Accueil » A la une » « Perfect days » de Wim Wenders. Critique cinéma

« Perfect days » de Wim Wenders. Critique cinéma

  • 29 novembre 2023 en salle
  • 2h 05min / Comédie, Drame
  • Avec Koji Yakusho, Tokio Emoto, Arisa Nakano

L’histoire : Hirayama travaille à l’entretien des toilettes publiques de Tokyo. Il s’épanouit dans une vie simple, et un quotidien très structuré. Il entretient une passion pour la musique, les livres, et les arbres qu’il aime photographier. Son passé va ressurgir au gré de rencontres inattendues.

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

Festival de Cannes 2023 . Prix du jury œcuménique. Prix d’interprétation  Kōji Yakusho

Le service de l’Hygiène de la ville de Tokyo peut être tranquille. Avec un employé de la trempe de Hirayama, ses toilettes publiques seront bien entretenues. Avec conscience et entrain, notre homme assure nettoyage, récurage et désinfection sans l’ombre d’un reproche.

Chaque matin il se lève heureux en découvrant le ciel bleu et les arbres qu’il adore par-dessus-tout. Sa journée est déjà toute programmée, et de toilettes publiques en sanisettes municipales, il parcourt la ville dans sa camionnette où la musique des sixties le mène bon train.

C’est son autre passion, un bon vieux rock, du rythm’n blues, et le soir un peu de lecture. Faulkner, Highsmith … Hirayama choisit ses auteurs. Un étrange bonhomme. Qui ne parle pas, mais sourit souvent.

Il subjugue Wenders, qui nous transmet le message. Dans ce rituel bien ordonné où chaque jour ne ressemble jamais à celui de la veille. Le même pique-nique, au même endroit ( sous les frondaisons ) , le même bain public , le même petit bistrot …

Une routine décomplexée par la personnalité de son auteur qui devient très vite un proche. On l’accompagne, on l’attend, en espérant que la machine à café va toujours fonctionner, et que son collègue insaisissable, Takashi ( Tokio Emoto) ne va pas trop lui pourrir la vie.

 

Celle qu’il a choisie , à cent mille lieues semble-t-il de son univers d’autrefois où sa nièce fugueuse le rattrape un moment. Niko ( Arisa Nakano ) nous ouvre quelques portes de son histoire dont personnellement je me serais passé.

J’aimais le mystère sans effet qui planait au-dessus du monsieur, son étrangeté à ne pas vouloir parler. Mais avec Niko ( belle rencontre )  il est un peu plus bavard, se livre, elle se confie. Elle ne connait pas Van Morrison (« Brown Eyed Girl » pour la bande son ) , il ignore Spotify.

Niko, une passerelle avec ce monde qu’il se refuse à rejoindre ?  Wenders le pense visiblement, tout aussi paisible et bienheureux dans sa déambulation urbaine et solitaire. Le réalisateur décroche des travellings, tels des flèches en plein cœur. Koji Yakusho les reçoit et en fait très bon usage. Du grand art.

 

A noter : Ce film aux multiples résonnances seventies propose deux reprises de  «  The house of the rising sun ». Dans sa version originale pénitentiaire, et un acoustique japonais interprété par la comédienne qui tient le petit resto. Une très belle version que j’aimerais retrouver… Sur une bande son où Lou Reed nous fait bien évidemment planer, très proche de l’ambiance wenderienne …

29 novembre 2023 en salle 2h 05min / Comédie, Drame Avec Koji Yakusho, Tokio Emoto, Arisa Nakano L'histoire : Hirayama travaille à l’entretien des toilettes publiques de Tokyo. Il s’épanouit dans une vie simple, et un quotidien très structuré. Il entretient une passion pour la musique, les livres, et les arbres qu’il aime photographier. Son passé va ressurgir au gré de rencontres inattendues. Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article Festival de Cannes 2023 . Prix du jury œcuménique. Prix d'interprétation  Kōji Yakusho Le service de l’Hygiène de la ville de Tokyo peut être tranquille. Avec un employé de la trempe de Hirayama,…
Le film

Wenders n’en démord pas , l’homme est seul pour conduire sa destinée comme il l’entend. Une fois encore dans son dernier film, le réalisateur allemand suit à merveille les déambulations d’un individu , hors-système, et tellement décalé cette fois, que l’on ignore au départ ce qui peut bien le motiver. Il nettoie les toilettes publiques de Tokyo, avec entrain et dynamisme , tout en tenant un rythme quotidien particulier. Il aime la musique des sixties, photographie les arbres et dévore des romans d’anthologie. On ne sait rien de lui et sans révéler quoi que ce soit Wenders va tout nous dire, tout aussi paisiblement et bienheureux dans sa déambulation urbaine et solitaire. Le réalisateur décroche des travellings, tels des flèches en plein cœur. Koji Yakusho les reçoit et en fait tès bon usage, du grand art.

User Rating: 4.02 ( 3 votes)

Voir aussi

« Je voulais me cacher » de Giorgio Diritti. Viva il cinema

Le destin incroyable et vrai d'Antonio Ligabue, l'un des maîtres de la peinture naïve aux côtés du Douanier Rousseau et Séraphine de Senlis. Viva il cinema

Laisser un commentaire