Accueil » Les critiques » Critiques DVD » « Le policier » de Nadav Lapid. Critique DVD

« Le policier » de Nadav Lapid. Critique DVD

Synopsis: Yaron ,policier d’élite, appartient à une unité anti-terroriste de la police israélienne. Ses compagnons et lui sont ,l’arme, le fusil pointé par l’État sur ses adversaires, «l’ennemi arabe». Sa femme est sur le point d’accoucher . Sa rencontre avec un groupe violent, radical, le confronte à la guerre des classes israéliennes .

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "Le Policier"
De : Nadav Lapid
Avec : Yiftach Klein, Yaara Pelzig, Michael Moshonov, Menashe Noy, Michael Aloni
Sortie le : 20 mars 2013
Distribution : Bodega Films
Durée : 108 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

 Nadav Lapid  joue la différence. Exit le conflit israëlo-palestinien , voici l’ennemi intérieur. Oublié l’apprentissage des premiers ébats, la mise en scène est radicalement posée sur les bases d’un cinéma nouveau. On y suit en alternance le quotidien d’une bande de copains, des policiers d’élite, qui dans l’attente d’une nouvelle mission, vivent comme tout un chacun. Dans la même ville , une autre bande de copains, plus jeunes, s’apprêtent à lancer les graines d’une révolution populaire.

Il est surprenant une fois encore de voir comment le cinéma a pu anticiper ce qui allait conduire au  « printemps israëlien » avec la mise en place d’une contestation qui n’était ni palestienne, ni arabe, mais située au coeur de la population israëlienne. Un antagonisme que ne réalise pas encore le pouvoir en place , qui fort de sa défense civile et de ses convictions ancestrales ( les méchants sont de l’autre côté ) , construit énergiquement un état fort et souverain . En ignorant ses bases , nous dit le réalisateur , qui se lézardent au fur et à mesure que se crée le fossé entre les puissants et le commun des mortels.

Très patiemment, Nadav Lapid  nous conduit à une inévitable confrontation , forgée par ses extrêmes , qui du héros national au rebelle indécis semble dresser une carte du pays , en rupture progressive. Yaron ne voit que par l’autorité qu’il représente, la force qui s’en dégage et la sécurité inhérente. Il s’apprête à devenir père , couronnement de toutes ses certitudes. En face, quelque part dans un appartement bourgeois appartenant  » aux cochons de parents »  de Shira, ses amis élaborent théorie et revendication, avec la naiveté de l’inexpérience.

photo-Le-Policier-Ha-shoter-2011-3

Jamais , avant leur passage à l’acte, ils ne se rencontreront . C’est la force du film qui joue de cette opposition invisible, par la grâce d’un montage abrupt et sans concession. C’est plus à ce niveau que dans la mise en scène que Lapid se distingue , avec une direction d’acteurs tout aussi pertinente : les personnages sont appelés par la caméra , plus qu’elle ne les filme. Une constante que l’on retrouve de plus en plus dans le cinéma d’aujourd’hui ( je pense notamment au récent « Mobius » ) et qui dans « Le Policier » fonctionne à merveille.

Au premier coup d’oeil ça n’a rien d’évident, mais comme le film dure plus d’une heure trente, le regard a le temps de s’accoutumer . Et l’improvisation supposée par le style du réalisateur donne le ton général d’un cinéma qu’il me tarde de revoir.

  • Le making of ( mn)

Prix spécial du Jury au Festival de Locarno, Prix du Public au Festival des 3 Continents, et trois prix au Festival du Film de Jérusalem..Réalisé avant le « printemps israélien », « Le Policier »prophétise en quelque sorte ces évènements et apporte un éclairage nouveau sur la société israélienne.

photo-Le-Policier-Ha-shoter-2011-8
Son propos radical a créé la polémique lors de sa sortie en Israël : la commission de censure, pour des raisons clairement politiques, a décidé d’interdire le film aux moins de 18 ans alors qu’il ne contient aucune scène explicite de sexe ou de violence. Devant le tollé provoqué, la commission a fait marche arrière pour n’interdire finalement le film qu’aux moins de 14 ans..

 Nadav Lapid  joue la différence. Exit le conflit israëlo-palestinien , voici l’ennemi intérieur. Oublié l’apprentissage des premiers ébats, la mise en scène est radicalement posée sur les bases d'un cinéma nouveau. On y suit en alternance le quotidien d'une bande de copains, des policiers d'élite, qui dans l'attente d'une nouvelle mission, vivent comme tout un chacun. Dans la même ville , une autre bande de copains, plus jeunes, s'apprêtent à lancer les graines d'une révolution populaire. Il est surprenant une fois encore de voir comment le cinéma a pu anticiper ce qui allait conduire au  "printemps israëlien" avec la mise en…

Review Overview

Le film
Les bonus

Beaucoup de nouveautés intéressantes dans ce cinéma israëlien qui en tout premier lieu évite de parler du conflit israëlo-palestinien pour mieux se pencher sur les problèmes internes au pays. Avec une mise en scène qui repose avant tout sur un montage très fin, mais abrupt , mettant en alternance plus qu'en parallèle , les forces qui s'opposent. Au début ça surprend, et puis on s'habitue

Avis Bonus : Une interview du réalisateur au milieu d'un making of , plaisant .

User Rating: Be the first one !
Le Policier (DVD) de Nadav Lapid
Date de sortie du DVD : 20 March 2013
Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Studio : Bodega Films
Duree : 108 minutes

PRIX : EUR 10,49 (Prix de depart : EUR 10,49)

Voir aussi

« La Taularde » de Audrey Estrougo. Critique cinéma-dvd

Le milieu carcéral va toujours aussi mal