Accueil » A la une » « Brooklyn Secret » de Isabel Sandoval. Critique cinéma

« Brooklyn Secret » de Isabel Sandoval. Critique cinéma

Synopsis: Olivia est soignante auprès d’Olga, une grand -mère russe ashkénaze de Brighton Beach à Brooklyn. Fragilisée par sa situation d’immigrante philippine, elle paie secrètement un Américain pour un mariage blanc. Quand l’homme se rétracte, elle rencontre Alex, le petit fils d’Olga, avec qui elle ose enfin une véritable histoire d’amour…

La fiche du film

Le film : "Brooklyn Secret"
De : Isabel Sandoval
Avec : Isabel Sandoval, Eamon Farren
Sortie le : 01/07/2020
Distribution : JHR Films
Durée : 89 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film

Comme une femme française politique issue de l’immigration, favorable à une plus grande fermeté à nos frontières.

Dans la famille d’Olga, babouchka comme on l’appelle, on a peut-être oublié ses origines ashkénazes, pour se fondre dans ce quartier de Brooklyn où elle vit depuis plusieurs générations.

La personne qui se penche jour et nuit sur la vieille dame, on la remarque à peine. Olivia vit pourtant un cauchemar quasi quotidien dans l’attente d’une régularisation sur le sol yankee.

Son mariage blanc vient d’échouer. Les angoisses reprennent . La peur d’être arrêtée n’importe où, n’importe quand, comme beaucoup de ses concitoyens.

Alex, le petit fils, en a pris conscience en l’accompagnant un jour dans le quartier philippin de Brooklyn. Une descente de polices, un couple embarqué, des cris, des enfants qui pleurent.

Un coup de massue pour ce pur produit de la société américaine qui ne prêtait guère attention à la soignante de babouchka. En roue libre, Alex (Eamon Farren ) , malgré ses intolérances boit plus que de raison. Il tente d’être un mec bien, mais retombe dans ses travers.

Il lui faut découvrir et surtout comprendre Olivia tel qu’elle est dans le secret de sa vie complètement chamboulée. Ils vont s’aimer, union charnelle que la jeune femme exprime comme une évidence quand son corps nouveau hésite encore.

Le spectateur n’en sait pas plus tant l’intime et le politique se conjuguent en moderato sur la mise en scène de la réalisatrice-comédienne . Au-delà de la performance, elle signe une œuvre salvatrice dans le pays dont le dirigeant se prend pour un dieu vivant.

Grand Prix du Festival Chéries Chéris 2020 Sortie le mercredi 1er juillet Comme une femme française politique issue de l’immigration, favorable à une plus grande fermeté à nos frontières. Dans la famille d’Olga, babouchka comme on l’appelle, on a peut-être oublié ses origines ashkénazes, pour se fondre dans ce quartier de Brooklyn où elle vit depuis plusieurs générations. La personne qui se penche jour et nuit sur la vieille dame, on la remarque à peine. Olivia vit pourtant un cauchemar quasi quotidien dans l’attente d’une régularisation sur le sol yankee. https://www.youtube.com/watch?v=Y6-eHJsRWSs Son mariage blanc vient d’échouer. Les angoisses reprennent .…
Le film

Quand on découvre Olivia on n’y prête pas forcément attention. Elle soigne la vieille grand-mère d’une famille américaine et puis se fond dans son histoire. Près de sa sœur qui la soutient dans l’attente de sa régularisation. Immigrée philippine Olivia vit cet espoir dans un cauchemar quotidien, mais silencieux. C’est l’un de ses secrets que le petit-fils de la famille Alex va découvrir avant d’en dévoiler d’autres, aussi douloureux peut-être dans un monde qui n’accepte pas toujours la différence. Ils vont s’aimer, union charnelle que la jeune femme exprime comme une évidence quand son corps nouveau ne connaît pas encore toutes ses ressources. Le spectateur n’en sait pas plus tant l’intime et le politique se conjuguent en moderato sur la mise en scène de la réalisatrice-comédienne . Au-delà de la performance, elle signe une œuvre forte et salvatrice dans le pays où son dirigeant se prend pour un dieu vivant.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Eté 85 » de François Ozon. Critique Blu-ray

Le cinéma a déjà pris la température de cette fièvre estivale. François Ozon diagnostique une fébrilité passagère.

Laisser un commentaire