Accueil » Aventure » « En chantant derrière les paravents » d’Ermanno Olmi. Critique dvd

« En chantant derrière les paravents » d’Ermanno Olmi. Critique dvd

Synopsis: L’amiral Ching, commandait la flotte des pirates. Promu commandant en chef des écuries impériales, cette trahison lui vaut d’être empoisonné par des hommes de main des actionnaires de la flotte. Sa veuve lui succède. Pillages et rançonnements reprennent alors de plus belle…

La fiche du DVD / Blu-Ray

Le film : "En chantant derrière les paravents"
De : Ermanno Olmi
Avec : Bud Spencer, Ichikawa Jun
Sortie le : 04 mai 2010
Distribution : Arcades Video
Durée : 100 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de DVD / Blu-Ray : 1
Le film

D’Ermanno Olmi, le souvenir de son très beau film «  L’arbre aux sabots ».  Et puis ce nouvel opus , tout aussi remarquable dans sa réalisation, mais assez déconcertant de la part de l’italien .Un film de pirates,  adapté de l’oeuvre de  Yuentsze Yunglun « La Pirate Ching » ,publiée à Canton en 1830 .  Ermanno Olmi enrichit le scénario de  divers documents provenant des Archives de Pékin et de sources sur la piraterie.

Le résultat est superbe, surtout qu’il imagine son histoire à travers une représentation théâtrale. Un très beau préambule qui n’est pas sans rappeler quelques œuvres du même auteur à l’opéra comique . « Il tabarro » (La houppelande) de Giacomo Puccini, ou «  Otello” de Giuseppe Verdi.Ici il s’agit d’un spectacle chanté et dansé, raconté par un vieux capitaine (Bud Spencer magnifique) sur la vie de la célèbre « veuve Ching », la terreur des mers de Chine. La puissance de l’évocation est si intense que les spectateurs sont transportés dans la réalité de la Chine du XIXème siècle.

Du théâtre nous passons au cinéma. Après la mort par empoisonnement de son  époux, la veuve Ching (Jun Ichikawa pour la première fois à l’écran  ) prend le commandement des troupes et attaque les bateaux de l’Empereur. Pour mettre fin à ses méfaits, il lui envoie sa puissante flotte de guerre.

C’est étonnamment beau et émouvant, drôle parfois quand le capitaine du bateau , qui est aussi le narrateur du théâtre  énumère à la veille du combat ce que peut rapporter un bras, ou un œil .Et un marin de lui demander «  Combien vous avez dit pour un œil ? » .

Olmi s’immerge complètement dans la culture chinoise en jouant sur les silences, les énigmes, et la lente interrogation du matin qui se lève. Il a visiblement été très impressionné par le fleuve Li qu’il filme amoureusement ( il s’agit en réalité du lac Monténégro ) alors qu’un drame se prépare.

Mais la sagesse orientale est légendaire, et transparaît ici dans le regard attentif des protagonistes , lourd de sous-entendus . Face aux menaces des puissants la veuve Ming leur répond qu’elle vole et tue au grand jour à visage découvert, contrairement à ceux qui dans de hautes sphères font la même chose , en toute impunité . «  Ce sont là des subterfuges d’une fausse légalité ». Savoureuse réplique , qui situe bien le propos politique d’Olmi qui côté mise en scène fait profil bas .

Peu de canonnades, aucun abordage, mais  le temps qui laisse faire les consciences pour instaurer une éventuelle paix. Le final est à ce titre éloquent, poétique et d’une sagesse qui aujourd’hui confine au surréalisme.

En Chine, cette fable est  souvent jouée. Le poète Yuentsze Yunglun en a fait une représentation épique qui se termine par la phrase : « Le pardon est plus fort que la loi. (… ) Et c’est ainsi que les hommes enfin en paix purent vendre leurs épées et acheter des boeufs pour labourer les champs… tandis que les voix des femmes égayaient le jour en chantant derrière les paravents ».

LA VEUVE CHING

Madame Ching fut la plus grande pirate de tous les temps. Elle dirigeait une flotte de deux mille jonques et avait sous ses ordres plus de quatre vingt mille pirates : hommes, femmes et enfants. Fin stratège, elle planifiait ses expéditions depuis son quartier général de Macao et ses pirates régnaient sur une grande partie de la mer de  Chine

D’Ermanno Olmi, le souvenir de son très beau film «  L’arbre aux sabots ».  Et puis ce nouvel opus , tout aussi remarquable dans sa réalisation, mais assez déconcertant de la part de l'italien .Un film de pirates,  adapté de l’oeuvre de  Yuentsze Yunglun « La Pirate Ching » ,publiée à Canton en 1830 .  Ermanno Olmi enrichit le scénario de  divers documents provenant des Archives de Pékin et de sources sur la piraterie. Le résultat est superbe, surtout qu’il imagine son histoire à travers une représentation théâtrale. Un très beau préambule qui n’est pas sans rappeler quelques œuvres du même auteur à l’opéra…

Review Overview

Le film

Le cinéaste italien a surpris tout son petit monde il y a dix ans en s'aventurant sur les mers de Chine à la fin du XIX è. Mais son histoire de pirates est d'une sagesse exemplaire à l'image de ce très beau film.Et Bud Spencer en capitaine rebelle, il faut voir ça !

User Rating: Be the first one !
En chantant derrière les paravents (DVD) de Ermanno Olmi
Date de sortie du DVD : 4 May 2010
Format : Couleur, PAL
Studio : ARCADES VIDEO
Duree : 100 minutes

PRIX : EUR 16,99 (Prix de depart : EUR 15,00)

Voir aussi

« Les Enchainés » d’Alfred Hitchcock. Critique Bluray

Hitchcock, les années Selznick, l’un des quatre titres du coffret consacré à ce duo parfait

Laisser un commentaire