Accueil » A la une » « Dark Waters » de Todd Haynes. Critique cinéma-vod-dvd

« Dark Waters » de Todd Haynes. Critique cinéma-vod-dvd

Synopsis: Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, il découvre que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie

La fiche du film

Le film : "Dark Waters"
De : Todd Haynes
Avec : Mark Ruffalo, Anne Hathaway
Sortie le : 26/02/2020
Distribution : Le Pacte
Durée : 128 Minutes
Genre : Biopic, Drame
Type : Long-métrage
Le film
Les bonus
  • DVD et BRD 19 Août !
  • D’après l’œuvre de Nathaniel Rich . —

Le cinéma américain nous ramène assez fréquemment ces chroniques judiciaires : le pot de fer contre le pot de terre, sur fond de magouilles financières et de corruption à tous les étages.

Todd Haynes n’échappe pas à la règle, mais finaud sur l’écriture et habile sur sa direction d’acteurs, il dévie légèrement sa trajectoire narrative pour fondre sur Robert Bilott  . A mes yeux, cet avocat demeure le filon parfaitement exploité par le scénario ( Matthew Carnahan et Marrio Corrrea )

Pour un paysan lambda qui connaît vaguement sa grand-mère, ce défenseur à 235 $ l’heure retourne sa veste et se met au service «  du petit peuple ».Trahison pour ses collègues que d’attaquer le super puissant groupe DuPont plutôt retenu dans leur clientèle.

Bilott ne l’ignore pas, il met sa vie en danger. Toute sa vie, du bureau à la salle à manger où l’épouse (Anne Hathaway, très convaincante ) ne supporte pas longtemps la tournure des événements.

Avocate elle aussi, Sarah a sacrifié son métier pour sa famille. Elle ne veut pas en subir les dégâts collatéraux . Une sourde opposition s’éveille à distance des éclats de voix.

Pas de véritable confrontation, ni d’affrontement stérile.

L’avocat a bien du mal à contacter les dirigeants de DuPont. Aussi lors d’un repas officiel il s’adresse publique à l’un d’entre eux (Victor Garber). Scène explosive…

Tout se joue dans le clivage et les oppositions que l’avocat mêle à son réquisitoire de bureau. Bilott remet les pieds sur la terre où il jouait autrefois chez sa grand-mère. Il voit les vaches devenir folles, les bébés handicapés et les gens compter leurs pustules sur les bras. Avant que l’intérieur ne soit atteint…

La cause est entendue mais DuPont n’entend rien. Sa fonction de premier employeur de toute la région l’aveugle. Infirmité de circonstance que Bilott saura soigner dans la douleur d’une plaidoirie sans fin.

Tim Robbins et Mark Ruffalo …

Mark Ruffalo l’exprime grandement et dignement dans son rôle qui n’est pas de composition.  En y mettant son propre argent, le comédien-producteur pose plus qu’un pactole dans une entreprise salvatrice et salutaire. Il trouve en Tim Robbins ( son patron ) un partenaire d’exception. Pour un film qui ne l’est pas moins.

LES SUPPLEMENTS

  • Les entretiens

 – Todd Haynes ( 16 mn ) . De la découverte du scandale à la genèse du projet : «  l’ampleur des dégâts était révoltante (… ) et j’ai vu ensuite le potentiel narratif et dramatique autour du personnage principal ».

« Mark Ruffalo avait l’histoire , j’aimais l’idée de travailler avec lui et de lui faire faire autre chose que ce qu’il faisait habituellement . (… ) Travailler un genre aussi, le film de dénonciation que j’ai toujours aimé comme «  Les hommes du président » . Sa rencontre avec le véritable Rob Bilott ….

Mark Ruffalo et Todd Haynes

-Mark Ruffalo (7.40 mn ) . Sa rencontre avec Rob Bilott, lui aussi «  Si vous mettez une option sur l’histoire je vous dirais tout » . Le comédien tient son sujet mais  « l’article était très intéressant, mais je sentais qu’il y manquait quelques chose. ( … ) Plus vous affrontez des éléments complexes, meilleure est la narration »

Les pathologies liées à la contamination, cancers et maladies, et à l’utilisation du Téflon  «  nous avons été empoisonnés et la société qui l’a fait le faisait depuis 40 ans, en le dissimulant. Je veux que les gens le sachent »

 –Anne Hathaway ( 7.25 mn ). « Ce film traite de façon singulière de la figure du héros américain, un homme discret cette fois , il a récolté très peu de gloire malgré le travail énorme accompli ».

Todd Haynes, Victor Garber, Mark Ruffalo

 –Tim Robbins ( 10.20 mn ). Le défi de jouer une personne réelle : « vous voulez apporter une réalité qui honore la personne, sans romanesque . Créer des héros incroyables ne sert pas à grand-chose A mon avis ce n’était pas un preux chevalier en armure , mais un homme qui a dû aller à l’encontre de sa culture d’entreprise ».

– Rob Bilott ( 13 mn ). « On avait aux Etats-Unis un produit chimique non réglementé, émis dans l’environnement depuis 50 ou 60 ans , et échappant donc à tout contrôle réglementaire . On avait de la difficulté pour que ce soit reconnu dans le milieu scientifique et réglementaire ».

L’adaptation au cinéma ? « Une formidable opportunité d’alerter le public sur la menace pour la santé publique mondiale ».

Tout le bien qu’il pense de Mark Ruffalo , « il a pris le temps de tout comprendre sur le plan juridique, professionnel, familial ».

DVD et BRD 19 Août ! D’après l’œuvre de Nathaniel Rich . --- Le cinéma américain nous ramène assez fréquemment ces chroniques judiciaires : le pot de fer contre le pot de terre, sur fond de magouilles financières et de corruption à tous les étages. Todd Haynes n’échappe pas à la règle, mais finaud sur l’écriture et habile sur sa direction d’acteurs, il dévie légèrement sa trajectoire narrative pour fondre sur Robert Bilott  . A mes yeux, cet avocat demeure le filon parfaitement exploité par le scénario ( Matthew Carnahan et Marrio Corrrea ) Pour un paysan lambda qui connaît vaguement…
Le film
Les bonus

Je crois que l’affaire est toujours en cours aux Etats-Unis, et la manière dont le réalisateur l’aborde est alors d’autant plus significative. S’il traite toutes les pièces principales du dossier, c’est surtout sur l’avocat de la défense qu’il braque habilement ses projecteurs en suivant son itinéraire si particulier. Bilott défendait habituellement les nantis et les puissants, dont certains grands groupes chimiques à l’image de DuPont vers lequel il se retourne maintenant. Il l'accuse de polluer des terrains entiers depuis des années, provoquant de nombreuses maladies chez les hommes et dans le cheptel. Plutôt que de suivre le classique chemin d’une instruction judiciaire, Todd Haynes dépeint l’évolution de cet homme qui retourne en fait à ses racines. Il foule à nouveau le sol sur lequel il jouait autrefois, ce sol incriminé aujourd’hui dans un dossier qu’il sait dangereux à son égard, à plus d’un titre. Mark Ruffalo dans ce personnage est grand aux côtés de Tim Robbins en qui il trouve un partenaire d’exception. Pour un film qui ne l’est pas moins.

AVIS BONUS Plusieurs entretiens avec l'équipe et aussi le vrai protagoniste de l'affaire Rob Bilott

User Rating: 3.7 ( 1 votes)

Voir aussi

« L’Ordre moral » de Mario Barroso. Critique cinéma.

De Pulp Fiction » à « L’Ordre moral », petit saut de puce, vingt-cinq ans …

Laisser un commentaire