Accueil » A la une » « La fiancée du poète » de et avec Yolande Moreau

« La fiancée du poète » de et avec Yolande Moreau

Un mariage blanc avec ( au second plan ) un curé pas très net (William Sheller) et une demoiselle d'honneur improvisée ( Grégory Gadebois )
  • 1h 43min
  •  Comédie dramatique
  • Avec Yolande Moreau, Sergi López, Grégory Gadebois, François Morel, Anne Benoit

Synopsis : Amoureuse de peinture et de poésie, Mireille s’accommode de son travail de serveuse à la cafétéria des Beaux-Arts de Charleville tout en vivant de petits larcins et de trafic de cartouches de cigarettes. N’ayant pas les moyens d’entretenir la grande maison familiale dont elle hérite, Mireille décide de prendre trois locataires. Trois hommes qui vont bouleverser sa routine et la préparer, sans le savoir, au retour du quatrième : son grand amour de jeunesse, le poète.

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

  • Le Film :

C’est le film du moment . Il dynamite les énergies, regonfle le moral, et poétise sans en avoir l’air. Il est frais , fantasque, sans prétention, presque gentillet parfois à l’image de son héroïne Mireille qui s’égare sur quelques babioles pas très légales. Et la douceur de son sourire cache ainsi tous ses écarts sociétaux.

Même quand elle hérite de la maison familiale, un petit manoir qu’elle redécouvre après quarante ans d’absence.

Ce qu’elle a fait de tout ce temps, on l’apprend au fur et à mesure de son retour les pieds sur terre qui la voit louer quelques chambres à trois messieurs parachutés par enchantement.

Le jardinier municipal est envoyé par le curé du village. C’est Grégory Gadebois totalement hors-sol, irrésistible de drôlerie et de sympathie. William Sheller sous la soutane est une révélation. Sa fantaisie n’a d’égale que l’humeur païenne qui se dégage de son sacerdoce.

Puis le jeunot de la bande, Cyril (Thomas Guy ) , un étudiant aux Beaux-Arts où Mireille sert les repas à la cantine. Le lien est fait. Il ne reste que cet intrus qui dormait incognito dans la cabane du jardin. Superbe Esteban. Il dit s’appeler Elvis, un nom de scène attrapé au hasard d’un mensonge doublé d’un secret.

Un de plus. C’est la litanie de tous ces joyeux drilles qui se donnent la main et s’entraident autour de Mireille qui n’a jamais eu d’enfants. Chacun vit sa vie dans celle de l’autre, fraternellement, amicalement.

Yolande Moreau, Anne Benoit, Philippe Duquesne, Grégory Gadebois

Derrière et devant la caméra Yolande Moreau a co-écrit le scénario avec Frédérique Moreau, deux femmes à l’affût des réactions de ces messieurs qui ne manquent pas d’abreuver leur copie.

La légèreté qui s’en dégage, le bonheur qui en émane et la nostalgie aussi très prenante figurent au cœur des retrouvailles entre Mireille et son poète perdu de vue pendant ces quarante ans.

Une rencontre sans effusion, l’homme un brin pataud cherchant l’excuse et le moyen de reconquérir le cœur de sa belle. Il pourra bien évidemment compter sur le trio de locataires auxquels il se joint pour faire la fête.

 » Des types à la dérive je n’ai connu que çà » marmonne Mireille qui les aime tant

Sergi Lopez entonne la même partition que ses collègues comédiens parfaitement dirigés par Mme Moreau, au four et au moulin, qu’elle fait tourner, très, très bien . Du grain à moudre, enfin .

1h 43min  Comédie dramatique Avec Yolande Moreau, Sergi López, Grégory Gadebois, François Morel, Anne Benoit Synopsis : Amoureuse de peinture et de poésie, Mireille s'accommode de son travail de serveuse à la cafétéria des Beaux-Arts de Charleville tout en vivant de petits larcins et de trafic de cartouches de cigarettes. N'ayant pas les moyens d'entretenir la grande maison familiale dont elle hérite, Mireille décide de prendre trois locataires. Trois hommes qui vont bouleverser sa routine et la préparer, sans le savoir, au retour du quatrième : son grand amour de jeunesse, le poète. Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de…
Le film

C’est peut-être un film sur l’amitié, le partage. Ou bien sur le mensonge que l’on nomme aussi secret, quand la vie n’a pas forcément besoin de tout raconter. Mireille en sait quelque chose, après quarante ans d’absence et le retour dans la maison familiale dont elle vient d’hériter. Ce qu’elle a fait de tout ce temps, on l’apprend petit à petit en compagnie des trois messieurs a qui elle loue désormais un chambre dans le manoir trop grand pour elle. Ce qui nous fait un quatuor, déjà pas mal déjanté, que le curé du village tout aussi à l’Ouest rejoint pour les besoins de la cause, avant que ne débarque le grand amour de Mireille, perdu de vue depuis … quarante ans. Une rencontre sans effusion, l’homme un brin pataud cherchant l’excuse et le moyen de reconquérir le cœur de sa belle. Il pourra bien évidemment compter sur le trio de locataires auxquels il se joint pour faire la fête. Sergi Lopez entonne la même partition que ses collègues comédiens ( Grégory Gadebois, Esteban … ) parfaitement dirigés par Mme Moreau, au four et au moulin, qu’elle fait tourner, très, très bien . De l’oxygène, enfin…

User Rating: 3.58 ( 3 votes)

Voir aussi

« Bellissima » de Luchino Visconti. Critique cinéma-dvd

Un portrait de femme tout en force porté par une mise en scène éloquente. En bonus, un documentaire passionnant

Un commentaire

  1. Une petite pépite à déguster, beaucoup d’humour, de poésie bien sûr, de moments décalés. Des acteurs au top et surtout une interprétation de Daydream titre quasi unique des Wallace Collection pas entendu depuis très longtemps (que je suis allé écouter ensuite).
    Bref un très bon moment et beaucoup de plaisir.

Laisser un commentaire