Accueil » Les critiques » « Viva il cinema » : A Tours, tournez sept fois …

« Viva il cinema » : A Tours, tournez sept fois …

  • Plusieurs invités italiens n’ont  pas fait le déplacement. Le virus joue les trouble-fêtes. Mais la 7ème édition a été maintenue … du 04 au 08 mars 2020.
  • Grand Prix de la Ville de Tours et Prix du Jury jeunes :  » Selfie » d’Agostino Ferrente .
  • Egalement en compétition : » Il Campione »  de  Leonardo  d’Agostini- « Bangla » de Phaim Bhuiyan.  » Sembra  mio  figlio »  de  Constanza  Quadriglio-   » Effetto  Domino »  de  AlessandroRossetto.

 David Grieco aurait dû présider cette année un festival qui en 2017 programmait  « La Machination » distribué timidement l’été dernier sous le titre « L’affaire Pasolini ».

Grand Prix de la Ville de Tours, son film n’eut pas les honneurs de la cité tourangelle. Une absence regrettable dans une politique culturelle trop estivale sans doute à l’époque pour se pencher sur les personnalités qu’elle honore par ailleurs.

 Grieco sera présent malgré tout à travers son documentaire « Notarangelo, voleur d’âmes ».

Surnommé le Cartier-Bresson de la Basilicate, Notarangelo n’a eu de cesse de photographier Matera et sa région.

Parmi ses portraits particulièrement expressifs, celui de Pasolini lors du tournage de «  L’évangile selon Saint-Matthieu ».

Matera, une ville hors du temps … ( Photo Lheuredelasortie )

Cinq premiers ou seconds longs-métrages réalisés par de jeunes réalisateurs sont à nouveau en compétition pour cette septième édition. Le Prix de la ville de Tours (le Monstre de Xavier Veilhan .…) est décerné par un jury de personnalités françaises et italiennes.

Le Prix du Public Jeune revient au jury de lycéens tourangeaux.

Gravité, humour, dérision programmation la compétition se place sous le signe de l’émergence et de la découverte d’un jeune cinéma italien créatif et novateur.

L’immigration est un de leur thème récurrent désormais comme nous le rappelle Phaim Bhuiyan avec «  Bangla » et  Costanza Quatriglio . «  On dirait mon fils » raconte l’histoire vraie d’un jeune Afghan de retour au pays pour rechercher sa mère.

« Bangla » de Phaim Bhuiyan

Un thème propice au documentaire-fiction l’une des fortes caractéristiques du cinéma transalpin. L’hommage rendu à Daniele Gaglianone avec « Ma classe » sorti en 2013 est un exemple très parlant.

Un enseignant (Valerio Mastandrea)  a une classe composée d’étrangers qui jouent leur propre situation. Ils apprennent l’Italien pour s’intégrer totalement. Mais au fil de l’enseignement, les rôles vont peu à peu s’inverser et le film changer de registre.

Ou quand la réalité s’invite dans la fiction…

Valerio Mastandrea dans le rôle du professeur, mais aussi Mastandrea réalisateur pour la première fois en 2018 avec «  Ride » programmé dans la série des films inédits en France ( 2018 ).

Prix du meilleur réalisateur au festival de Moscou, ce long-métrage est à l’image de vérité que l’acteur n’a cessé d’incarner dans toute une filmographie éloquente . 1997, Prix d’interprétation au Festival de Locarno avec« Devenir adulte », 2002, Prix du meilleur acteur à la Mostra de Venise (« Velocità Massima »), 2010, 2013 et 2017, David di Donatello pour « La prima cosa bella », « Les équilibristes », « Viva la libertà » et « Fiore ».

LES FILMS EN COMPETITION

  • « Bangla »  2019, 87 mn. Un film de et avec  Phaim Bhuiyan, Simone Liberati, Carlotta Antonelli. Une comédie romantique qui évoque, avec humour et dérision, les malaises de la seconde génération d’immigrants.

