Accueil » A la une » « Expérience » d’Abbas Kiarostami. Critique Blu-ray

« Expérience » d’Abbas Kiarostami. Critique Blu-ray

  • Coffret : 4 mai 2021
  • Cinéma: 12/11/2008
  • RéalisateurAbbas Kiarostami
  • FormatNoir et blanc, Couleur, Cinémascope
  • Durée10 heures et 15 minutes
  • LanguePersan 
  • Sous-titres : : Français
  • Studio Potemkine Films
  • Disques9

Ce film  de 1973 s’inscrit dans les années « Kanoon » d’Abbas Kiarostami  (Institut pour le développement intellectuel de la jeunesse). Le Shah dirige encore le pays. Un coffret réunit cette période où courts et longs métrages, films éducatifs et fictions  témoignent de la construction d’un style, de l’avènement d’une œuvre majeure.

L’histoire : Mohammad, un adolescent de quatorze ans, est employé à tout faire dans une boutique de photographe où il est autorisé à dormir. Il est amoureux  d’une jeune fille de la bourgeoisie qui habite à l’autre bout de Téhéran.

  • Film et court-métrage

On ne comprend pas encore forcément les intentions du réalisateur qui dans ses balbutiements cinématographiques fait pourtant entendre une petite musique déjà bien distincte des fanfaronnades du moment.

Il n’y a déjà pas d’histoire formelle, sinon celle d’un adolescent qui se révèle à la caméra de manière très naturelle. Mohammad travaille chez un photographe, où il fait tout, sauf de la photo.

Ce qui le conduit dans des positions parfois bien fâcheuses face à un patron pas très commode et un assistant qui ne lui fait pas de cadeau. C’est son frère !

Mohammad s’en accommode comme il peut et rêve à la jeune fille croisée un jour par hasard. Repérée quand elle attend son bus,  il la voit maintenant tous les jours, au risque de gâcher son travail.

Elle lui sourit, mais demeure sur sa réserve.

Alors Mohammad soigne sa présentation jusqu’à s’acheter un costume et faire cirer ses godillots pourtant pas folichons. C’est très drôle.

L’attente devant l’école de la jeune fille

Une déambulation renouvelée sous l’œil amusé de la caméra qui dissèque sans s’appesantir ( les dialogues sont inexistants ) la différence sociale entre les protagonistes. A cette thématique déjà très présente, le réalisateur joint une composition picturale évidente.

La porte, la fenêtre, ces cadres naturels offrent au spectateur les limites, les retenues que la scénographie impose au quotidien du garçon. Ce comédien amateur joue comme un grand !

  • Ce moyen-métrage est parfois accompagné d’un court-métrage  » Le Pain et la rue » disponible dans ce coffret.

Cherchant par tous les moyens à éviter un gros chien qui se trouve sur son chemin, un petit garçon a finalement l’idée de l’amadouer en lui donnant une partie du pain qu’il rapportait à la maison. 

L’union fait la force ou l’entente cordiale … Bien vu !

Coffret : 4 mai 2021 Cinéma: 12/11/2008 Réalisateur : Abbas Kiarostami Format : Noir et blanc, Couleur, Cinémascope Durée : 10 heures et 15 minutes Langue : Persan  Sous-titres : : Français Studio  : Potemkine Films Disques : 9 Ce film  de 1973 s’inscrit dans les années "Kanoon" d’Abbas Kiarostami  (Institut pour le développement intellectuel de la jeunesse). Le Shah dirige encore le pays. Un coffret réunit cette période où courts et longs métrages, films éducatifs et fictions  témoignent de la construction d'un style, de l'avènement d'une œuvre majeure. L'histoire : Mohammad, un adolescent de quatorze ans, est employé à tout faire dans une boutique de photographe où il…
Le film
Le court-métrage

Parmi les premières œuvres d’Abbas Kiarostami , ce moyen métrage anticipe sur une nouvelle forme narrative, sans fil conducteur évident, sinon ce portrait d’un jeune apprenti dans le studio d’un photographe où il doit tout faire sauf des photos. Sa rencontre informelle avec une jeune fille le tourneboule au point qu’il gâche un peu son travail, pour mieux la retrouver, mais jamais l’approcher. Une déambulation renouvelée sous l’œil amusé de la caméra qui dissèque néanmoins sans s’appesantir ( les dialogues sont inexistants ) la différence sociale entre les protagonistes. A cette thématique déjà très présente, le réalisateur joint une composition picturale évidente. Très intéressant à suivre 

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Basic Instinct » de Paul Verhoeven. Critique cinéma

On le revoit volontiers avec plaisir cette semaine au cinéma , interrogatoire policier frissonnant et frissons hitchcockiens en prime

Laisser un commentaire