Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Edward II » de Derek Jarman . Critique DVD

« Edward II » de Derek Jarman . Critique DVD

Synopsis: Nouvellement couronné, Édouard II d’Angleterre rappelle son fidèle ami et amant Piers Gaveston de l’exil. Follement épris de ce dernier, Édouard le couvre de cadeaux et de titres honorifiques, suscitant la jalousie de la cour.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Edward II"
De : Derek Jarman
Avec : Andrew Tiernan, Dudley Sutton,Tilda Swinton
Sortie le : 02 février 201
Distribution : Carlotta Films
Durée : 86 minutes
Film classé : Accord parental souhait�
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

LA PIÈCE DE CHRISTOPHER MARLOWE

REVUE EN TRAGÉDIE PUNK ET BLASON DE LA RÉSISTANCE GAY

Les historiens vont râler, les puristes, s’étonner ! Mais qu’importe puisque l’œuvre ici portée est d’une magnificence hors-norme, du cinéma théâtralisé ou du théâtre filmé, qui vous emporte immédiatement ou vous rejette une fois les préliminaires assurés.

Derek Jarman les assume avec maestria, posant en trois images et deux dialogues, à la fois sa mise en scène et le prétexte d’une aventure historique soigneusement revue par ses soins.

Ou les amours licencieuses entre le roi Edward II (Steven Waddington )et son mignon Piers Gaveston ( Andrew Tiernan), tous deux à l’interprétation sans faille . Une révolte de palais s’ensuit, qui dans un décor dénudé (des murs, très hauts, le plus souvent, impersonnels) pose l’intemporalité d’un tel sujet et son universalité.

Ici nous sommes proches de notre monde d’entre deux-siècles, où les pairs de sa seigneurie, menés par un colonel parfaitement britannique, portent costume trois pièces et cravate assortie. Mais la manifestation qui s’en suit est sans équivoque vis à vis de l’époque … Leur rébellion est celle d’un peuple de nantis confortés par le pouvoir de l’église et celui des institutions.

Quand celles-ci flanchent devant le cérémonial amoureux de son mentor (le roi couvre de cadeaux et de titres honorifiques son protégé ) le peuple est aux abois et s’en remet alors à la force militaire, trop heureuse d’asseoir son autorité, en vue qui sait d’un futur coup d’état.

L’adaptation de la pièce de théâtre éponyme écrite par le dramaturge et poète Christopher Marlowe en 1592, un contemporain de Shakeaspeare, demeure bien très actuelle de la part d’un cinéaste à la thématique homosexuelle récurrente. Voir The Garden (1990) ou Blue (1993). Séropositif, il nous a quittés il y a quinze ans, à l’âge de 52 ans.

Laissant une œuvre empreinte d’un cérémonial cinématographique très personnel dont « Edward II » est peut-être l’exemple le plus radical. On y joue, très bien, on y danse aussi et cette fois le cinéaste a également fait appel à la chanson, sous les traits et la voix d’Annie Lennox.

L’ensemble donne à voir et à entendre une histoire d’une extrême violence, mais toujours retenue par le regard attentif du cinéaste, qui fait de la passion et de la trahison ici arc-boutées, une peinture baroque d’une extrême beauté, et d’une sobriété monastique.

il est banni, mais il reviendra

Si tous les acteurs sont à la hauteur des prétentions du cinéaste, j’avoue que Tilda Swinton dans le rôle d’Isabella, la reine rejetée, est assez exemplaire. Tour à tour vipère et statue de marbre, esclave et rebelle, elle est l’incarnation même de cette cour jalouse de Gaveston. Un très beau rôle pour une comédienne, coutumière des paysages de Derek Jarman, où elle se promène depuis « Caravaggio » (1985), « War requiem « (1989), « The Garden » (1990) et « Wittgenstein » (1995). Une fidélité exemplaire .

SUPPLÉMENT

EDWARD SELON DEREK (24 mn)
Un retour sur la production d’Edward II et la personnalité de Derek Jarman, au gré d’entretiens avec les producteurs, le directeur de la photographie et l’acteur principal du film, Steven Waddington.