Vendredi 6 Mars, 10h, Salle Thélème, en présence du réalisateur-Samedi 7 Mars, 14h, CGR Centre, en présence du réalisateur

  • « Il campione »  2019, 105 mn. Un film de Leonardo D’Agostini, avec Stefano Accorsi et Andrea Carpenzano. Une comédie d’apparence légère qui oppose les dérives du monde du football aux thématiques profondes des rapports humains et du sens de la vie.

Jeudi 5 Mars, 10h, Salle Thélème- Vendredi 6 Mars, 14h, CGR Centre, en présence du réalisateur

  • « Effet Domino » 2019, 104 mn. Un film de Alessandro Rossetto, avec Diego Ribon, MirkoArtuso, Maria Roveran. Dans une ville thermale de Vénétie, un agent immobilier et un géomètre veulent transformer des hôtels abandonnés en résidences de luxe pour personnes âgées.

Les ravages de l’économie capitaliste mondialisée.

Vendredi 6 Mars, 17h, Salle Thélème, en présence du réalisateur-Samedi 7 Mars, 17h30, CGR Centre, en présence du réalisateur

« Effet Domino » de Alessandro Rossetto
  • « Sembra mio figlio » (On dirait mon fils) 2018, 103 mn. Un film de Costanza Quatriglio, avec Basir Ahang, Dawood Yousefi, Tihana Lazovic. A la recherche de sa famille en Afghanistan, Ismail mène le spectateur sur les traces du peuple Hazara et de son destin tragique.

Un film émouvant, en prise avec le réel et l’actualité.

Jeudi 5 Mars, 17h, Salle Thélème-Samedi 7 Mars, 17h, Cinémas Studio, en présence de la réalisatrice

  • « Selfie » 2019, 76 mn. Un film de Agostino Ferrente, avec Pietro Orlando et Alessandro Antonelli. Téléphone à la main, Alessandro et Pietro filment leur quotidien en mode «Selfie», nous entraînant dans la vie de leur quartier où la jeunesse est coincée entre pauvreté et violence.

Vendredi 6 Mars, 14h, Salle Thélème, en présence du réalisateur-Samedi 7 Mars, 10h, CGR Centre, en présence du réalisateur

Un hommage sera rendu à Gianni Amelio à travers la programmation de plusieurs films dont  » Mon frère » et   » Lamerica » le vendredi 06  mars au Studio,

ASSOCIATION VIVA IL CINEMA !

52 bis rue Roger Salengro 37000 Tours Tel: 02 47 27 47 11 .  Pour en savoir plus : www.viva-il-cinema.com

Pass Festival .5 entrées : 25 € . Ils ne sont pas nominatifs et donnent accès à toutes les séances dans la limite des places disponibles. Les entrées non utilisées ne sont pas remboursables

Plein tarif : 7 €.

Ouverture et Palmarès : 7 €  uniquement sur réservation : vivailcinema.festik.net. Les passes ne donnent pas accès à ces deux soirées.

Plusieurs invités italiens n'ont  pas fait le déplacement. Le virus joue les trouble-fêtes. Mais la 7ème édition a été maintenue ... du 04 au 08 mars 2020. Grand Prix de la Ville de Tours et Prix du Jury jeunes : " Selfie" d'Agostino Ferrente . Egalement en compétition :" Il Campione"  de  Leonardo  d'Agostini- "Bangla" de Phaim Bhuiyan. " Sembra  mio  figlio"  de  Constanza  Quadriglio-  " Effetto  Domino"  de  AlessandroRossetto.  David Grieco aurait dû présider cette année un festival qui en 2017 programmait  « La Machination » distribué timidement l’été dernier sous le titre « L’affaire Pasolini ». Grand Prix de la Ville de Tours, son…

User Rating: 3.85 ( 1 votes)

Voir aussi

« Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait » d’Emmanuel Mouret. Critique cinéma

Emmanuel Mouret raconte toujours la même histoire. Même quand Il convoque Diderot . La confusion des …

Laisser un commentaire