Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford » de Andrew Dominik .Critique dvd

« L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford » de Andrew Dominik .Critique dvd

Synopsis: Nous sommes en 1881. Jesse James a trente-quatre ans et prépare sa prochaine attaque de banque. Il sait que ses ennemis sont prêts à tout pour collecter la prime liée à sa capture et se couvrir de gloire. Mais le vrai danger ne viendrait-il pas de l'homme à qui Jesse fait le plus confiance ?

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "L'assassinat de Jesse James, par le lache Robert Ford"
De : Andrew Dominik
Avec : Brad Pitt, Casey Affleck
Sortie le : 01 janvier /200
Distribution : _
Durée : 0 minutes
Film classé :
Nombre de DVD / Blu-Ray : 0
Le film

Jesse James fut l’une des premières superstars américaines. On a écrit d’innombrables livres et récits sur le célèbre hors-la-loi des Etats-Unis. Fascinants et hauts en couleur, ceux-ci se focalisent le plus souvent sur son image publique et ses exploits… avec un souci tout relatif de la vérité. Ceux que Jesse James pilla, ceux qu’il terrorisa et les familles de ceux qu’il tua ne virent en lui qu’un dangereux criminel. La presse, qui suivit avec passion ses braquages tout au long des années 1870, jetait par contre sur lui et sa bande un regard des plus admiratifs.
Homme du sud, ancien guérillero, Jesse aurait agi au nom d’une cause, noble et tragique : se venger de l’Union qui avait gâché sa vie avant de le marquer dans son corps. Ses concitoyens, de plus en plus urbanisés, de plus en plus coincés et réduits à une vie d’une désolante banalité, voyaient en lui le dernier des aventuriers. Un mythe vivant…
L'Assassinat de Jesse James par le lache Robert Ford

Robert Ford était l’un des plus ardents admirateurs de Jesse. Ce jeune homme idéaliste et ambitieux rêvait depuis longtemps de partager les aventures de son idole. Il était loin de prévoir qu’il entrerait dans l’Histoire comme « le sale petit lâche » qui tuerait Jesse James dans le dos.
Mais qui fut vraiment Jesse James, au-delà du folklore et du battage journalistique ? Et qui fut ce Robert Ford, entré à 19 ans dans le cercle des intimes de Jesse, qui réussirait à abattre chez lui l’homme que poursuivaient les polices de dix Etats ? Comment devinrent-ils amis ? Que se passa-t-il entre eux durant les jours et les heures précédant ce fatal coup de feu qui scellerait leurs destins ?

  • Ce que j’en pense.

Un titre formidable. La synthèse parfaite d’une histoire que l’Amérique porte encore au plus profond d’elle-même et que Dominik place dans un contexte résolument onirique. Ses images à l’esthétisme appuyé délaissent les situations épiques de l’épopée (l’après-guerre de Sécession) pour mettre en scène ces deux hommes appelés à s’entre-tuer.
Brad Pitt et Casey Affleck trouvent leur compte dans ce face-à-face obsessionnel où les silences et les regards qui s’épient donnent une épaisseur palpable au drame merveilleusement esquissé. En écoutant les spécialistes parler de Jesse James, on se dit que Dominik a décidément bien visé.

Jesse James fut l'une des premières superstars américaines. On a écrit d'innombrables livres et récits sur le célèbre hors-la-loi des Etats-Unis. Fascinants et hauts en couleur, ceux-ci se focalisent le plus souvent sur son image publique et ses exploits... avec un souci tout relatif de la vérité. Ceux que Jesse James pilla, ceux qu'il terrorisa et les familles de ceux qu'il tua ne virent en lui qu'un dangereux criminel. La presse, qui suivit avec passion ses braquages tout au long des années 1870, jetait par contre sur lui et sa bande un regard des plus admiratifs. Homme du sud, ancien…

Review Overview

Le film

User Rating: Be the first one !
L'assassinat de Jesse James, par le lache Robert Ford [Import belge] (DVD) de Andrew Dominik
Date de sortie du DVD : 1 January 2008
Format : PAL
Studio : _
Duree : 160 minutes

PRIX : EUR 2,78 (Prix de depart : EUR 2,78)

Voir aussi

« L’Opéra » de Jean-Stéphane Bron. Critique cinéma-dvd

Pas d’interview, ni commentaire. La vie se faufile entre plateaux et pendrillons, répétitions et avant-premières …

Laisser un commentaire