Accueil » A la une » « L’infirmière » de Kôji Fukada. Critique dvd

« L’infirmière » de Kôji Fukada. Critique dvd

  • Dvd : 6 janvier 2021
  • Cinéma : 5 août 2020
  • RéalisateurKoji Fukada
  • ActeursMariko Tsutsui, Mikako Ichikawa, Sosuke Ikematsu, Mariko Tsutsui, Mikako Ichikawa
  • LangueJaponais 
  • Sous-titres  : Français
  • Durée104 minutes
  • Studio  : Blaq Out

Meilleur DVD Janvier 2021 (4ème)

L’histoire : Ichiko est infirmière à domicile. Elle travaille au sein d’une famille qui la considère depuis toujours comme un membre à part entière. Mais lorsque la cadette de la famille disparaît, Ichiko se trouve suspectée de complicité d’enlèvement. En retraçant la chaîne des événements, un trouble grandit : est-elle coupable ? Qui est-elle vraiment ?

  • Film :

Dans les divers composants du film policier, Kôji Fukada  choisit le thriller familial.

Saki (Miyu Ogawa) a été enlevée par Kazumichi, le neveu de l’infirmière qui quotidiennement soigne à domicile sa grand-mère. Ichiko fait partie de la famille .

Aussi, la révélation du rapt , son implication domestique, jettent-elles le malaise dans une communauté qui décide de son renvoi.

Motoko, (Mikako Ichikawa) la sœur aînée, n’est pas d’accord. A l’origine du silence d’Ichiko sur la nature de ses liens avec le kidnappeur, son rapport avec l’infirmière est plus qu’ambigu. Un trouble sentimental mêlé à la confusion du drame qui agite le clan.

Saki a été retrouvée, Kazumichi (Sosuke Ikematsu) emprisonné, mais le doute subsiste. Quelle part l’infirmière a-t-elle prise dans les événements ? La presse s’empare de l’affaire et la grossit à perdre la raison. Ce qui guette plus d’un témoin, tous détenteurs d’un peu de vérité. Ou de quelques éléments diffus sur un drame qui le devient tout autant.

Les ravages d’une presse à scandales sur la vie privée, professionnelle

C’est dans ces égarements que nous entraîne avec malice un réalisateur avant tout soucieux des rapports humains qui rythment le quotidien familial, à travers les allées et venues de l’infirmière auprès de la vieille dame alitée.

Le soin et l’aide à domicile fixent l’attention autant que les soubresauts alentours. Une identification parfaite au décor sous-tendu par les rebondissements d’une enquête nullement policière. Chaque protagoniste porte en lui ses questions et ses réponses dans un domaine où la raison ne tient plus ses codes.

La grande sœur et l’infirmière étaient très proches

C’est toute l’importance de la première scène, déroutante, dans laquelle Ichiko est devenue Lisa et part nous dit-elle pour de nouveaux horizons. Le dénouement nous les révèle aussi imprévisibles que brutaux .

L’art de la mise en scène au service d’un scénario parfait.

Dans son double jeu, Mariko Tsutsui conserve ainsi la part d’ombre bénéfique au doute et à l’attente énigmatique d’une fin qui n’en finit pas. L’esprit d’un film résolument secret .

Dvd : 6 janvier 2021 Cinéma : 5 août 2020 Réalisateur : Koji Fukada Acteurs : Mariko Tsutsui, Mikako Ichikawa, Sosuke Ikematsu, Mariko Tsutsui, Mikako Ichikawa Langue : Japonais  Sous-titres  : Français Durée : 104 minutes Studio  : Blaq Out Meilleur DVD Janvier 2021 (4ème) L'histoire : Ichiko est infirmière à domicile. Elle travaille au sein d'une famille qui la considère depuis toujours comme un membre à part entière. Mais lorsque la cadette de la famille disparaît, Ichiko se trouve suspectée de complicité d'enlèvement. En retraçant la chaîne des événements, un trouble grandit : est-elle coupable ? Qui est-elle vraiment ? Film : Dans les…
Le film

Le préambule et le final de ce film très énigmatique, voire déroutant sont tout à fait dans l’esprit de ce thriller familial qui autour de l’enlèvement d’une jeune fille par un proche remet en question l’identité de tout un chacun. L’infirmière qui soigne la grand-mère est-elle victime ou coupable des actes de son neveu? En est-elle la complice ? Le trouble qui s’empare de la grande sœur est-il de l’ordre de la morale, ou des sentiments ? C’est dans ces questionnements que nous entraîne avec malice un réalisateur avant tout soucieux des rapports humains qui rythment le quotidien de la famille. L’art de la mise en scène au service d’un scénario parfait. Mariko Tsutsui dans son double jeu conserve ainsi la part d’ombre bénéfique au doute et à l’attente intrigante d’une fin qui n’en finit pas. Ou l’esprit d’un film résolument secret.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Nana et les filles du bord de mer » de Patricia Bardon. Critique DVD

Les désirs et les amours contrariés de Nana et sa bande

Laisser un commentaire