Accueil » Comédies dramatique » « Les Jeunes amants » de Carine Tardieu. Critique dvd

« Les Jeunes amants » de Carine Tardieu. Critique dvd

Synopsis: Shauna, 70 ans, libre et indépendante, a mis sa vie amoureuse de côté. Elle est cependant troublée par la présence de Pierre, cet homme de 45 ans qu’elle avait tout juste croisé, des années plus tôt. Et contre toute attente, Pierre ne voit pas en elle “une femme d’un certain âge”, mais une femme, désirable, qu’il n’a pas peur d’aimer. Pourtant Pierre est marié et père de famille.

La fiche du film

Le film : "Les Jeunes amants"
De : Carine Tardieu
Avec : Fanny Ardant, Melvil Poupaud
Sortie le : 02/02/2022
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 112 Minutes
Genre : Romance
Type : Long-métrage
Le film
Les bonus
  • DVD : 08 Juin 2022 .- 
  • Cabourg 2022 : Swann d’or de la réalisation et de la meilleure actrice ( Fanny Ardant )

Les actrices se plaignent de ne plus recevoir de bons projets, une fois fêtée la cinquantaine.

Après « ADN » et «  La Belle Epoque » Fanny Ardant échappe une fois encore à la plainte dans ce très beau personnage, sur un chemin de traverse pour des amours inattendues.

A soixante-dix ans,  des années après une brève rencontre, Shauna retrouve un homme de trente ans son cadet. Pierre, père de famille, dit l’aimer follement.

La septuagénaire est troublée, flattée, mais consciente de ce désir impossible qui bouleverse sa vie, jusqu’au point de non-retour. L’impasse. Où l’homme s’engouffre toute passion débridée, tel un amant fougueux.

Célibataire, Cécilia, ( Florence Loiret-Caille ) ne sait pas trop comment se comporter quand elle comprend le bonheur de sa mère

La situation est hors norme, mais le propos prend très vite l’ascendant sur les poncifs du genre que la réalisatrice enfile à loisirs. Aux situations convenues, aux attentes prévisibles, la complicité des interprètes sauve  la mise d’un discours amoureux aux élans pathétiques.

Fanny Ardant est grande dans ce rôle d’une féminité lucide et vieillissante . Melvin Poupaud, aussi parfait en tendre soupirant, emporté par sa passion dévorante. Leurs proches s’étonnent, s’extasient, ou rejettent cette histoire d’un autre âge, qui trouble une amitié ( Sharif Andoura ), et d’autres aventures.

Ce que rapporte le scénario, Carine Tardieu l’amalgame dans des situations forcément équivoques, sans issues possibles. La mise en scène se fige, presque statique. La musique, sirupeuse, trop souvent plaquée sur les dialogues accentue cette romance malmenée par la vie qui vous rattrape.

Les rides se creusent, la fatigue, les premiers troubles de la  maladie, ou l’inéluctable destinée à laquelle Pierre fait un pied de nez, quand Shauna se dérobe, par trop d’amour désormais impossible.

Le mélo est total, totalement assumé.

Jeanne ( Cécile de France) connait la liaison de son mari mais en ignore encore l’identité

LE SUPPLEMENT

  • Rencontre avec Carine Tardieu et la scénariste Agnès de SacySolveig Anspach avait l’idée de cette histoire très personnelle qu’elle envisageait de réaliser elle-même.  «  On a porté cette version pendant une petite année » se souvient Agnès de Sacy«  mais Solveig était déjà malade et a compris qu’elle ne ferait pas le film ».

«  Elle souhaitait pour la réalisation que ce soit une femme ».

Carine Tardieu :  «  c’était difficile de reprendre un tel projet , mais c’était attirant » . Elle entame alors l’écriture avec la scénariste, en y ajoutant la pointe de lumière qu’elle n’avait pas vue dans le premier script.

De leur collaboration, l’une et l’autre évoquent les différentes étapes .

DVD : 08 Juin 2022 .-  Cabourg 2022 : Swann d'or de la réalisation et de la meilleure actrice ( Fanny Ardant ) Les actrices se plaignent de ne plus recevoir de bons projets, une fois fêtée la cinquantaine. Après « ADN » et «  La Belle Epoque » Fanny Ardant échappe une fois encore à la plainte dans ce très beau personnage, sur un chemin de traverse pour des amours inattendues. A soixante-dix ans,  des années après une brève rencontre, Shauna retrouve un homme de trente ans son cadet. Pierre, père de famille, dit l’aimer follement. La septuagénaire est troublée, flattée, mais…
Le film
Les bonus

Un quadragénaire s’éprend d’une septuagénaire. Joli thème autour duquel Melvil Poupaud et Fanny Ardant composent une romance parfaitement interprétée, mais difficilement supportable sous l’angle d’une caméra sans véritable entrain. Il y a passion dans les corps et les regards, mais sans élan, ni souffle crédible dans cette relation qui malmène à juste titre l’entourage et fait chavirer plus d’un principe. Ce que la réalisatrice traduit par une suite de situations convenues ( peut-on parler de clichés ? ) dans lesquelles elle  laisse aux acteurs le soin de donner chair à cette aventure hors-norme. La musique n’arrange pas les choses.  Sirupeuse, elle est très souvent plaquée sur les dialogues. Le mélo est total, totalement assumé.

AVIS BONUS La réalisatrice et la scénariste évoquent la manière dont elles ont collaboré après le décès de Solveig Anspach à l'origine de ce projet très personnel

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« La Comtesse aux pieds nus » de Joseph. L.Mankiewicz . Critique Blu-ray.

Hollywood est sans pitié et Mankiewicz le lui rappelle. Grandiose.

Laisser un commentaire