Accueil » A la une » « L’ombre d’un mensonge » de et avec Bouli Lanners. Critique cinéma

« L’ombre d’un mensonge » de et avec Bouli Lanners. Critique cinéma

Synopsis: Phil, un homme d'âge mur, vit dans une petite communauté presbytérienne sur l'Île de Lewis, au nord de l'Ecosse. Victime d'une attaque cérébrale, il perd la mémoire. Millie, une presbytérienne qui maintenant s'occupe de lui, tente de le ramener vers son passé ...

La fiche du film

Le film : "L’Ombre d’un mensonge"
De : Bouli Lanners
Avec : Michelle Fairley, Bouli Lanners
Sortie le : 23/03/2022
Distribution : Ad Vitam
Durée : 99 Minutes
Genre : Drame, Romance
Type : Long-métrage
Le film

Une terre perdue en Ecosse, une île où un étranger débarque avec son mystère, son accent, sa solitude.

On ne le questionne pas sur son passé. Il travaille bien la terre et c’est tout ce qui compte aux yeux d’Angus (Julian Glover) le patriarche qui mène sa petite famille d’une main de fer, avec l’assentiment de Dieu. Nous sommes chez les presbytériens, là où Millie, la seule femme de la maisonnée vit son célibat sous le quolibet discret des hommes qui la surnomme « la reine des glaces ». Froide, austère …

Après un AVC et une perte de mémoire diagnostiquée temporaire, Phil vit maintenant avec Millie (Michelle Fairley) . Elle s’occupe de lui, lui évoque ce que fut son passé. Une évocation mensongère la taraude mais elle ne peut s’en défaire , tout à son bonheur de vivre l’amour et la liberté qu’il engendre

Une évocation humaine, sensible et juste dans le cadre de ces paysages balayés par le vent où la lumière parait paisible , malgré ce ciel si bas, plombé par des nuages lourds, et menaçants.

Le tempérament des hommes s’en ressent, des caractères au goût de cette terre qui résiste à toutes les intempéries. J’aime bien le portrait têtu de Bryan (Andrew Still) , l’ami de Phil qui lui confie ce chien récupéré il ne sait comment.

La perte de mémoire est terrible, entière. Phil vit maintenant avec, tranquille et rasséréné, jusqu’à ce message téléphonique de Belgique qui lui rappelle son histoire.

Bouli Lanners (ici avec Michelle Fairley), le réalisateur ose la tendresse et la mélancolie.

 

Comme un déclic sur les souvenirs, l’aveu d’un mensonge, l’aveu de l’amour. La certitude alors de mourir heureux. La mélancolie a fait place à la tendresse, et c’est un peu le cœur embué que nous quittons ce couple joliment romantique pour une histoire d’amour à jamais inscrite dans un paysage tout aussi perdu.

De la nostalgie peut-être, de la beauté, surement .

Une terre perdue en Ecosse, une île où un étranger débarque avec son mystère, son accent, sa solitude. On ne le questionne pas sur son passé. Il travaille bien la terre et c’est tout ce qui compte aux yeux d’Angus (Julian Glover) le patriarche qui mène sa petite famille d’une main de fer, avec l’assentiment de Dieu. Nous sommes chez les presbytériens, là où Millie, la seule femme de la maisonnée vit son célibat sous le quolibet discret des hommes qui la surnomme « la reine des glaces ». Froide, austère ... Après un AVC et une perte de mémoire…
Le film

Bouli Lanners excellent comédien s’affirme comme un réalisateur tout aussi emblématique dans le choix de ses sujets, (qu’il écrit le plus souvent), et la manière de les mettre en scène. Le voici donc à nouveau auteur, réalisateur, interprète dans une ode à la nature où l’amour est indissociable des cœurs purs. Sur une île écossaise perdue, un étranger débarque avec son mystère, son accent, sa solitude. Travailleur, il va s’intégrer et même se faire des amis jusqu’à l’accident vasculaire et la perte de mémoire. A son réveil, une femme lui rappelle son histoire d’avant, ses amours… Le couple se reforme donc , mais les remords la tenaillent . En retrouvant la mémoire, va-t-il perdre l’amour ? C’est un peu l’enjeu de ce très beau film, tendre et nostalgique … Deux interprètes d'exception : Bouli Lanners et Michelle Fairley

User Rating: 3.58 ( 2 votes)

Voir aussi

« Les Miens » de et avec Roschdy Zem. Critique cinéma

C’est l’histoire d’une famille, de deux frères, l’histoire de gens qui s’aiment bien. Même le …

2 Commentaires

  1. Voici un excellent film rempli d’humanité, de poésie, de romantisme. Il installe ce que j’aime de plus en plus pour un film : la lenteur et les silences.

  2. Lenteur et silences ….Dans ce cas, vous devriez voir  » First Cow », également sur mon site

Laisser un commentaire