Accueil » A la une » « L’inondation » de Igor Minaev. Critique cinéma

« L’inondation » de Igor Minaev. Critique cinéma

  • En salle : 28 février 2024
  • 01 h 40 – 1993
  • Avec Isabelle Huppert, Boris Nevzorov, Macha Lipkina
  • Russie / France,

L’histoire : Pour sauver son couple qui se meurt, Sophia propose à son mari Trofim d’adopter Ganka, orpheline de treize ans. L’intrusion de l’adolescente va bouleverser leur quotidien tandis que les eaux de la Neva se soulèvent et déferlent sur Petrograd.

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

Version restaurée 4K

  • D’après la nouvelle de Evgueni Zamiatine

Sophia ne peut avoir d’enfant. Trofim son mari, le lui reproche et quand la jeune voisine Ganka, devient orpheline, il accepte sa proposition de la faire venir sous leur toit.

De la cohabitation familiale à l’intimité sentimentale, Sophia se voit très vite rejetée dans l’ombre de ce pauvre appartement où la promiscuité se révèle intenable.

Sophia se réfugie dans la prière, celle de l’ancien régime lui reproche son mari

Sophia va serrer les dents, se fermer au sourire enfantin de Ganka, et tenter de ramener son homme à de meilleurs sentiments . Pas de heurt entre les deux femmes, sinon ce regard haineux devant la jeune fille qui fend son bois à la hache…

Dans ce huis clos, l’oppression est silencieuse. Théâtrale, à l’image de cette mise en scène confinée où peu de mots suffisent à marquer les empreintes.  Dans le demi-ton et les murmures, Igor Minaev soigne le cadre qui retient Sophia prisonnière de ses instincts.

De son amour et de cette mélancolie qu’Isabelle Huppert exprime de fort belle manière, avec une intensité retenue, face à la joie coutumière de Ganka  (Macha Lipkina) éloquente, elle aussi,  dans ses fripes de sauvageonnes.

L’histoire se passe à Petrograd dans les années 1920. L’homme est majeur . La stature de Boris Nevzorov souligne encore davantage cette prédominance accablante et aveugle dans ce décor figuratif de la théâtralité humaine.

Un corps jeté à la Neva qui déborde, un corps gagné par une fièvre puerpérale , tous ces  êtres portés par leur malheur et leur méfait …

On évoquera peut-être alors l’âme russe. 

En salle : 28 février 2024 01 h 40 - 1993 Avec Isabelle Huppert, Boris Nevzorov, Macha Lipkina Russie / France, L'histoire : Pour sauver son couple qui se meurt, Sophia propose à son mari Trofim d’adopter Ganka, orpheline de treize ans. L’intrusion de l’adolescente va bouleverser leur quotidien tandis que les eaux de la Neva se soulèvent et déferlent sur Petrograd. Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article Version restaurée 4K D'après la nouvelle de Evgueni Zamiatine Sophia ne peut avoir d’enfant. Trofim son mari, le lui reproche et quand la jeune voisine Ganka, devient orpheline,…
Le Film

On ressort ce film rare de 1993 auquel Isabelle Huppert apporte toute son énergie et son talent pour interpréter Sophia, jeune femme qui rêve de devenir mère et pouvoir ainsi rester auprès de l’homme qu’elle aime follement. Mais Trofim , déjà ailleurs  ajoute à son infidélité , l’orgueil du mâle tout puissant . L'histoire se passe à Petrograd dans les années 1920. L’homme est majeur . La stature imposante de Boris Nevzorov souligne encore davantage cette prédominance accablante et aveugle sur laquelle se brise les élans de Sophia Isabelle Huppert les exprime de fort belle manière, face à la joie coutumière de Ganka  (Macha Lipkina) éloquente, elle aussi,  dans ses fripes de sauvageonnes.  Deux femmes au destin similaire portés par leur malheur et leur méfait … On évoquera peut-être alors l’âme russe.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Los Delincuentes » de Rodrigo Moreno. Critique cinéma

Délinquants je veux bien, mais de la à en faire des tonnes !

Laisser un commentaire