Accueil » Les critiques » Critiques Blu-ray » « Le troisième homme » de Carole Reed. Critique Cinéma- Blu-ray

« Le troisième homme » de Carole Reed. Critique Cinéma- Blu-ray

Synopsis: 1947. Holly Martins, un minable écrivain américain, est venu retrouver son ami Harry Lime dans la Vienne dévastée de l'après-guerre. Mais celui-ci a trouvé la mort dans un accident de voiture alors que la police s’intéressait à l’individu…

La fiche du Blu-Ray

Le film : "Le Troisième homme "
De : Carol Reed
Avec : Joseph Cotten, Alida Valli, Orson Welles, Trevor Howard, Bernard Lee
Sortie le : 15/07/2015
Distribution : Studiocanal
Durée : 104 minutes
Film classé : Tous publics
Nombre de Blu-Ray : 1
Le film
Les bonus

Meilleur dvd Juillet 2015

On dit des grands films que ce sont de grands classiques. «Le troisième homme» va au-delà ,c’est un film  mythique. Une légende du septième art, un condensé de la technique cinématographique qui magnifié par le noir et blanc  (chapeau à la photo de Mr  Robert Krasker), donne à ce récit d’après-guerre une dimension quasi fantastique.

C’est un film noir, un thriller très sombre, dans lequel s’englue un écrivaillon américain sans le sou, convié par un ami à venir se ressourcer à Vienne. A son arrivée, celui-ci vient d’être renversé par une voiture. L’accident banal aux yeux de la population semble plus que suspect pour le romancier qui apprend qu’un troisième homme, dont on ignore tout, a aidé à transporter le corps.

La seconde guerre mondiale vient de se terminer et la capitale autrichienne est un champ de ruines. Là où les rats et les trafiquants ont le même visage. Celui des hommes au regard inquiet, suspicieux, dangereux. Carol Reed ne les traque pas, il les attire dans la beauté de ses cadres sublimes, de larges plans nocturnes où tout devient possible.

Atmosphère, atmosphère… Alida Valli et Joseph Cotten

Et sa caméra prend  plaisir à s’arrêter au coin d’une rue pour mieux laisser l’ombre envahir la grande bâtisse qui lui fait face. Des images déviantes, qui rasent le pavé mouillé par la nuit,  pour dire le cauchemar qui nous envahit, le suspense jamais révélé.

On le doit à son auteur Graham Greene, qui a spécialement écrit son roman pour le film ( voir les bonus ) et en fait un scénario qui au fil des images s’épaissit comme la brume du petit matin balayant les maisons délabrées. Toute l’atmosphère d’une ville prisonnière de son récent passé et propice à tous les méfaits.

Vienne est un personnage à part entière, un décor parfait pour un thriller, selon Reed et Green que n’aurait pas renié Alfred Hitchcock, qui hante ici certaines scènes, dans le formidable décor des égouts, ou celle inoubliable qui nous révèle  Orson Welles dans la faible lumière d’un lampadaire.  Il est intéressant de voir ce dernier apparaître dans «  Le troisième homme » avec une interprétation irréprochable à l’égale de ces partenaires dont,  Joseph Cotten , héros malgré lui d’une tragédie qu’il ne fait qu’effleurer , et peut-être plus encore Alida Valli .Petite amie du défunt, elle adoucit le décorum, dans la mélancolie de son visage , et la beauté de son regard.

C’est un film véritablement  porté par ses personnages parfaitement typés, sans caricature, ni emphase. C’est une page de l’histoire de l’après-guerre que Green retranscrit en investigateur averti. Le suspense, toujours tendu sur le fil de l’énigme, n’est jamais haletant, et sa caméra en rajoute dans la concision quand au moment de la révélation elle détourne l’objectif pour laisser filer un chat. Mais un chat, ça se faufile et ça vous révèle alors  bien des choses ….

