Accueil » A la une » « Bonne mère » de Hafsia Herzi. Critique DVD

« Bonne mère » de Hafsia Herzi. Critique DVD

Synopsis: Nora, la cinquantaine, femme de ménage veille sur sa petite famille dans une cité des quartiers nord de Marseille. Après le braquage d’une station-service, son fils aîné Ellyes est incarcéré. Il attend son procès. Nora est toujours à ses côtés, comme au plus près de ses enfants …

La fiche du film

Le film : "Bonne mère"
De : Hafsia Herzi
Avec : Halima Benhamed, Sabrina Benhamed
Sortie le : 21/07/2021
Distribution : SBS Distribution
Durée : 99 Minutes
Genre : Drame
Type : Long-métrage
Le film
Le bonus
  • DVD : 07 décembre 2021 . – 

Comédienne, elle est captivante. Réalisatrice, je la découvre dans son troisième film, hardie et conquérante sur un versant cinématographique très abrupt : une fiction nourrie au documentaire. Ses acteurs-actrices appartiennent aux murs qui les abritent encore aujourd’hui, dans les quartiers nord de Marseille où Hafsia Herzi a vécu.

Sa maman faisait les ménages comme Nora, qui porte le titre de ce film en toute humilité. A l’ombre de la référence phocéenne, elle est la bonne mère de ce foyer où enfants et petits-enfants se partagent une part de l’humanité qu’elle dégage, sans tapage, ni renoncement.

Nora poursuit l’éducation de toujours, même si parfois l’enseignement a flanché. Son fils aîné en prison pour braquage, (Mourad Tahar Boussatha ) elle va le voir sans cesse et le réprimande encore pour ses égarements, et le shit qu’elle lui ramène en douce. Ça lui fend le cœur ces gosses qu’elle connait un peu, perdus dans le trafic d’un quotidien sans lendemain …

   Nora, la bonne mère, est interprétée par Halima-Benhamed

Ils ne sont pas meilleurs ou plus mauvais que les autres nous dit Hafsia Herzi, ils sont là au cœur de sa cité où les garçons et les filles cohabitent dans le brouhaha quotidien. Nora canalise comme elle peut tout ce petit monde, après ses journées de ménage à l’aéroport, dans des avions qu’elle ne prendra jamais.

Pour payer l’avocat, elle renonce à ses soins dentaires et vend ses bijoux chez un diamantaire. Foin du pathétique, elle accroche la vie. 

Les filles ont des petits boulots, mais rêvent d’argent fou. Aussi, une proposition dans un club de rencontres les fait plonger dans les nuits de Marseille. Show-girl, ce n’est pas de la prostitution, ça pourrait y conduire.

Attention danger souligne la réalisatrice qui à l’image de son héroïne ne juge pas, ne moralise pas. Nora ne voit pas tout, n’entend pas tout, mais la cellule familiale demeure un rempart, un bien protecteur pour cette marmaille qui ne demande que sa part d’héritage d’une histoire qui ne leur appartient peut-être déjà plus.

Mais elle ne lâche rien et c’est loin de tout misérabilisme qu’elle offre le portrait d’une famille ordinaire, qui vit simplement ses bonheurs, ses malheurs. Avec le meilleur de l’amour maternel.

LE SUPPLEMENT

  • Rencontre avec Hafsia Herzi- Elle dit qu’elle a voulu rendre hommage à l’amour maternel, « toujours voulu filmer cette cité, ses habitants (…) autour d’une histoire simple, et avec des acteurs non professionnels. Je savais que sur cette base on n’allait pas me donner des millions pour tourner. »

Hafsia Herzi évoque les nombreuses répétitions au cours desquelles les gens ont créé des liens, ce qui lui a permis de capter le naturel. « Nora n’est pas dans le jugement, sur les dealers par exemple, elle les voit comme ils sont, il y a du respect de part et d’autre. (…) Beaucoup de gens se reconnaitront, ces gens dont on ne parle pas au cinéma. Ces femmes de caractère, un peu à l’italienne qui n’ont pas peur de dire les choses ».

DVD : 07 décembre 2021 . -  Comédienne, elle est captivante. Réalisatrice, je la découvre dans son troisième film, hardie et conquérante sur un versant cinématographique très abrupt : une fiction nourrie au documentaire. Ses acteurs-actrices appartiennent aux murs qui les abritent encore aujourd’hui, dans les quartiers nord de Marseille où Hafsia Herzi a vécu. Sa maman faisait les ménages comme Nora, qui porte le titre de ce film en toute humilité. A l’ombre de la référence phocéenne, elle est la bonne mère de ce foyer où enfants et petits-enfants se partagent une part de l’humanité qu’elle dégage, sans tapage, ni…
Le film
Le bonus

Ce qui distingue ce film de tous les précédents réalisés sur les cités françaises, c’est une authenticité revendiquée dans la mise en scène qui s’affranchit des codes et des clichés du genre. A l’image de l’héroïne, bonne mère la bien nommée, la réalisatrice Hafsia Herzi, ne juge, ni ne moralise sur le quotidien de ces habitants ballotés par une histoire qui bien souvent leur échappe et à laquelle ils se rattrapent comme ils peuvent. Il n'y a pas de parti pris. Nora est exemplaire, femme de ménage le jour, maman aux petits soins le soir et le reste du temps afin de poursuivre une éducation qui n’a pas toujours bien réussie. Mais elle ne lâche rien et c’est loin de tout misérabilisme qu’elle offre le portrait d’une famille ordinaire, qui vit simplement ses bonheurs, ses malheurs. Où l’amour maternel donne le meilleur de lui-même.

AVIS BONUS Une rencontre avec Hafsia Herzi, la réalisatrice qui évoque sobrement son projet et le propos qu’elle a pu mener.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Don’t look up » de Adam McKay. Critique cinéma

Si le réchauffement climatique n’est pas la fin du monde, ça lui ressemble dit tout joyeux le cinéaste

Laisser un commentaire