La reine attend sa revanche

Des entretiens qui nous en apprennent beaucoup sur la personnalité d’un artiste qui vivait à Dungeness, dans une maison isolée, près de la mer, avec dans son jardinet plusieurs installations et en toile de fond une centrale nucléaire. Ce qui vous situe déjà le personnage encensé par ses deux producteurs Antony Root et Steve Clark-Hall qui n’en reviennent pas encore de la réaction du cinéaste quand on lui apprend que le budget n’est pas bouclé. « Habituellement, ils se mettent en rogne, nous accusent de tous les maux et puis basta. Mais après un moment de réflexion Derek s’est exclamé “ c’est génial, on va pouvoir le faire autrement ” ».

Ian Wilson, le directeur de la photographie en sait quelque chose, quand il découvre les décors, sans fenêtre, ni porte. «Des cubes de carton » résume-t-il. Le résultat de son travail est pourtant époustouflant, à l’image d’un film «cas unique où la restriction budgétaire a eu un effet positif » remarque Antony Root

Steven Waddington qui tient le rôle-titre s’étonne lui aussi de la façon dont il a été contacté : « normalement, on nous demande de jouer une scène, de lire un texte, mais là Derek n’a parlé que  de son projet en disant que j’avais le rôle ».

Derek Jarman , en personne …

Le volet de l’homosexualité est ouvert par Peter Tatchell, un ami du cinéaste, qui insiste sur son combat contre l’homophobie « Derek a été l’un des premiers à avoir déclaré sa séropositivité, et ce fut important pour notre combat politique sur la reconnaissance des homosexuels à une époque où nos interventions étaient réprimées avec une très grande violence. Ca donnait un visage à notre combat et ce visage était très connu ».

Et dans « Edward II » Derek en rajoute une couche sur le fond et la forme, avec  ces fameuses manifestations . Des membres de l’association « Outrage » participent au casting en criant les mêmes slogans que ceux chantés dans les rues de Londres en 1990. « Quand on pense à cette époque » reprend le producteur Antony Root « sa santé était une bombe à retardement, qu’il devait transporter avec lui en permanence »..

www.carlottavod.com

LA PIÈCE DE CHRISTOPHER MARLOWE REVUE EN TRAGÉDIE PUNK ET BLASON DE LA RÉSISTANCE GAY Les historiens vont râler, les puristes, s’étonner ! Mais qu’importe puisque l’œuvre ici portée est d’une magnificence hors-norme, du cinéma théâtralisé ou du théâtre filmé, qui vous emporte immédiatement ou vous rejette une fois les préliminaires assurés. Derek Jarman les assume avec maestria, posant en trois images et deux dialogues, à la fois sa mise en scène et le prétexte d’une aventure historique soigneusement revue par ses soins. Ou les amours licencieuses entre le roi Edward II (Steven Waddington )et son mignon Piers Gaveston (…

Review Overview

Le film
Les bonus

Le genre de film, on aime ou pas. Moi j'adore pour l'élégance de la mise en scène qui joue à la fois des codes cinématrographiques, et théâtraux , sur un décor minimal , mais superbe et qui permet ainsi de profiter pleinement de la " pièce" magnifiquement interprétée.

Avis Bonus : Ou l'on apprend beaucoup sur la personnalité du réalisateur . Il est toujours commun de dire du bien des disparus, mais là je crois que les témoignages en regard de ce film confirment la grande personnalité de Derek JARMAN.

User Rating: Be the first one !
Edward II (DVD) de Derek Jarman
Date de sortie du DVD : 2 February 2011
Format : Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Carlotta Films
Duree : 86 minutes

PRIX : EUR 35,50 (Prix de depart : ---)

Voir aussi

« Korczak » de Andrzej Wajda. Critique dvd

Dans le ghetto de Varsovie un médecin tentera de sauver 200 enfants de la déportation

Un commentaire

Laisser un commentaire