Accueil » A la une » « La vie domestique » de Isabelle Czajka . Critique dvd

« La vie domestique » de Isabelle Czajka . Critique dvd

Synopsis: Juliette n’était pas sûre de vouloir venir habiter dans cette banlieue résidentielle de la région parisienne. Les femmes ici ont toutes la quarantaine, des enfants à élever, des maisons à entretenir et des maris qui rentrent tard le soir. Elle est maintenant certaine de ne pas vouloir devenir comme elles. Aujourd’hui, Juliette attend une réponse pour un poste important dans une maison d’édition. Un poste qui forcément changerait sa vie de tous les jours.

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "La Vie domestique"
De : Isabelle Czajka
Avec : Emmanuelle Devos, Julie Ferrier, Natacha Régnier, Héléna Noguerra, Laurent Poitrenaux
Sortie le : 05 février 2014
Durée : 93 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film

Meilleur dvd Février 2014 ( 7 ème )

Assez bien vu, mais très vite horripilant. Trop vrai ? Trop bien visé ? Je ne sais, mais cette galerie de portraits bien élevés dans la soie et le confort m’a très rapidement agacé.

Une bande de pétasses aurais-je dit à une époque. Elles existent, absolument, prennent le café sur le canapé cuir blanc,  immaculé,  le petit doigt levé en commentant les infos de la veille à la TV où «  avez-vous remarqué, comme c’est triste ce qui se passe en Somalie ! ».

Mais le plus agaçant c’est qu’Isabelle Czajka appuie tellement sa démonstration qu’elle se retourne contre elle. Et caricature un propos qu’elle souhaitait semble-t-il plus ciblé sur la condition des femmes d’intérieur.

la vie domestique

Le film ne manque pas de ces scènes soulignées à outrance, dont celle de l’ouverture où un misogyne qui s’ignore explique à Emmanuelle Devos comment il dirige les femmes dans sa petite entreprise.

Entre nous, il n’est pas le seul à avoir ce genre de comportement. Heureusement ,la belle Emmanuelle élève le niveau à tout point de vue, nous évitant l’ennui et les sarcasmes.

Plus que son destin, tout aussi peu enviable (elle s’emmerde dans son existence, c’est une évidence, et le prouve)  c’est un tableau général d’un microcosme sociétal, extrêmement lucide que brosse la réalisatrice . Elle sait de quoi elle parle, semble-til.

21018255_20130708174338978.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

A-t-elle connu ces revers de situations qui font que la femme, en vient à assumer des tâches ménagères, scolaires, alimentaires, pour laquelle  elle n’avait pas forcément envisagé un emploi à plein temps ?

Entre la drôlerie des situations ridicules dans lesquelles elles s’empêtrent et les réactions tout aussi idiotes de leurs chers époux qui eux travaillent du matin au soir, on ne sait trop sur quel pied danser. Il faut reconnaître que le coup d’œil est plutôt bien envoyé.

Je n’ai jamais vu « Desperate Housewives », mais on me murmure qu’il y a de ça dans cette vie domestique qui porte bien son nom. Avec le traditionnel repas entre couples bien élevés, un boulet pour les convives comme pour les maîtres de cérémonie.

C’est alors quasiment la fin des souffrances pour ces dames, leurs monsieurs, les enfants et les spectateurs. Mais c’’est vraiment pas une vie !

Meilleur dvd Février 2014 ( 7 ème ) Assez bien vu, mais très vite horripilant. Trop vrai ? Trop bien visé ? Je ne sais, mais cette galerie de portraits bien élevés dans la soie et le confort m’a très rapidement agacé. Une bande de pétasses aurais-je dit à une époque. Elles existent, absolument, prennent le café sur le canapé cuir blanc,  immaculé,  le petit doigt levé en commentant les infos de la veille à la TV où «  avez-vous remarqué, comme c’est triste ce qui se passe en Somalie ! ». Mais le plus agaçant c’est qu’Isabelle Czajka appuie tellement sa démonstration qu’elle…

Review Overview

Le film

Il est rare qu’un film m’agace autant, sans pour être viscéralement raté. Au contraire, il est plutôt bien vu dans la forme, mais surtout dans le fond, avec cette micro-société de bonnes femmes qui n’ont « rien d’autre à faire » que de tenir leur petit ménage. Je caricature, autant que la réalisatrice, un propos qui à priori entre les lignes et les images entendaient plus souligner la condition féminine dans tout ce qu’elle a de plus rétrograde. Mais en appuyant la démonstration, elle s’enfonce, dommage…

User Rating: 2.8 ( 1 votes)

Voir aussi

« J’accuse… » de Roman Polanski. Critique cinéma

D’après le livre  livre de Robert Harris « D ». – Sauf avis contraire de l’expert, historiquement …

Laisser un commentaire