LES SUPPLEMENTS

 

  • A la poursuite du troisième homme .Ce chapitre part un peu dans tous les sens et raconte la genèse du film et ses développements. Orson Welles revient sur la polémique de l’époque et se défend d’avoir affirmé qu’il avait dirigé certaines scènes du film. «  C’était dans une autre langue et on m’avait mal compris. J’ai simplement écrit tout mon texte ». Dont l’improvisation géniale au sommet du manège.

On apprend aussi que Green a écrit sur place son histoire qu’il présentait chaque soir au réalisateur. Le plus dur fut d’aller rencontrer David O. Selznick , un grand producteur qui d’emblée demanda à changer de titre «  Qui va aller voir un film appelé –Le troisième homme- ? ». Il suggère … « Une nuit à Vienne » !

  • «  Le troisième homme » à la radio par Orson Welles. Il s’agit de l’épisode «  A ticket to Tanger », avec notamment un savoureux dialogue avec l’hôtesse de l’air («  oublions le champagne et allons faire un tour dehors »).

     le troisième homme

  • Le tour de Vienne, interactif, par Brigitte Timmermann. A travers quatorze lieux situés sur la carte de la ville, on découvre le film, son histoire, les lieux de tournage et la cité d’aujourd’hui. C’est hyper intéressant, notamment la visite du musée du «  Troisième homme » , où le guide reconnaît que le film encore aujourd’hui n’est pas très connu à Vienne.  « Nous n’y sommes pas représentés comme on le souhaiterait ».
  • Interview audio de Joseph Cotten, et Graham Green qui revient lui aussi sur l’épisode Welles, scénariste ou pas, et sur son opposition avec Carol Reed sur le final. « Je le souhaitais plus heureux, mais c’est bien lui qui avait raison de conclure ainsi ».
  • Le thème musical, fameux et depuis devenu une rengaine. Il est joué ici par Cornelia Mayer.
Meilleur dvd Juillet 2015 On dit des grands films que ce sont de grands classiques. «Le troisième homme» va au-delà ,c'est un film  mythique. Une légende du septième art, un condensé de la technique cinématographique qui magnifié par le noir et blanc  (chapeau à la photo de Mr  Robert Krasker), donne à ce récit d’après-guerre une dimension quasi fantastique. C'est un film noir, un thriller très sombre, dans lequel s’englue un écrivaillon américain sans le sou, convié par un ami à venir se ressourcer à Vienne. A son arrivée, celui-ci vient d’être renversé par une voiture. L’accident banal aux yeux de…

Review Overview

Le film
Les bonus

C’est un film véritablement porté par ses personnages parfaitement typés, sans caricature, ni emphase. C’est une page de l’histoire de l’après-guerre que Green retranscrit en investigateur averti. Le suspense, toujours tendu sur le fil de l’énigme, n’est jamais haletant, et sa caméra en rajoute dans la concision quand au moment de la révélation elle détourne l’objectif pour laisser filer un chat. Mais un chat, ça se faufile et ça vous révèle alors bien des choses …. Une légende du septième art, un condensé de la technique cinématographique qui magnifié par le noir et blanc (chapeau à la photo de Mr Robert Krasker), donne à ce récit d’après-guerre une dimension quasi fantastique.

Avis bonus Là encore que du bon entre la découverte de Vienne, le commentaire de Graham Green, et toute l'histoire du film dont la fameuse énigme autour d'Orson Welles ...

User Rating: 3.65 ( 1 votes)
Le Troisième homme [Blu-ray] (Blu-ray) de Carol Reed
Date de sortie du Blu-ray : 15 July 2015
Format :
Studio : Studiocanal
Duree : 104 minutes

PRIX : EUR 12,79 (Prix de depart : EUR 15,05)

Voir aussi

« Cure » de Kiyoshi Kurosawa. Critique dvd

Pour la première fois, le cinéma de Kiyoshi Kurosawa dans un coffret regroupant 10 films