Accueil » Les critiques » « Time and tide » de Tsui Hark. Critique Blu ray

« Time and tide » de Tsui Hark. Critique Blu ray

Synopsis: Tyler fait la connaissance de Jo dans le night-club où il travaille. Après une nuit de débauche, elle tombe enceinte. Pour subvenir aux besoins de son futur enfant, Tyler devient garde du corps. Au cours d’une mission, il sympathise avec Jack, un ancien mercenaire qui a refait sa vie avec la fille du chef d’une puissante triade hongkongaise. Les deux hommes vont être recrutés dans les deux camps adverses.

La fiche du film

Le film : "Time and tide"
De : Tsui Hark
Avec : Nicholas Tse, Cathy Chui
Sortie le : 12/12/2001
Distribution : Columbia TriStar Films
Durée : 113 Minutes
Genre : Action
Type : Long-métrage
Le film
Les bonus
  • Sortie DVD : 06 mars . – 

Karim Debbache , le vidéaste de « Chroma » me rassure. Spécialiste du cinéma hongkongais, il reconnait n’avoir pas compris grand-chose à la première projection de « Time and Tide ».

Moi non plus. Je me suis référé souvent au résumé pour être certain que j’avais le bon montage et qu’il ne manquait aucune séquence. Je résume : deux gardes du corps plus ou moins copains se retrouvent dans deux camps différents.

L’un d’eux, Tyler attend un enfant de Jo, sa compagne. Quand les deux hommes s’affrontent, la femme pose au milieu de la mitraille et accouche sous les balles. Du grand n’importe quoi mais la force de persuasion de Tsui Hark est assez impressionnante.

Il multiplie les prises, les angles de tir et les déplacements, vitesse supersonique, pour donner à son décor, souvent minable, des allures d’Opéra. Voir les nombreuses séquences entre deux immeubles hauts et vétustes, petit couloir sombre et rétréci dans lequel nos protagonistes se donnent en spectacle.

Car malgré les regards méchants et les allures pas commodes, personne ne se prend au sérieux. A commencer par les gardes du corps formés par un usurier qui n’arrivant pas à retrouver son argent oblige ses débiteurs à travailler pour lui. Résultat : une bande de manches qui n’en ratent pas une !

Ils se trompent de cible, se canardent mutuellement et perdent leur client en un rien de temps. Incompétence notoire, situations drolatiques avant que le réalisateur ne se décide à faire le ménage quasiment dans la dernière heure du film.

On démarre dans un hôtel ( cuisine et dépendances comprises ), poursuite dans le hall d’une gare ( avec la femme prête à accoucher ) avant de terminer dans un stadium.

Du grand déballage d’hémoglobine et de plomb en rafales avant que tout ne rentre dans l’ordre pour permettre à la jeune femme de devenir maman. Ne pas croire, mais la morale est sauve .

LES SUPPLEMENTS

  •  « Time and Tide » par Karim Debbache (9 mn). Le créateur de la web-série « Chroma » raconte sa découverte du cinéma de Tsui Hark et de son film fondamental « Time and Tide ».

J’aime l’honnêteté de ce monsieur : « Je ne sais pas si tout ce que je dis est juste » relève-t-il en évoquant cet univers hongkongais qui visiblement le fascine .

Et quand il dit que « c’est l’une des meilleures scènes réalisées * » , il rajoute «il est vrai je n’ai pas vu tous ses films ». (* celle de l’immeuble…)

 Karim Debbache évoque dans la foulée les similitudes avec  « The Blade » , le lien évident avec « Piège à Hong Kong » et le travail sur le fond de Tsui Hark « qui reprend le polar hongkongais, se le réapproprie.»

  • Le Tout-Puissant (24 mn) . Réalisateurs et scénaristes français basés à Hong Kong, Julien Carbon et Laurent Courtiaud reviennent sur l’importance de « Time and Tide » dans la filmographie de Tsui Hark avec qui ils ont plusieurs fois travaillé.

Ils évoquent la courte parenthèse hollywoodienne du réalisateur à l’époque de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. « Les cinéastes se demandaient ce qu’ils devaient faire, et Tsui Hark va aux USA pour tourner deux fois avec Van Damme avant de revenir chez lui et à son genre de prédilection : le thriller d’action hongkongais. »

« Mais je ne vais pas refaire un film que j’ai déjà fait » dit-il aux producteurs qui n’avaient pas grand-chose à se mettre sous la dent.

Les ellipses ? « le public est tellement au courant de ce qui va arriver que ce n’est pas la peine de le montrer » expliquent encore les deux compères pour un cinéaste qui « tente,  expérimente, se jette à l’eau .Et c’est en payant les pots cassés qu’il avance pour un futur chef d’œuvre , tous les 2/3 films… »

Il a une très grande connaissance du cinéma de Resnais, et il l’admire ….

  •  Action Vérité (20 mn). L’historien du cinéma Charles Tesson évoque la carrière et le style de Tsui Hark, figure de proue du cinéma hongkongais depuis les années 1980.

« C’est la progression de la même pensée de film en film, ça marche, c’est très bien, autrement il recommence et s’interroge » dit-il en rappelant que devant la nouvelle génération montante, le réalisateur a été déstabilisé.

« Des caprices de stars et ça le fout en l’air . (… ) C’est quand même la figure de proue qui a modernisé le cinéma de Hong Kong pendant les 20 ans avant la rétrocession ».

Sortie DVD : 06 mars . -  Karim Debbache , le vidéaste de « Chroma » me rassure. Spécialiste du cinéma hongkongais, il reconnait n’avoir pas compris grand-chose à la première projection de « Time and Tide ». Moi non plus. Je me suis référé souvent au résumé pour être certain que j’avais le bon montage et qu’il ne manquait aucune séquence. Je résume : deux gardes du corps plus ou moins copains se retrouvent dans deux camps différents. L’un d’eux, Tyler attend un enfant de Jo, sa compagne. Quand les deux hommes s’affrontent, la femme pose au milieu de la mitraille et accouche sous les balles. Du…
Le film
Les bonus

On a beau me dire que c’est le génie du genre, je n’accroche pas vraiment à cet exercice de style, qui du divertissement au spectacle montre un savoir-faire indéniable sans pour autant nous confier les clés d’un récit haletant, à suspense ou virevoltant en dehors des sauts de cabris des uns et des autres. La confusion des genres (scénario confetti ) ajoutée à ma propre incompréhension, je passe un moment et puis je passe à autre chose.

AVIS BONUS Plusieurs entretiens qui refont l'histoire du cinéma de Hong-Kong et personnellement j'ai beaucoup appris

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Les Chatouilles » de Andréa Bescond et Eric Métayer. Critique cinéma-dvd

Sortie DVD 15 Mars.- Meilleure actrice dans un second rôle César 2019 : Karin Viard.- …

Laisser un commentaire