Accueil » A la une » « Cette sacrée vérité » de Leo McCarey. Critique dvd

« Cette sacrée vérité » de Leo McCarey. Critique dvd

  • 22 décembre 1937 en salle
  • 92min / Comédie, Romance
  • DVD : 12 juillet 2023
  • Avec Irene Dunne, Cary Grant, Ralph Bellamy, Alexander D’Arcy, Cecil Cunningham
  • Format ‏ : ‎ Noir et blanc, PAL, Plein écran
  • Sous-titres : ‏ : ‎ Français, Anglais
  • Langue ‏ : ‎ Anglais , Français 

 

L’histoire : Ils avaient tout pour être heureux mais c’était sans compter sur quelques petits mensonges … Rien ne va plus chez les Warriner,  Jerry et Lucy vont divorcer ! Mais les choses  se corsent avec l’arrivée de potentiels prétendants et conquêtes… Plus espiègles et malicieux que jamais, Jerry et Lucy font tout pour ruiner leurs nouvelles chances respectives de trouver l’âme sœur…

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

  • Le Film : 
  • Les bonus : 

« Le mariage ne peut s’épanouir sur un soupçon permanent … » ( madame à monsieur qui ment comme il respire )

Ce film n’est pas « vieux jeu », mais terriblement daté. 65 ans plus tard il fixe l’histoire du cinéma dans un chapitre du classicisme hollywoodien forcené où Cary Grant et Irene Dunne s’accommodent d’une histoire gentiment romanesque.

Quand le divorce en cours du couple à l’infidélité réciproque va prendre quelques déviations galantes avant de revenir sur terre. Jerry et Lucy sont faits pour vivre ensemble et Leo McCarey s’emploie à nous convaincre en quatre-vingt-dix minutes chrono.

Ce qui  m’a paru bien long une fois le départ assumé avec classe et détermination. La mise en scène nous raconte déjà tout et les comédiens ont le brio dans leurs sourires et leurs mensonges éculés.

Le mari tente de faire croire qu’il était bien en Floride, et sa femme alors absente déboule au milieu de la pièce en prétextant une panne de voiture, au bras d’un beau gentleman….

C’est finement joué par Cary Grant et Irene Dunne, qui émaillent leurs chamailleries de scènes épiques comme la discussion téléphonique avec l’ avocat de madame , le « témoignage » du chien à l’audience ( photo) , et toujours ce chien, très important, derrière le miroir …

Le couple en rupture possible et l’amant potentiel ( Ralph Bellamy)

Mais l’éloquence de la mise en scène  et la puissance de l’interprétation se heurtent vite à cette histoire romanesque, banale et sans réelle consistance.

Une fois les arguments développés, la plaidoirie tombe à plat dans un renvoi de balles monotones, un burlesque lourdingue.  Adepte de la réalisation symétrique ( une fois le mari, et ensuite la dame, et ainsi de suite … )  McCarey fait parfois de mauvais calcule.

LES SUPPLEMENTS

 Charlotte Garson , rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma

  • « Leo McCarey ou le timing parfait » . ( 13 mn ) – La critique reprend et commente la filmographie d’un cinéaste qui à ses yeux mérite une reconnaissance à la Capra, « ce qui n’est pas le cas », et tente de comprendre pourquoi (…) du gag man muet, au cinéma adulte …

« Il aimait Cary Grant car même dans un film sérieux il savait qu’il allait apporter de la distance et de l’humour ».

  • Qui gardera le chien ? ( 30 mn ) – Une analyse au fond . L’importance des moments chantés, instants clés du film . Charlotte Garson développe les deux chansons principales, leur intérêt

L’importance de l’égalité dans le couple pour McCarey, «  ça lui donne des idées de mise en scène, le face à face, le miroir … » Comment Magritte intervient dans la scénographie, tout à fait par hasard … Et au final le rôle du chien qui effectivement du tribunal à la chute du miroir n’est pas anodin.

22 décembre 1937 en salle 92min / Comédie, Romance DVD : 12 juillet 2023 Avec Irene Dunne, Cary Grant, Ralph Bellamy, Alexander D'Arcy, Cecil Cunningham Format ‏ : ‎ Noir et blanc, PAL, Plein écran Sous-titres : ‏ : ‎ Français, Anglais Langue ‏ : ‎ Anglais , Français    L'histoire : Ils avaient tout pour être heureux mais c’était sans compter sur quelques petits mensonges … Rien ne va plus chez les Warriner,  Jerry et Lucy vont divorcer ! Mais les choses  se corsent avec l’arrivée de potentiels prétendants et conquêtes… Plus espiègles et malicieux que jamais, Jerry et Lucy font tout…
Le film
Les bonus

Il y a un peu à boire et à manger dans ce film terriblement daté par tout un ensemble de règles techniques et scénographiques sur lesquelles Cary Grant et Irene Dunne font des gammes de haut vol. Pour une histoire sans grande envergure de cocufiage consenti, avant un divorce qui parait tout aussi illusoire. McCarey passe symétriquement de l’époux à la femme et réciproquement dans un chassé-croisé plus ou moins sentimental qui à la longue finit par lasser

AVIS BONUS Charlotte Garson , rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma intervient sur la carrière du cinéaste, et analyse le film

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Alberto Express » d’Arthur Joffé. Critique Blu-ray

Pour relancer à sa façon la comédie italienne, Arthur Joffé fait circuler un train entre Paris et Rome. Il ne déraille jamais

Laisser un commentaire