Accueil » A la une » « La Sainte-Famille » de Louis-Do de Lencquesaing.Critique dvd

« La Sainte-Famille » de Louis-Do de Lencquesaing.Critique dvd

  • Acteurs : Marthe Keller, Laura Smet, Lea Drucker
  • Réalisateurs : Louis-Do De Lencquesaing
  • Audio : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Studio : Pyramide Vidéo
  • Durée : 90 minutes
  • DVD : 7 juillet 2020

L’histoire : Jean, universitaire réputé, se retrouve ministre de la Famille, alors même qui’il est perdu dans les événements qui secouent la sienne.

  • Film : 
  • Bonus :    

 La famille, antienne du cinéma français est ici d’un confort bourgeois indiscutable dans lequel la mère qui vouvoie ses très grands enfants (et réciproquement) se sépare de ses commodes et tableaux de maître sur des coups de tête. Marthe Keller, impériale !

Sa dernière dépression remonte à trente ans, assure-t-elle…

Pareillement elle s’apprête à vendre la maison de famille à la campagne, sans prévenir ses proches.

Louis-Do de Lencquesaing l’apprend in extremis, comme toujours.  Les nouvelles de son entourage lui arrivent de la même façon, par ricochets. Ce professeur d’université ne communique d’ailleurs pas beaucoup  avec sa femme qui parait bien étrangère elle aussi dans son propre  foyer.

 Personnage bizarre, cette femme que Léa Drucker joue sans forcément tout comprendre à sa personnalité.

Le spectateur est déstabilisé de la même manière par l’apparence et la légèreté du rythme que Lou-do imprime à sa mise en scène sans relief.  Laura Smet y trouve de quoi se réconforter avec un personnage atypique, à l’image de celui de VB, frère de, mais tout aussi énigmatique.

Marthe Keller joue une mère décalée, à côté de la réalité quotidienne

Ce qui fait qu’entre amour et désamour, l’héritage passe comme un argument anodin, dans une suite de bouleversements familiaux tout aussi anecdotiques. Le titre joliment trouvé éclaire la bondieuserie inhérente à ce genre de personnages englués dans des histoires séculaires, immuables.

Quand le vieil oncle prélat apprend que son neveu est devenu ministre le voici enfin soulagé : «  Tu vas nous retirer cette loi du mariage pour tous ! ». C’est drôle mais ça ne va malheureusement pas plus loin..

LES SUPPLEMENTS

  • Les commentaires de Léa Drucker et de Louis-Do de Lencquesaing . Le réalisateur raconte bien la façon dont il est arrivé à faire ce film. « Des gens qui ont un truc à dire avec leur rôle » explique-t-il pour le choix de son casting, alors qu’il joue le rôle principal.
Jean ( Louis-Do de Lencquesaing) soutient mordicus son frère Hervé (Thierry Godard) la pièce trouée de la famille

« Le fait de mettre en scène vous empêche d’avoir peur, vous avez deux cent mille truc à faire avant de jouer, il faut aussi s’occuper de l’acteur avec qui vous jouez ».

Léa Drucker raconte comment et pourquoi elle est arrivée sur ce film au côté d’un réalisateur qui dit-elle sort un peu de l’ordinaire.

« La façon de parler de la famille, il y a une audace, ça m’amusait beaucoup ».

  • « Mécréant » court métrage de et avec . Un coup d’essai avant «  La Sainte-famille » . On suit une conversation téléphonique avec le fiston à sa maman qui dans son bureau l’écoute énumérer et chantonner  psaumes cantiques et prières qu’il doit retaper au propre à l’ordinateur pour l’enterrement de sa grand-mère.

L’échange au téléphone  constitue l’axe de la mise en scène et c’est très bien enlevé.

Acteurs : Marthe Keller, Laura Smet, Lea Drucker Réalisateurs : Louis-Do De Lencquesaing Audio : Français Sous-titres pour sourds et malentendants : Français Studio : Pyramide Vidéo Durée : 90 minutes DVD : 7 juillet 2020 L'histoire : Jean, universitaire réputé, se retrouve ministre de la Famille, alors même qui'il est perdu dans les événements qui secouent la sienne. Film :  Bonus :      La famille, antienne du cinéma français est ici d’un confort bourgeois indiscutable dans lequel la mère qui vouvoie ses très grands enfants (et réciproquement) se sépare de ses commodes et tableaux de maître sur des coups de tête. Marthe Keller, impériale ! Sa dernière dépression…
Le film
Les bonus

Une fois encore le cinéma français se penche sur le cocon familial, pour des raisons assez obscures tant les attendus du récit ne portent pas à conséquence. Le milieu social, plutôt huppé n’apporte rien à l’attente espérée par quelques personnages si atypiques qu’ils en deviennent parfois énigmatiques, puis incompréhensibles. Les acteurs tentent de nous faire comprendre de quoi il retourne, mais malgré des jeux assez bien codifiés, on les laisse repartir sans regrets.

AVIS BONUS Des commentaires et un court métrage qui rattrape la sauce....

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

« L’Ordre moral » de Mario Barroso. Critique cinéma.

De Pulp Fiction » à « L’Ordre moral », petit saut de puce, vingt-cinq ans …

Laisser un commentaire