Accueil » A la une » « L’île rouge » de Robin Campillo. Critique Blu-ray

« L’île rouge » de Robin Campillo. Critique Blu-ray

  • Durée ‏ : ‎ 1 heure et 53 minutes
  • Dvd ‏ : ‎ 21 novembre 2023
  • Cinéma : 31 mai 2023
  • Acteurs ‏ : ‎ Nadia Tereszkiewicz, Quim Gutiérrez, Charlie Vauselle, Amely Rakotoarimalala, Hugues Delamarlière
  • Studio  ‏ : ‎ Memento Films

L’histoire : Début des années 70, sur une base de l’armée française à Madagascar, les militaires et leurs familles vivent les dernières illusions du colonialisme.

Meilleur dvd Novembre 2023 ( 4ème)

Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article

 

Ça parait dérisoire et trop facile cette vie de colons sur l’île de Madagascar, où la tranquillité ambiante se joue des couleurs chatoyantes du ciel et de la mer.

Un cadre idyllique que le réalisateur Robin Campillo a repris de ses souvenirs d’enfance pour en rapporter l’émoi et l’incompréhension d’alors, l’insouciance, la vanité d’une époque qui petit à petit échappe à ses parents .

Sous les traits de Thomas (Charlie Vauselle, excellent), il se met en scène dans un spectacle qui pourrait être idéal. Des familles françaises à l’abri de tout tracas, font la fête et se dorent au soleil. Derrière une vitre, dans la cachette de la cour, il observe ces grands, abandonnés à leur privauté, en toute impunité.

Thomas est  intrigué par ce qu’il conçoit comme ses premiers émois, ce qu’il n’appelle pas encore cette sensualité retenue par son regard sur le comportement des adultes .

Les couples paraissent solides, mais sous le vernis des conventions, quelques failles apparaissent, des relations biaisées. Une tension discrète chez les parents de Thomas par exemple, Robin (Quim Gutiérrez) supporte mal l’indépendance affichée de son épouse Colette (Nadia Tereszkiewicz), et la manière dont elle élève leurs trois enfants.

Robin Campillo retranscrit-il fidèlement sa mémoire enfantine ? A cet âge, les relents colonialistes paraissent insignifiants. Au cœur du système qui se désagrège, il le perçoit à peine à travers quelques réflexions sur l’aide apportée à l’armée malgache.

Une de ses lectures , une sorte de vérité légendée, nous renvoie à la situation réelle du pays . Finie la nostalgie et les regrets, Campillo jette cette fois le masque de son enfance pour donner à voir dans un final assez abrupt , au regard du farniente ambiant, la force d’une révolution, la puissance du militantisme.

12 ans après son indépendance, l’île rouge se débarrassait de la tutelle française.

Durée ‏ : ‎ 1 heure et 53 minutes Dvd ‏ : ‎ 21 novembre 2023 Cinéma : 31 mai 2023 Acteurs ‏ : ‎ Nadia Tereszkiewicz, Quim Gutiérrez, Charlie Vauselle, Amely Rakotoarimalala, Hugues Delamarlière Studio  ‏ : ‎ Memento Films L'histoire : Début des années 70, sur une base de l’armée française à Madagascar, les militaires et leurs familles vivent les dernières illusions du colonialisme. Meilleur dvd Novembre 2023 ( 4ème) Si les étoiles n’apparaissent pas, reportez-vous à la fin de l’article   Ça parait dérisoire et trop facile cette vie de colons sur l’île de Madagascar, où la tranquillité ambiante se…
Le Film

De la part de Robin Campillo (120 battements par minute") on pouvait s’attendre à un regard plus incisif, plus militant sur la décolonisation de Madagascar, qu’il a vécue enfant auprès de son père militaire. Mais en reprenant les notes de ses souvenirs, il ne fait que retranscrire sentiments et perceptions d’un monde alors distant de ses jeux. C’est dans les interstices d’une cachette, ou derrière les vitres de la maison qu’il découvre avant tout, le monde des adultes. Ses premiers émois relayés par ses propres lectures où apparaissent cette fois en filigrane un monde moins idyllique. Une société secrète, des paysans malmenés… Finie la nostalgie et le farniente, Campillo jette lui aussi le masque de son enfance pour donner à voir dans un final assez abrupt , la force d’une révolution, la puissance du militantisme. 12 ans après son indépendance, l’île rouge se débarrassait de la tutelle française.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

Viva il cinema. « Le vent fait son tour » de Giorgio Diritti. Critique cinéma

Au festival italien de Tours , le cinéma d'aujourd'hui . Toute sa force et sa beauté

Laisser un commentaire