Accueil » A la une » « La Ligne » de Ursula Meier. Critique cinéma

« La Ligne » de Ursula Meier. Critique cinéma

  • En salle : 11 janvier 2023.-
  • 1h 43min . –
  • De Ursula Meier . –
  • Avec Stéphanie Blanchoud, Valeria Bruni Tedeschi, Elli Spagnolo . –

L’histoire : Après avoir agressé violemment sa mère, Margaret, 35 ans, n’a plus le droit pour une durée de trois mois, de la contacter, ni de s’approcher à moins de 100 mètres de la maison familiale. Mais cette distance qui la sépare de son foyer ne fait qu’exacerber son désir de se rapprocher des siens.

  • Le film :

A leur façon, ils sont tous attachants dans cette famille. Mais aussi complètement barrés . Qui de la mère ou de la fille est la plus responsable ?  Margaret a sauvagement attaqué sa mère, elle-même hystérique au possible . Sur le pretium doloris, elle en rajoute.

Mais la justice a tranché.

La jeune femme ne peut plus approcher la maison familiale à moins de 100 m, et ce pendant trois mois.

Après le tribunal statuera définitivement.

 

Marion la petite sœur (Elli Spagnolo), particulière elle aussi, (elle aime l’ordre et la religion) ,dessine alors à la peinture, une ligne de démarcation, sur le terrain vague qui jouxte la propriété.

Les choses sont entendues, mais nullement acceptées par l’intéressée dont la sourde colère jaillit à la moindre étincelle. Sur les rendez-vous en limite de zone interdite, les occasions ne manquent pas.

Ca prête à sourire,  le ton sans excès de la mise en scène relève du prodige. On accepte le marché, on y assiste, on y participe tant le «  rentre dedans » de Margaret est un appel à l’amour que personne ne parait pouvoir endiguer.

Face à cette mère désespérante.

Encore plus dans l’interprétation étonnante qu’en fait Valeria Bruni Tedeschi pour qui une « nourricière » doit tout attendre de sa descendance. Il faut l’entendre et  la voir montrer du doigt son aînée qui l’a rendue sourde et privée d’une carrière de pianiste, aboie-t-elle.

Stéphanie Blanchoud lui fait face, tout aussi intense dans sa violence perpétuelle, jamais contenue, qui chavire l’autorité et rogne l’ordre entendu.

Margaret offre ses cadeaux, mais ses sœurs n’y ont pas pensé. «  On n’imaginait pas que tu viendrais »…

Il sera difficile de rabibocher tout le monde, recoudre les plaies et fêter Noël en famille. Interdit, impossible et pourtant c’est une scène d’anthologie que le cinéma nous offre là au cœur d’une sororité désarmante, en plein froid et réconciliations programmées ( photo).

Une ligne comme prétexte sur laquelle toutes les intentions du scénario se traduisent chaque fois en nouvelle proposition de cinéma. On évite la monotonie, le convenu, encore moins le convenable…

En salle : 11 janvier 2023.- 1h 43min . - De Ursula Meier . - Avec Stéphanie Blanchoud, Valeria Bruni Tedeschi, Elli Spagnolo . - L'histoire : Après avoir agressé violemment sa mère, Margaret, 35 ans, n’a plus le droit pour une durée de trois mois, de la contacter, ni de s’approcher à moins de 100 mètres de la maison familiale. Mais cette distance qui la sépare de son foyer ne fait qu’exacerber son désir de se rapprocher des siens. Le film : A leur façon, ils sont tous attachants dans cette famille. Mais aussi complètement barrés . Qui de…
Le Film

Une famille ( une mère et sa fille, mais plus encore ) est séparée par une ligne décrétée par la justice après l’agression de cette fille sur sa mère. 100 m les sépare et trois mois de probation. Cette distance et ce temps fixent le cadre des nouvelles relations familiales que la réalisatrice orchestre de manière sidérante, quand l’une se rapproche, et que l’autre l’éloigne encore plus. Les sœurs font ce qu’elles peuvent , surtout la plus jeune, conciliatrice par défaut qui tente de réconcilier sinon les gens, du moins les situations. Dans cet inconfort Elli Spagnolo, dans son premier rôle au cinéma, trouve sa juste place, face à l’imposante composition de Valeria Bruni Tedeschi  et Stéphanie Blanchoud. Une ligne comme prétexte sur laquelle toutes les intentions du scénario se traduisent chaque fois en nouvelle proposition de cinéma. On évite la monotonie, le convenu, encore moins le convenable…

User Rating: 3.38 ( 1 votes)

Voir aussi

« Tout le monde aime Jeanne » de Céline Devaux. Critique cinéma-dvd

Au départ, ça sonne très beau, à fond écolo, sur le projet de Jeanne : …

Laisser un commentaire