pluie

A ces situations parallèles, historiques et sociales, que quatre siècles séparent, la superposition des personnages qu’interprète magnifiquement Carlos Aduviri, nous conduit imperceptiblement à nous perdre, en toute connaissance de cause, dans cette aventure. On tourne un film, mais sans caméra, ni perchman, ni clapman.

On ne les voit jamais, ou si peu, que le film dans le film ne fait plus qu’un. Sur plusieurs niveaux narratifs, aussi divers qu’anachroniques, c’est une mise en abyme parfaitement maîtrisée.Il fallait y penser et surtout le réaliser de si belle manière. Quand les conquistadors poursuivent les indiens dans la forêt, ils agissent à la façon des forces de l’ordre qui tout à l’heure réprimeront une manifestation .Et les dialogues du scénario, font écho à ceux de la rue qui se soulève devant l’injustice et la répression.

Quand le jeune réalisateur s’adresse aux figurants qui refusent d’assurer une scène qu’ils ne comprennent pas, on croit voir et entendre le maire de la ville traiter avec dédain la foule qui défile sous ses fenêtres.

photo même la pluie

Ainsi tout s’entrechoque, s’entrelace, au point de déstabiliser le metteur en scène et son producteur , trop content d’employer à petit prix, la main-d’œuvre locale. De l’exploitation des hommes qu’il dénonce, il en adapte, inconsciemment une version contemporaine, qui lui revient au visage tel un boomerang. Dans la Bolivie d’aujourd’hui, où  la survie d’un peuple est en jeu, l’artiste doit  prendre position au-delà de tout script, scénario et autre fiction historique. Pour mener à bien son film (une entreprise économique à part entière) doit-il alors fermer les yeux ?

La réalisatrice et son scénariste Paul Laverty (qui a du signer une dizaine de films avec Ken Loach)   font preuve d’une osmose parfaite dans la conduite de leur récit avec des acteurs très convaincants. Il y a bien sûr les deux rôles principaux tenus par   Gaël García Bernal, et Luis Tosar, mais les comédiens et figurants locaux ne manquent pas de panache ; ils sont complètement intégrés au film. Ces hommes et ces femmes ne sont plus des personnages de papier. Ce sont les habitants de Cochabamba.

  • Mais aussi. En 1999 à Cochabamba, dans l’Altiplano bolivien, la population s’oppose au candidat Aguas de Turani à qui fut concédée l’eau de la ville. L’année suivante  des barricades sont érigées dans la ville, le président bolivien déclare l’état d’urgence, mais c’est la rue qui l’emporte. Le service d’eau  repasse dans le domaine public

De la prise de conscience au cas de conscience, le fossé se rétrécit.

Un grand film qui mêle le plaisir à la réflexion. Là où le  grand public adhére à des thèmes a priori ardus. Ils sont nombreux , mais le scénario les concentre intelligemment  autour du projet initial ( le film dans le film ) en les imbriquant les uns dans les autres par une alchimie , qui m’échappe, le talent d' Icíar Bollaín mis à part  . Toutes les histoires de la réalisatrice ne font qu’un seul et même récit qui débute avec l’arrivée de Christophe Colomb sur les terres du Nouveau Monde pour s’achever sur la situation politique et sociale de la…

Review Overview

Le film

Depuis « Tetro » je n’étais pas ressorti aussi bouleversé par un aussi grand film . Tous les procédés utilisés ici sont hyper connus, mais la réalisatrice les utilise avec une maestria hors du commun. Pour parler de la Bolivie d’aujourd’hui, faire appel à Christophe Colomb et aux ravages de la colonisation forcée du XVIème siècle, et réussir cette mise en abime, chapeau la colo.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Sans pitié » de Sung-hyun Byun. Critique dvd

Au départ l'histoire est bête comme chou. Et puis un flic décide de ne pas jouer la partition habituelle

Laisser un commentaire