Accueil » A la une » « Dark Waters » de Todd Haynes. Critique cinéma-vod

« Dark Waters » de Todd Haynes. Critique cinéma-vod

Synopsis: Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, il découvre que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie

La fiche du film

Le film : "Dark Waters"
De : Todd Haynes
Avec : Mark Ruffalo, Anne Hathaway
Sortie le : 26/02/2020
Distribution : Le Pacte
Durée : 128 Minutes
Genre : Biopic, Drame
Type : Long-métrage
Le film
  • VOD : 19 mai
  • DVD et BRD 19 Août !
  • D’après l’œuvre de Nathaniel Rich . —

Le cinéma américain nous ramène assez fréquemment ces chroniques judiciaires : le pot de fer contre le pot de terre, sur fond de magouilles financières et de corruption à tous les étages.

Todd Haynes n’échappe pas à la règle, mais finaud sur l’écriture et habile sur sa direction d’acteurs, il dévie légèrement sa trajectoire narrative pour fondre sur Robert Bilott  . A mes yeux, cet avocat demeure le filon parfaitement exploité par le scénario ( Matthew Carnahan et Marrio Corrrea )

Pour un paysan lambda qui connaît vaguement sa grand-mère, ce défenseur à 235 $ l’heure retourne sa veste et se met au service «  du petit peuple ».Trahison pour ses collègues que d’attaquer le super puissant groupe DuPont plutôt retenu dans leur clientèle.

Bilott ne l’ignore pas, il met sa vie en danger. Toute sa vie, du bureau à la salle à manger où l’épouse (Anne Hathaway, très convaincante ) ne supporte pas longtemps la tournure des événements.

Avocate elle aussi, Sarah a sacrifié son métier pour sa famille. Elle ne veut pas en subir les dégâts collatéraux . Une sourde opposition s’éveille à distance des éclats de voix.

Pas de véritable confrontation, ni d’affrontement stérile.

L’avocat a bien du mal à contacter les dirigeants de DuPont. Aussi lors d’un repas officiel il s’adresse publique à l’un d’entre eux (Victor Garber). Scène explosive…

 

Tout se joue dans le clivage et les oppositions que l’avocat mêle à son réquisitoire de bureau. Bilott remet les pieds sur la terre où il jouait autrefois chez sa grand-mère. Il voit les vaches devenir folles, les bébés handicapés et les gens compter leurs pustules sur les bras. Avant que l’intérieur ne soit atteint…

La cause est entendue mais DuPont n’entend rien. Sa fonction de premier employeur de toute la région l’aveugle. Infirmité de circonstance que Bilott saura soigner dans la douleur d’une plaidoirie sans fin.

Tim Robbins et Mark Ruffalo …

Mark Ruffalo l’exprime grandement et dignement dans son rôle qui n’est pas de composition.  En y mettant son propre argent, le comédien-producteur pose plus qu’un pactole dans une entreprise salvatrice et salutaire. Il trouve en Tim Robbins ( son patron ) un partenaire d’exception. Pour un film qui ne l’est pas moins.

VOD : 19 mai DVD et BRD 19 Août ! D’après l’œuvre de Nathaniel Rich . --- Le cinéma américain nous ramène assez fréquemment ces chroniques judiciaires : le pot de fer contre le pot de terre, sur fond de magouilles financières et de corruption à tous les étages. Todd Haynes n’échappe pas à la règle, mais finaud sur l’écriture et habile sur sa direction d’acteurs, il dévie légèrement sa trajectoire narrative pour fondre sur Robert Bilott  . A mes yeux, cet avocat demeure le filon parfaitement exploité par le scénario ( Matthew Carnahan et Marrio Corrrea ) Pour un paysan…
Le film

Je crois que l’affaire est toujours en cours aux Etats-Unis, et la manière dont le réalisateur l’aborde est alors d’autant plus significative. S’il traite toutes les pièces principales du dossier, c’est surtout sur l’avocat de la défense qu’il braque habilement ses projecteurs en suivant son itinéraire si particulier. Bilott défendait habituellement les nantis et les puissants, dont certains grands groupes chimiques à l’image de DuPont vers lequel il se retourne maintenant. Il l'accuse de polluer des terrains entiers depuis des années, provoquant de nombreuses maladies chez les hommes et dans le cheptel. Plutôt que de suivre le classique chemin d’une instruction judiciaire, Todd Haynes dépeint l’évolution de cet homme qui retourne en fait à ses racines. Il foule à nouveau le sol sur lequel il jouait autrefois, ce sol incriminé aujourd’hui dans un dossier qu’il sait dangereux à son égard, à plus d’un titre. Mark Ruffalo dans ce personnage est grand aux côtés de Tim Robbins en qui il trouve un partenaire d’exception. Pour un film qui ne l’est pas moins.

User Rating: 3.7 ( 1 votes)

Voir aussi

« La dernière vie de Simon » de Léo Karmann. Critique Blu-ray

Léo Karman choisit la marge étroite de l’inédit dans un cinéma hexagonal plutôt frileux quand il se veut fantastique...

Laisser un commentaire