Accueil » A la une » « Le Train sifflera trois fois » de Fred Zinnemann. Critique Blu-ray

« Le Train sifflera trois fois » de Fred Zinnemann. Critique Blu-ray

Synopsis: Alors qu'il s'apprête à démissionner de ses fonctions de shérif pour se marier, Will Kane apprend qu'un bandit, condamné autrefois par ses soins, arrive par le train pour se venger. Will renonce à son voyage de noces et tente de réunir quelques hommes pour braver Miller et sa bande. Mais peu à peu, il est abandonné de tous.

La fiche du film

Le film : "Le Train sifflera trois fois"
De : Fred Zinnemann
Avec : Gary Cooper, Thomas Mitchell
Sortie le : 26/09/1952
Distribution : Swashbuckler Films
Durée : 85 Minutes
Genre : Western, Drame
Type : Long-métrage
Le film
Le bonus
  • Blu-ray : 26 Mai 2022 (Sidonis) . – 

Pièce maîtresse de l’Histoire du Western, et des Etats-Unis ( la satire politique tient toujours ) ce film prend sous la patine, sa valeur universelle.  Elle porte aujourd’hui à redéfinir cette part d’humanité qui un jour nous fait défaut. Par orgueil, faiblesse ou lâcheté comme le constate Will Kane, un héros devenu légendaire, un shérif dont l’étoile n’a jamais pâlit et qui le jour de son mariage et de sa retraite doit à nouveau composer avec sa conscience.

Le retour du bandit, gracié, l’appel de la vengeance, et la fuite en avant de toute une ville qui doit pourtant beaucoup à cet homme de loi. Il aurait pu parti avec son épouse, il l’a fait et puis s’est ravisé, ce que lui reprochent maintenant ses compagnons.

Sa présence crée le danger entend-il encore, du saloon à l’église en quête de renforts . Mais tout le monde se défile, pour de bonnes raisons, des ressentiments personnels, des paupières baissées. Kane est un homme solitaire, en sursis, mais il ne parait pas être le seul à craindre l’arrivée du hors la loi.

Des gens ont eu à faire avec ce Miller (Ian MacDonald) quand il faisait régner la terreur dans la région, une femme particulièrement, et puis le juge qui l’a condamné. Ses partenaires l’attendent à la gare.  Si le train siffle trois fois, un passager en descend .

Ils sont impatients.

Le shérif pensait trouver du soutien auprès des fidèles …

L’attente est autre pour Kane, et les habitants, pour la patronne du saloon qui elle aussi fait ses valises, précipitamment (Katy Jurado). L’attente est pesante comme le filme si bien Fred Zinnemann dans la retenue, les silences et ces regards fuyants. Profils typiques du western, les personnage adoptent le tempo du cinéaste, maître de chaque instant.

Gary Cooper, Thomas Mitchell, Lloyd Bridges, Grace Kelly et Lee Van Cleef dans un tout petit rôle, on sait aujourd’hui ce que le cinéma de l’époque leur doit. Dans un final sans excès de violence, Fred Zinnemann les réunit avec maestria, dans une ultime confrontation, une scène totale, qui dit le panache, la bravoure, l’honnêteté, la fidélité.

Toute l’histoire d’un homme. Mais soixante-dix ans plus tard qu’est devenu cet homme ?

Les compères attendent le patron

 

LES SUPPLEMENTS

  • Présentation du film par Bertrand Tavernier – Le réalisateur de « L’horloger de Saint-Paul » parle de l’énorme succès que fut le film et le contre-coup venu des puristes qui évoquent « un sur-western. La vérité est entre les deux ». Il cite notamment le cas de Howard Hawks qui s’en prend sèchement à ce film et lui répond avec « Rio Bravo »,

Bertrand Tavernier explique bien ce qui motivait de telles réactions, voire de la haine, en reprenant aussi toutes les qualités du film. Un regard plutôt technique, mais hyper intéressant

« Ce film bat en brèche tous les idéaux des Etats-Unis… 

Grace Kelly et Fred Zinnemann

 

« Il y a la même lâcheté dans les studios de production sur l’avis à donner au film que sur le tournage. Ce qui ressort très bien dans la scène de l’église, où l’Amérique s’est divisée en disant ça ne nous ressemble pas, ou bien c’est tout à fait ça. »

« Pourtant le héros se retrouvant seul face à la collectivité pour affronter le mal, c’est Cooper se rendant seul au Capitole pour affronter McCarthy ce film n’est plus une fable, plus une parabole mais une reproduction de la réalité, dans la dramaturgie du film et du tournage, la symbiose est parfaite. »

Le film est un énorme succès, et tout le monde s’attribue le mérité de la réussite, jusqu’à l’idée de la chanson . Bertrand Tavernier s’amuse beaucoup en revenant sur toutes ces polémiques .

Blu-ray : 26 Mai 2022 (Sidonis) . -  Pièce maîtresse de l’Histoire du Western, et des Etats-Unis ( la satire politique tient toujours ) ce film prend sous la patine, sa valeur universelle.  Elle porte aujourd’hui à redéfinir cette part d’humanité qui un jour nous fait défaut. Par orgueil, faiblesse ou lâcheté comme le constate Will Kane, un héros devenu légendaire, un shérif dont l’étoile n’a jamais pâlit et qui le jour de son mariage et de sa retraite doit à nouveau composer avec sa conscience. Le retour du bandit, gracié, l’appel de la vengeance, et la fuite en avant…
Le film
Le bonus

C’est un film mythique dans l’Histoire du cinéma, une légende du western qui soixante-dix ans plus tard, avec une superbe image, possède toujours une très belle résonnance. Un homme seul, abandonné par ses proches, pour affronter le mal. Peu de cavalcades et de poursuites effrénées, voire pas du tout, Fred Zinnemann filme l’attente de la confrontation à travers les regards silencieux des protagonistes, des profils atypiques dans un cadre minimum. La rue se vide au fur et à mesure que l’heure fatidique de l’arrivée du train se rapproche. Un bandit gracié dans un état voisin vient se venger. Gary Cooper, Thomas Mitchell, Lloyd Bridges, Grace Kelly et Lee Van Cleef dans un tout petit rôle, on sait aujourd’hui ce que le cinéma de l’époque leur doit. Dans un final sans excès de violence, Fred Zinnemann les réunit avec maestria, dans une ultime confrontation, une scène totale, qui dit le panache, la bravoure, l’honnêteté, la fidélité. Toute l’histoire d’un homme. Mais soixante-dix ans plus tard qu’est devenu cet homme.

AVIS BONUS Le point de vue toujours aussi détaillé et pertinent de Bertrand Tavernier

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« Texasville » de Peter Bogdanovitch. Critique Blu-ray

Master Haute Définition Version originale sous-titrée français + Version française Inédit en Blu-ray : 21 …

Laisser un commentaire