Accueil » A la une » « It must be heaven » de Elia Suleiman. Critique cinéma

« It must be heaven » de Elia Suleiman. Critique cinéma

Synopsis: ES fuit la Palestine à la recherche d'une nouvelle terre d'accueil. La promesse d'une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l'absurde. Aussi loin qu'il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie.

La fiche du film

Le film : "It Must Be Heaven"
De : Elia Suleiman
Avec : Elia Suleiman, Gael García Bernal
Sortie le : 04/12/2019
Distribution : Le Pacte
Durée : 102 Minutes
Genre : Comédie, Drame
Type : Long-métrage
Le film

Quand il regarde autour de lui, Es ne voit que désespoir, abandon et maintenant solitude. Sa femme vient de mourir – du moins on le suppose –  et tout autour de lui rien ne va plus.

A ses yeux la Palestine est devenue une société déliquescente, qui n’a toujours pas autorité sur sa propre histoire . Le pays semble vouer à ce constat d’échec.

Le monde ne tourne  donc plus rond se dit-il, à moins qu’ailleurs, l’herbe soit plus verte. C’est pourquoi Es s’envole vers des continents de rêve dont Paris est le centre et New-York la capitale.

Paris aligne ses défilés de mode dans des quartiers ripolinés, brillants sous le soleil avec des femmes toutes plus ravissantes les unes que les autres . Le cinéaste assume le cliché , s’en repaît jusqu’au SDF à qui on sert un plateau repas composé à sa demande. «  Et ne vous inquiétez pas on repassera ».

L’exercice de style est patent qui rend parfait l’univers du cinéma par sa fausse légèreté et sa tendresse retenue. Devant et derrière la caméra Elia Suleiman nous parle véritablement du monde comme il va aujourd’hui , et ce que l’on en fait revient à dire que la terre appartient bien à celui qui l’habite.

C’est son point de vue qu’il observe tout aussi amusé , constamment au milieu de la chaussée, du champ et de l’image. Une symétrie d’une neutralité bienveillante ( il ne dit pas un mot )  quand au petit matin, la femme de ménage prépare la salle des mannequins d’un grand magasin de haute couture.

Vertige de la vie en travers , le réalisateur induit des comportements, des modes de vie , un regard acide sur la civilisation, pour un refus de scénario, une menace militaire …

A Paris, on mesure sérieusement si les cafetiers respectent la législation …

C’est drôle, fantaisiste, inquiétant, réfléchi…

Comme il y a de «  petites » longueurs et une scène totalement hermétique ( la femme dans le champ d’oliviers sur lequel il revient à deux reprises ) j’aurais bien vu ce film sous la forme d’un moyen métrage ( on supprime la scène de la femme ) ou d’un long métrage chapitré en trois courts métrage .

Mais en l’état, on ne va pas se plaindre. Suleiman est de retour au pays.

Cannes 2019.  Mention spéciale du Jury. Quand il regarde autour de lui, Es ne voit que désespoir, abandon et maintenant solitude. Sa femme vient de mourir – du moins on le suppose -  et tout autour de lui rien ne va plus. A ses yeux la Palestine est devenue une société déliquescente, qui n’a toujours pas autorité sur sa propre histoire . Le pays semble vouer à ce constat d’échec. Le monde ne tourne  donc plus rond se dit-il, à moins qu’ailleurs, l’herbe soit plus verte. C’est pourquoi Es s’envole vers des continents de rêve dont Paris est le centre…
Le film

Le genre d’exercice de style qui rend parfait l’univers du cinéma par sa fausse légèreté et sa tendresse retenue. Devant et derrière la caméra, Elia Suleiman nous parle véritablement du monde comme il va aujourd’hui , et ce que l’on en fait revient à dire que la terre appartient bien à celui qui l’habite. Comme il y a de «  petites » longueurs et une scène totalement hermétique ( la femme dans le champ d’oliviers sur lequel il revient à deux reprises ) j’aurais bien vu ce film sous la forme d’un moyen métrage ( on supprime la scène de la femme ) ou d’un long métrage chapitré en trois courts métrage . Reste que Paris est filmé de manière subliminale au milieu de ses clichés touristiques et de ses monuments. Le tout totalement assumé.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Manta Ray » de Phuttiphong Aroonpheng. Critique dvd .

Un OVNI comme on dit, complètement barré dans les étoiles …

Laisser un commentaire