Accueil » Les critiques » Critiques DVD (page 5)

Critiques DVD

« Trois Visages » de Jafar Panahi. Critique cinéma-dvd

Prix du scénario Cannes 2018 . –  Je ne sais si un réalisateur autre que Panahi réussit aussi bien à matérialiser un propos, une situation, un pays, comme il le fait encore dans ce magnifique film où tout me parait à la fois symbolique et profondément concret. Cette route sinueuse, …

lire »

« La Révolution silencieuse » de Lars Kraume. Critique dvd

 D’après le livre de Dietrich Garstka « La Classe silencieuse ».- A la fin de la seconde guerre mondiale, c’est toujours la guerre. L’Allemagne vient d’être séparée et sa capitale l’est tout autant. On parle maintenant de la construction d’un mur. Le souhait des autorités de l’Est, affiliées à l’Union Soviétiques qui …

lire »

« En Guerre » de Stéphane Brisé. Critique cinéma-dvd

Un contexte social que Stéphane Brizé réajuste à travers une fiction dont le contenu documentaire est très présent. Pour avoir un peu vécu en observateur ce genre de situation, je crois pouvoir en témoigner la justesse. Mais il ne suffit pas d’être un (ancien) journaliste pour retrouver dans ce combat …

lire »

Les meilleurs DVD Blu-ray Septembre 2018

C’est la rentrée aussi pour les DVD et Blu-ray qui sans excès donnent une assez bonne représentation du cinéma actuel . Les Français sont plutôt aux premières loges … Et pour fêter les vingt ans de « Festen », fallait-il le placer hors-concours. Élégamment, il n’a pas voulu monter sur le podium …

lire »

« Un peuple et son roi » de Pierre Schoeller. Critique cinéma-dvd

Un peuple et son roi. Pierre Schoeller évite le mot qui fâche. Révolution ! Et la manière dont on prend la Bastille, ce sont des pierres qui tombent et laissent passer le soleil dans la rue. Jolie métaphore poétique pour dire la liberté qui ne cesse de parcourir cette page interminable de …

lire »

« Foxtrot » de Samuel Maoz. Critique cinéma-dvd

Mostra de Venise, 2017, Grand prix du Jury .- Meilleur dvd Septembre 2018 (2 ème ) . – 8 Ophir (Israël) dont celui du meilleur film.—- Samuel Maoz impose à sa communauté un cinéma d’une grande exigence. Et à l’ensemble des spectateurs aussi, un brin déstabilisés par ce regard peu conventionnel …

lire »